Royal Moroccan Armed Forces
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Royal Moroccan Armed Forces

Royal Moroccan Armed Forces Royal Moroccan Navy Royal Moroccan Air Forces Forces Armées Royales Forces Royales Air Marine Royale Marocaine
 
AccueilS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -27%
Ecouteurs Apple AirPods (2e génération) ...
Voir le deal
130.92 €

 

 Intervention militaire au Mali - Opération Serval

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 13 ... 22, 23, 24
AuteurMessage
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 31176
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena32Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena24
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena25Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena26
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Cheval10Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena15
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Medail10

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Empty
MessageSujet: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Icon_minitimeJeu 2 Avr 2015 - 22:08

Rappel du premier message :

Citation :
Mission des Nations Unies au Mali - MINUSMA

Hier en fin d'après-midi, une cérémonie de transfert d'autorité a eu lieu au quartier général de la Mission à Bamako à l'occasion de la prise de fonctions du général Lollesgaard comme Commandant de la Force.

Le transfert d'autorité entre le Commandant de la Force par Interim le général Bikimo et le général Lollesgaard s'est déroulé en présence notamment du Chef de la MINUSMA M. Mongi Hamdi.

Le général danois Michael Lollesgaard succède ainsi au général rwandais Jean Bosco Kazura.

Le général Lollesgaard a occupé plusieurs postes de responsabilité au sein de l’armée danoise, et au niveau international pendant les 30 dernières années. Il a notamment servi dans des missions de maintien de la paix en Irak et dans les Balkans, et dirigé le centre multinational de formation aux opérations de soutien de la paix en Bosnie-Herzégovine entre 2007 et 2009.

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 752
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 836
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 932
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 31176
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena32Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena24
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena25Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena26
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Cheval10Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena15
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Medail10

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Icon_minitimeJeu 11 Juin 2020 - 22:32

Citation :
Le Parlement suédois dit oui à la Task Force Takuba

Actualités Nathan Gain 11 juin, 2020

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 _12f5467
Des militaires suédois déployés au Mali dans le cadre de la MINUSMA (Crédits: Anton
Thorstensson / Försvarsmakten)



Il n’y aura pas de scénario à la norvégienne en Suède. Contrairement à son voisin scandinave, le Parlement suédois (Riksdag) a donné cet après-midi son aval pour le déploiement d’un contingent de forces spéciales au sein de la Task Force Takuba.

« Suite à la présentation du rapport de la commission conjointe de la Défense et des Affaires étrangères relatif à la contribution suédoise au renforcement de la sécurité au Mali, je déclare que le Parlement a aujourd’hui approuvé la proposition de décision de la commission parlementaire », indiquait le président du Rikdsag, le député d’extrême-droite Andreas Norlén.

Adoptée à 41 voix pour et 14 contre au terme de trois mois de processus parlementaire, cette proposition gouvernementale autorise les militaires suédois à « prendre part à une unité multinationale de forces spéciales dirigée par la France, qui assistera les forces de sécurité du Mali dans leur combat contre les groupes terroristes sur le territoire malien et sur le territoire nigérien ». Les douze motions déposées tant par des groupes de la coalition que de l’opposition ont toutes été rejetées, le texte initial est donc adopté dans son intégralité.

Le feu vert parlementaire désormais acquis, plus rien n’empêche le gouvernement suédois d’accorder le mandat correspondant aux forces armées suédoises. Celui-ci comprend le déploiement de 150 militaires et d’hélicoptères jusqu’au 31 décembre 2021. Ce contingent pourra être temporairement renforcé d’une centaine de personnels supplémentaires si l’évolution de la situation le nécessite.

Après l’Estonie, la Suède est donc le second pays européen à affermir une contribution conséquente au profit du futur dispositif européen. Un premier engagement en appui de l’armée malienne est prévu d’ici la fin de l’été avec une centaine de militaires. Une décision est maintenant attendue du côté de la République tchèque, qui envisage de participer avec une soixantaine de forces spéciales.

https://forcesoperations.com/le-parlement-suedois-dit-oui-a-la-task-force-takuba/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 31176
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena32Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena24
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena25Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena26
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Cheval10Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena15
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Medail10

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Icon_minitimeVen 12 Juin 2020 - 21:23

Citation :
 12.06.2020

En images, l'intervention française pour neutraliser le chef d'Aqmi


L'EMA a diffusé un lot d'images prises lors de l'opération ayant conduit à la neutralisation d'A. Droukdel la
semaine dernière, dans le nord du Mali. Outre des photos d'illustration des opérations des forces françaises,
le lot de photos comporte 5 clichés en lien direct avec l'opération visant le chef d'Aqmi. Voici ces clichés.

