Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les Goumiers Marocains (de 1908 à 1956 )

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
reda2012
Caporal chef
Caporal chef
avatar

messages : 177
Inscrit le : 01/05/2009
Localisation : CRPTA ,BEFRA Kesh !
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: Les Goumiers Marocains (de 1908 à 1956 )   Jeu 30 Juil 2009 - 0:28

De la région de Taroudant à Houara plus éxactemet
Comme les soussis peuvent appeler ( Bihi ) quelqu'un qui s'appelle ( Brahim ) , les houaris font de même mais avec ( Bouieh ) au lieu de ( Bihi ) cheers
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les Goumiers Marocains (de 1908 à 1956 )   Jeu 30 Juil 2009 - 0:40

Bouieh j´en ai connu a laayoune,de vrais sahraouis
Revenir en haut Aller en bas
reda2012
Caporal chef
Caporal chef
avatar

messages : 177
Inscrit le : 01/05/2009
Localisation : CRPTA ,BEFRA Kesh !
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: Les Goumiers Marocains (de 1908 à 1956 )   Jeu 30 Juil 2009 - 0:49

Oui , c'est un nom 100% sahraoui Very Happy
Y avait-il des goumiers marocans des régions du sud ??
Revenir en haut Aller en bas
Renard-du-desert
Capitaine
Capitaine


messages : 868
Inscrit le : 31/07/2009
Localisation : Rabat
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Les Goumiers Marocains (de 1908 à 1956 )   Dim 16 Aoû 2009 - 18:40

Tenue d'un goumier marocain En 1944 

_________________
> « Gardez-vous d'écouter cette imposture; vous êtes perdus, si vous oubliez que les fruits sont à tous, et que la terre n'est à personne » JJR
Revenir en haut Aller en bas
reese
Colonel
Colonel
avatar

messages : 1640
Inscrit le : 10/05/2009
Localisation : alger
Nationalité : Algerie
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Les Goumiers Marocains (de 1908 à 1956 )   Dim 25 Oct 2009 - 13:48

Revenir en haut Aller en bas
BOUBOU
General de Brigade
General de Brigade
avatar

messages : 3286
Inscrit le : 07/08/2008
Localisation : en territoire hostile
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Les Goumiers Marocains (de 1908 à 1956 )   Dim 25 Oct 2009 - 22:51




Des soldats marocains (goumiers) qui ont combattu pour la France lors de la Deuxième guerre mondiale.
(Photo : AFP)


Regardez comme ils sont magnifique

Que Dieu les ait en sa sainte miséricorde.
Revenir en haut Aller en bas
BOUBOU
General de Brigade
General de Brigade
avatar

messages : 3286
Inscrit le : 07/08/2008
Localisation : en territoire hostile
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Les Goumiers Marocains (de 1908 à 1956 )   Dim 25 Oct 2009 - 23:01





Revenir en haut Aller en bas
Yakuza
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 21635
Inscrit le : 15/09/2009
Localisation : 511
Nationalité : Maroco-Allemand
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Les Goumiers Marocains (de 1908 à 1956 )   Lun 26 Oct 2009 - 11:54

Citation :
Paris, le jeudi 22 octobre 2009

Profanation du cimetière de Montjoie-Saint-Martin

Réaction d’Hubert Falco, secrétaire d'Etat à la Défense et aux Anciens combattants

Huit tombes de soldats de la 2e Division blindée ont été profanées, en début de semaine, dans le carré musulman du cimetière de Montjoie-Saint-Martin (Manche).

Alors que notre pays commémore le soixante-dixième anniversaire du déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, c'est avec émotion et respect qu’Hubert Falco s'incline devant la mémoire de ces huit soldats morts pour la France.

Ils avaient quitté leur Maroc natal pour s'engager dans l'armée de Leclerc et libérer notre pays : la communauté nationale leur doit une indéfectible reconnaissance.

Porter atteinte à la sépulture de ces héros, c'est s'attaquer aux valeurs mêmes de la République. C'est enfreindre l'une des plus anciennes prescriptions de l'humanité qui commande à chaque homme de respecter le sommeil des morts.