Le premier montre le 4x4 ciblé lors du raid français. Ce véhicule était pisté depuis deux jours jusqu'à
l'identification formelle de ses occupants et la décision de lancer un raid au nord de Tessalit.

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 0a0a22

Deux photos prises par un moyen ISR (drone Reaper très certainement) font partie de ce lot. Celle-ci montre
le véhicule à l'arrêt près d'un amas rocheux.

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 _12f6109

Une autre photo, sous un angle différent, du même 4x4 intercepté.

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 _12f5474

Enfin, une photo d'un soldat français et d'une Gazelle, prise lors de la phase d'intervention des commandos
français.

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 061

Dernière photo: elle montre un des occupants (point noir au centre de la photo) du 4x4 prenant la fuite pour
échapper aux FS.

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 _12f5473

 http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2020/06/12/en-images-l-intervention-francaise-pour-neutraliser-le-chef-21237.html  
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 31176
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena32Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena24
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena25Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena26
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Cheval10Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena15
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Medail10

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Icon_minitimeSam 13 Juin 2020 - 18:41

Citation :
BARKHANE : Rencontre avec le lieutenant-colonel Elsey, chef du détachement Chinook de Gao

Mise à jour :12/06/2020



Depuis juillet 2018, un détachement britannique, composé d’une centaine de militaires et mettant en œuvre trois hélicoptères de manœuvre CH-47 CHINOOK, participe à l’opération Barkhane. A ce titre, il est pleinement intégré au sein du Groupement Tactique Désert Aérocombat (GTD-A). Rencontre avec le lieutenant-colonel Simon Elsey, chef de ce détachement stationné à Gao.


Mon colonel, quelles sont les missions des CHINOOK dans l’opération Barkhane ?

Notre mission s’appelle NEWCOME, c’est une mission britannique intégrée dans l’opération Barkhane. Les trois CHINOOK ont été envoyés au Mali pour apporter aux Français une capacité de transport lourd. Forts de cette capacité, nos hélicoptères remplissent à la fois des missions de logistique et des missions de soutien au combat. Cela se traduit par l’acheminement d’eau, de nourriture, de pièces de rechange… En fait, tout ce dont les soldats ont besoin pour réaliser leurs missions sur le terrain ou les différentes emprises.

Pour vous Britanniques, que vous apporte cette coopération avec les français?

Je pense que c’est enrichissant de pouvoir voler en patrouille avec d’autres types d’hélicoptères. Cela suppose de connaitre ces appareils, leurs capacités et leurs performances. En effet, c’est assez inhabituel que des hélicoptères de la Royal Air Force volent avec ceux d’une armée étrangère. Les équipages rentreront au Royaume-Uni avec une grande expérience de ce genre de vols et je pense qu’ils apprécient cela. Nous avons ainsi véritablement développé notre interopérabilité.

Comment avez-vous adapté vos procédures pour travailler ensemble au sein du GTD-A ?

A notre arrivée en bande sahélo-saharienne (BSS), les chefs de bord de nos appareils ont dû harmoniser leurs procédures. Il a fallu discuter avec les chefs de bord français ainsi que l’officier de sécurité des vols pour que les Danois, les Britanniques et les Français utilisent le même format de briefing. Nous avons également abordé les questions techniques concernant les différences entre les hélicoptères : leur vitesse maximale, jusqu’à quelle altitude ils peuvent voler, la capacité d’emport de chacun, quel impact la température extérieure a sur les machines. Ce travail initial nous a permis de nous approprier les spécificités de chaque appareil et d’adopter des procédures communes,de manière à ce que les différences ne soient pas des contraintes.

Est-ce la première fois que vous êtes projeté au Mali et que pensez-vous de cette expérience ?

J’ai déjà été engagé au Kenya à plusieurs reprises mais c’est la première fois que je suis projeté au Mali et je trouve cette expérience enrichissante. C’est probablement l’environnement le plus rustique que j’ai vu. C’est incroyable la quantité de poussière qu’il y a, c’est bien pire que ce que j’ai connu en Irak et les distances entre les bases avancées sont très importantes. Le Mali est un pays immense. A titre de comparaison, la distance entre Gao et Kidal équivaut à celle qui sépare l’est et ouest du Royaume-Uni. Je suis impressionné de voir à quel point les Français maitrisent les vols sur un terrain aussi rustique et je pense que vous, les Français, vous êtes bien adaptés à cet environnement.

Le détachement britannique a atteint les 2 000 heures de vol en opération, qu’est-ce que cela signifie pour vous ?

C’est une belle performance ! Généralement, les milliers d’heures de vol sont célébrés par les équipages et les personnels au sol. Nous sommes au Mali depuis juillet 2018 donc nous savions que les 2 000 heures de vol approchaient. Par conséquent, je surveillais le compteur et on a atteint ce chiffre en avril dernier. A la même période, nous avons également atteint les 1 000 tonnes de fret acheminé et plus de 12 000 militaires transportés. C’est un beau record atteint par les équipages.

Quel est votre meilleur souvenir ?

Nous avons réalisé une mission en début de soirée avec les trois CHINOOK. Habituellement, nous n’en faisons voler que deux et nous laissons le troisième en réserve mais ce soir-là, les trois hélicoptères ont été engagés. C’était une image incroyable de voir les CHINOOK sur le taxiway en attendant le décollage. J’étais fier de voir ces trois hélicoptères décoller tous ensemble.

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 _12f5477

Conduite par les armées françaises, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, l’opération Barkhane a été lancée le 1eraoût 2014. Elle repose sur une approche stratégique fondée sur une logique de partenariat avec les principaux pays de la bande sahélo-saharienne (BSS) : Burkina-Faso, Mali, Mauritanie, Niger, et Tchad. Elle regroupe environ 5 100 militaires dont la mission consiste à lutter contre les groupes armés terroristes et à soutenir les forces armées des pays partenaires afin qu’elles puissent prendre en compte cette menace.

Sources : État-major des armées
Droits : EMA


https://www.defense.gouv.fr/operations/actualites2/barkhane-rencontre-avec-le-lieutenant-colonel-elsey-chef-du-detachement-chinook-de-gao
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 31176
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena32Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena24
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena25Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena26
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Cheval10Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena15
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Medail10

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Icon_minitimeDim 14 Juin 2020 - 18:33

Citation :
Londres prolonge la mission de ses CH-47D Chinnok auprès de Barkhane et confirme l’envoi de 250 soldats au Mali

par Laurent Lagneau · 14 juin 2020


Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 _12f5481

Il y a six mois, on se demandait si les États-Unis continueraient d’appuyer la force Barkhane dans les domaines du renseignement et du ravitaillement en vol. Et on s’interrogeait également si le Royaume-Uni prolongerait à nouveau la mission de ses trois hélicoptères de transport lourd [HTL] CH-47D Chinook, déployés depuis juillet 2018 à Gao afin d’y soutenir les opérations françaises.

En effet, à l’époque, le chef du Pentagone, Mark Esper, avait lancé une vaste revue des engagements des forces américaines, en particulier en Afrique. En janvier, la ministre des Armées, Florence Parly, se rendit à Washington pour convaincre son homologue américain de maintenir l’appui fourni par ses forces aux militaires français engagés au Sahel contre les groupes armés terroristes.

S’agissant du soutien britannique, le commandant de la Royal Air Force, le général Mike Wigston, avait promis qu’il plaiderait en faveur de son maintien à lors d’un déplacement effectué en décembre 2019 à Gao, aux côtés du général Philippe Lavigne, le chef d’état-major de l’armée de l’Air [CEMAA].

« Le Royaume-Uni reconnaît que le Sahel est actuellement la ligne de front de l’instabilité. Notre présence vise à sécuriser le Sahel mais aussi à protéger l’Europe. […] Nous faisons une vraie différence ici et je suis heureux d’entendre à quel point cet apport est vital pour Barkhane. Je transmettrai le message aux autorités à Londres », avait en effet déclaré le général Wigston.

Cela étant, dans un entretien donné le 24 avril dernier au quotidien Sud Ouest, Mme Parly a tenu des propos rassurants. « Le Royaume-Uni a décidé de maintenir ses hélicoptères Chinook sur place. Quant aux Etats-Unis, ils ont différé leur décision de désengagement. Leurs moyens sont toujours en place », a-t-elle affirmé.

Pour le moment, le dispositif américain en Afrique n’a pas changé. Et certaines de ses capacités ont même été sollicitées lors de l’opération menée par les forces spéciales françaises contre Abdelmalek Droukdel, le chef d’al-Qaïda au Maghreb islamique [AQMI]. S’agissant des trois CH-47D Chinook de la RAF déployés à Gao, leur maintien a été confirmé par James Heappey, le secrétaire d’État auprès des forces britanniques, à l’occasion d’une conférence ayant réuni les ministres de la Défense de la Coalition pour le Sahel.

« L’Afrique de l’Ouest est aussi importante pour le Royaume-Uni qu’elle l’a jamais été et nous avons de nombreux amis et alliés dans la région qui partagent notre désir de promouvoir la paix et la prospérité. La lutte contre l’extrémisme au Sahel est vitale pour la sécurité de la région au sens large et le Royaume-Uni jouera son rôle dans la lutte contre la détérioration de la situation sécuritaire », a fait valoir M. Heappey.

Aussi, les « trois Chinook de la RAF […] resteront au Mali » car « le Royaume-Uni prolonge son engagement à soutenir l’opération antiterroriste française », a annoncé le responsable britannique.