Hubert Falco demande instamment aux enquêteurs de se mobiliser pour trouver rapidement les auteurs de ces actes inqualifiables et de les déférer devant la justice qui les sanctionnera avec la plus grande fermeté. La France ne saurait tolérer que se perpètrent de tels actes.
http://www.defense.gouv.fr/sedac/prises_de_parole/communiques/profanation_du_cimetiere_de_montjoie_saint_martin

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Alloudi
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 6980
Inscrit le : 11/10/2008
Localisation : morocco
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Les Goumiers Marocains (de 1908 à 1956 )   Ven 25 Déc 2009 - 23:24




la division "bila khaouf , wala chafa'a" , ...pauvre allemand

_________________
Gloire à nos aieux  
Revenir en haut Aller en bas
gazelle
2eme classe
2eme classe


messages : 42
Inscrit le : 02/01/2010
Localisation : Kenitra
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: Les Goumiers Marocains (de 1908 à 1956 )   Sam 2 Jan 2010 - 20:28

BOUBOU a écrit:



Des soldats marocains (goumiers) qui ont combattu pour la France lors de la Deuxième guerre mondiale.
(Photo : AFP)


Regardez comme ils sont magnifique

Que Dieu les ait en sa sainte miséricorde.

Oui, ils sont magnifiques. Ils ont versé leur sang et donné leur vie pour un pays qui n'est pas le leur. Mon père était parmi eux. Il était à la 4ème Division de montagne (Monte Cassino) et nous contait souvent cette sanglante bataille et l'acharnement avec lequel les Marocains résistaient pour libérer cette région. Il participa, également, à la guerre des tranchées en Alsace et Lorraine où il y eut un terrible combat de corps à corps avec les Allemands. Il fut également envoyé en Indochine...
Notre pays est fier de ses Vaillants Soldats qui ont toujours fait preuve de courage, ténacité et bravoure. Respects et Paix à leur âme
Revenir en haut Aller en bas
Fremo
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 21777
Inscrit le : 14/02/2009
Localisation : 7Seas
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Les Goumiers Marocains (de 1908 à 1956 )   Sam 2 Jan 2010 - 20:44


_________________
Revenir en haut Aller en bas
iznassen
Capitaine
Capitaine
avatar

messages : 845
Inscrit le : 22/06/2008
Localisation : belgique
Nationalité : Maroc-Belgique
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Les Goumiers Marocains (de 1908 à 1956 )   Dim 14 Mar 2010 - 13:49

Citation :
Le texte qui suit retrace le sort des soldats arabes de l'Armée française qui furent faits prisonniers par les Allemands en 1940. Il s'agissait de Tirailleurs algériens, marocains ou tunisiens


Au cours de la défaite de juin 1940, le flot de prisonniers de l’armée française atteint 1,8 million d’hommes, parmi lesquels plus de 60 000 combattants d’Afrique du Nord et des colonies, dont le sort va se révéler dramatique.


Aux yeux des Nazis, imprégnés d'idéologie raciale, ces militaires « indigènes » de couleur sont des « sous-hommes », pour lesquels ils n’éprouvent souvent que du mépris voire de la haine. Les 18 000 soldats marocains capturés par l’armée allemande doivent d’autre part assumer leur enrôlement volontaire, source d’hostilité supplémentaire de la part de certains Allemands.


Ainsi, les premiers instants de captivité se révèlent fatals pour quelques dizaines d’entre eux, en dépit des protections prévues par la convention de Genève pour tout prisonnier de guerre. M. Ennergis, tirailleur marocain fait prisonnier à Lille, fin mai 1940, rapportera ce témoignage poignant : « J’ai vu des Allemands fusiller sur place des Sénégalais. Beaucoup de mes camarades marocains l’ont été aussi parce que les Allemands savaient que nous étions volontaires, contrairement aux Algériens qui étaient des appelés. Je n’ai eu la vie sauve que grâce à mon jeune âge, en faisant croire aux Allemands que les Français avaient voulu enrôler de force mon père et que j’avais pris sa place pour le sauver. »


Le 30 mai 1940, dans la même région, à Febvin-Palfart, 32 soldats marocains sont lâchement assassinés par des soldats SS, dans des conditions obscures. Ces soldats prisonniers semblent avoir été tués alors qu'ils se trouvaient en transit. Exténués par une marche forcée et refusant peut-être d'aller plus loin, « (...) les malheureux durent creuser leur tranchée avant d'être exécutés, puis jetés pêle-mêle dans leur tombe, enchevêtrés les uns dans les autres. Ils furent recouverts par le dernier que les monstres exécutèrent, sa funèbre besogne terminée, et abandonnèrent sur le terrain face contre terre (...). Ils appartenaient au 254e régiment d'artillerie divisionnaire. 32 corps furent extraits de la tranchée et 15 seulement furent identifiés (...). Tous portaient le coup de grâce avec la nuque fracassée (...)». C'est ainsi que le maire du village de Febvin-Palfart , rapportera ce drame, en 1971, au cours de l'inauguration d'un monument communal élevé à la mémoire de ces soldats marocains, victimes de la barbarie nazie.


Les marches qui mènent les prisonniers « indigènes » vers les camps de regroupement peuvent ainsi se révéler périlleuses, comme l’illustre aussi le témoignage d’Ousman Aliou Gadio, un tirailleur sénégalais : « On nous a capturé le 20 juin au matin, ils nous ont emmenés à Lyon, on a trouvé là-bas les Français, les Marocains, les Algériens, tout le monde dans un bâtiment, un hangar. On est resté là quatre jours et ils nous ont dirigés sur Dijon, alors on a marché à pied. Ils ont tué 7 marocains avant d’arriver à Dijon. Tous ceux qui ne pouvaient plus marcher, ils tiraient sur lui (…) ».

UNE CAPTIVITE EPROUVANTE DANS LES FRONTSTALAGS DE 1940 A 1944

[size=7][size=12]Redoutant les maladies tropicales et la contamination raciale, ne voulant pas ainsi « souiller le sol allemand », les autorités du Reich nazi décident de ne pas transférer ces soldats « indigènes » sur leur territoire comme c’est alors le cas pour les autres détenus militaires français.


Prisonniers maghrébins, noirs africains ou indochinois sont donc internés en France, dans des camps appelés Frontstalags. Ceux qui ont été envoyés initialement en Allemagne ou en Pologne sont transférés dans ces mêmes camps, où les conditions de détention sont très dure.


En effet, le ravitaillement y est souvent déplorable et les prisonniers y survivent dans un dénuement total, exposés aux mauvais traitements de leur gardiens et à des travaux agricoles ou industriels exténuants. La tuberculose fait des ravages parmi ces hommes, quand ce n’est pas les balles allemandes.


Au Frontstalag n° 231, près de Véluché, dans les Deux-Sèvres, l’un des médecins français qui séjourne au camp racontera : « Des tirailleurs marocains ayant tenté de s’évader s’empêtrèrent dans les barbelés. Surpris par les sentinelles, celle-ci, au lieu de les reprendre et alors qu’ils imploraient grâce, les assassinèrent sans pitié à coups de revolver et de mitraillettes. Le soir, c’est 3 ou 4 cadavres que les médecins français eurent à enlever dans les fils de fer (…) Au cours des obsèques, le rite musulman fut pour leurs gardiens, une occasion de divertissement sadique et de prises de photos. » Lorsque l’armée allemande évacue ce camp, elle laisse enfouis sous les débris des baraquements les corps de 26 combattants marocains morts durant leur détention !


Au début de l’année 1943, les prisonniers « indigènes » de l’armée française connaissent une nouvelle injure à leur statut, puisque l’Allemagne remplace leurs gardiens allemands, réquisitionnés pour combattre les Soviétiques sur le front Est… Par des soldats de l’armée française, elle-même, obéissant au régime de Vichy !


En fonction du bon vouloir des autorités allemandes, la population française offre une aide active et fraternelle à ces malheureux prisonniers en leur apportant des vivres, des soins et un peu de réconfort. Certains facilitent même les évasions des Frontstalags. C’est ainsi que de nombreux soldats d’Afrique du Nord et des colonies, qui se sont évadés, rejoignent les rangs de la résistance française intérieure contre les forces d’occupation allemande. On compte, par exemple, une cinquantaine d’Africains dans le maquis du Vercors.


Leurs frères d’armes restés prisonniers dans les Frontstalags sont libérés pour la plupart en 1944
http://pagesperso-orange.fr/d-d.natanson/arabes.htm


Dernière édition par iznassen le Dim 14 Mar 2010 - 13:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
iznassen
Capitaine
Capitaine
avatar

messages : 845
Inscrit le : 22/06/2008
Localisation : belgique
Nationalité : Maroc-Belgique
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Les Goumiers Marocains (de 1908 à 1956 )   Dim 14 Mar 2010 - 13:55

Citation :

Des Marocains dans le camp de l'île Aurigny


La présence de maghrébins, raflés dans les rues de Marseille et conduits dans le camp de l'île Aurigny (Alderney), dans les ïles anglo-normandes, est attestée. Ils ont été amenés là pour travailler au sein de l'organisation Todt à la fortification des îles qui sont les seuls espaces du territoire britannique qui aient été conquis par les nazis.
Très vite, ces camps de travailleurs, dont certains sont des volontaires, devient, avec l'isolement des îles, un véritable camp de concentration, au régime très dur et à la mortalité forte.



Les ZKZ

« Ils ont été ramassés comme des chiens pris par la fourrière [...] Parmi eux des Marocains arrêtés sur le Vieux Port à Marseille, d'anciens des Brigades internationales déjà confinés dans les camps de concentration du sud de la France, sont remis à l'occupant, "cédés" parfois comme main d'oeuvre bon marché par d'autres Français peu regardants aux conséquences éventuelles de leurs actes. Sur l'île, au même titre que les bagnards venus de Russie, d'Ukraine, voire même parfois de pays plus lointains encore, ils deviennent des personnes corvéables à merci. Ils sont utilisés aux tâches les plus ingrates [...]
On trouve dans les équipes de bagnards des représentants de toutes les religions, de l'orthodoxe russe au musulman marocain et jusqu'à des prêtres catholiques... Les juifs ne sont pas les seuls croyants pourchassés. [...]
Les anciens déportés du camp de Nordeney [un des camps de l'île] font état d'un contingent de 125 à 130 Marocains arrêtés sur le port de Marseille. Le docteur Jean-Joseph Bloch-Myrtil, âgé de 31 ans environ lors de son internement à Drancy, a été envoyé au camp de Nordeney à Aurigny en 1942. Il témoigne : [...] "[b]J'ai d'abord été employé dans un chantier [puis] j'ai été nommé médecin d'un groupe d'internés qu'on a appelé les ZKZ qui, pour la plupart, avaient été pris dans des rafles du Vieux Port à Marseille et qui comprenait surtout des Nord-africains... J'ai été leur médecin pendant trois mois... Le premier décès que j'ai constaté d'un Nord-Africain a eu lieu presque immédiatement après son arrivée au camp
." [...]
Maître Azoulay, qui sera président de l'Amicale des anciens déportés de l'île d'Aurigny par la suite, insiste sur le cas de Nord-Africains : " Si nous, Israélites, nous avons souffert et beaucoup souffert, il y a une autre catégorie de déportés qui a souffert davantage que nous, ce sont les ZKZ. C'étaient les Nord-Africains qui avaient été ramassés à Marseille. Ces gens, au lendemain de la Libération, sont devenus nous ne savons quoi. Ils ont été dispersés. Ils n'avaient pas de point d'attache, comme nous, à Paris ou dans de grandes villes. Mais si vous aviez pu avoir ici des puisés puisés dans le corps des Nord-Africains, je crois que vous auriez une notion encore plus exacte de ce qui s'est passé au camp d'Aurigny."
Il est vrai que ce témoignage manque encore. Considérés comme des races inférieures, certains baganrds font l'objet d'une répresion accrue. Il ne s'agit même plus de haine mais de sadisme à l'état brut. Ce "cheptel" (car c'en est un pour les tortionnaires) vaut encore moins qu'un animal. »

extrait de Jean-Louis Vigna, Histoire d'un camp nazi, L'île d'Aurigny (Alderney), Editions Alan Sutton, 2002, ISBN 2-84253-790-4.




http://pagesperso-orange.fr/d-d.natanson/arabes.htm
Revenir en haut Aller en bas
Fahed64
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 13858
Inscrit le : 31/03/2008
Localisation : Pau-Marrakech
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Les Goumiers Marocains (de 1908 à 1956 )   Jeu 25 Mar 2010 - 16:22

Je vous poste la bande annonce d'un reportage que j'aimerai particulièrement trouver sur le net.