En outre, ce dernier a confirmé l’engagement, « plus tard cette année », de 250 militaires au sein de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation du Mali [MINUSMA]. Le détachement britannique sera stationné à Gao, pendant trois ans.

« Afin de combler un déficit capacitaire de l’ONU, le personnel des Light Dragoons et du Royal Anglian Regiment constituera capacité de reconnaissance à longue distance », a précisé M. Heappey. « En travaillant à stabiliser les États fragiles et à s’attaquer aux causes profondes des conflits, le Royaume-Uni contribue à empêcher les conflits de se propager aux États voisins », a-t-il ajouté.

De son côté, la RAF a rappelé que ses trois CH-47 Chinook venaient de franchir le seuil des « 2.000 heures de vol, pour transporter 13.000 passagers et 1.100 tonnes de matériels ». Ces appareils « permettent aux troupes françaises de couvrir un champ d’opérations beaucoup plus vaste, en déplaçant du personnel vers les bases françaises réparties à travers le Mali, éliminant ainsi la nécessité de mouvements routiers dangereux et aidant à déplacer l’équipement de soutien vital vers des endroits stratégiques », a-t-elle souligné.

Pour rappel, ne disposant pas d’hélicoptères de transport lourd, les forces françaises s’en remettent à leurs partenaires. Outre les trois CH-47D britanniques, elles peuvent compter sur deux AW-101 Merlin déployés à Gao par le Danemark depuis décembre 2019.

Photo : Ministère des Armées

http://www.opex360.com/2020/06/14/londres-prolonge-la-mission-de-ses-ch-47d-chinnok-aupres-de-barkhane-et-confirme-lenvoi-de-250-soldats-au-mali/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 31176
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena32Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena24
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena25Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena26
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Cheval10Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena15
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Medail10

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Icon_minitimeDim 14 Juin 2020 - 21:14

Citation :
Mali : deux Casques bleus tués dans une attaque

- Mahamat Saleh Annadif, chef de la Minusma et représentant du SG de l’ONU au Mali a condamné l’attaque

Lassaad Ben Ahmed | 14.06.2020    

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 _12f5485

Mali

AA / Bamako / Moussa Bolly


Deux Casques bleus ont été tués dans une attaque meurtrière, perpétrée samedi aux alentours de 19h, contre un convoi logistique de la Minusma, vers la commune de Tarkint, au nord-est de Gao (nord du Mali), a précisé un communiqué de la Mission onusienne au Mali, dimanche.

«Alors que le convoi effectuait la liaison Tessalit-Gao, des individus armés non identifiés ont attaqué le convoi qui était à l’arrêt et tué deux soldats de la paix. Les Casques bleus de la MINUSMA ont riposté avec fermeté et mis en fuite les assaillants», a indiqué le communiqué.

Selon des sources qui se sont confiées à l'Agence Anadolu sous couvert d'anonymat à Gao, les victimes sont des éléments du contingent égyptien de la Minusma attaqués par surprise dans la zone de Kassambarey. En plus des deux Casques bleus égyptiens tués, un camion-citerne a été aussi endommagé.

Le chef de la Minusma, Mahamat Saleh Annadif, a exprimé son «indignation» et sa «profonde peine» suite à cette attaque.

«Ces Casques bleus sont morts au service de la paix au Mali», a-t-il rappelé tout en condamnant fermement des «actes lâches qui ont pour but de paralyser les opérations de la Mission sur le terrain».

«Nous devrons conjuguer tous les efforts afin d'identifier et d’appréhender les responsables de ces actes terroristes pour qu'ils répondent de leurs crimes devant la justice», a conclu Annadif.

A noter que depuis 2012, le Mali est confronté à une profonde crise multiforme, sécuritaire, politique, économique.

Les insurrections indépendantistes, puis les incursions terroristes, ainsi que les violences intercommunautaires ont fait des milliers de morts et des centaines de milliers de déplacés, et ce, malgré la présence des forces onusiennes (Minusma) et françaises (Barkhane).

Parties du nord du Mali, les violences se sont propagées au centre et menacent de plus en plus le reste du pays, ainsi que les pays voisins.

https://www.aa.com.tr/fr/afrique/mali-deux-casques-bleus-tués-dans-une-attaque-/1876378
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 31176
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena32Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena24
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena25Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena26
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Cheval10Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena15
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Medail10

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Icon_minitimeDim 14 Juin 2020 - 21:28

Citation :
La Grèce souhaite rejoindre la TF Takuba

Actualités Nathan Gain 14 juin, 2020

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 _12f6111
Des hélicoptères Bell-206 et CH-47D de la 1ère brigade d’aviation de l’armée hellénique (Crédits: État-major
général de l’armée hellénique)



La Grèce souhaite à son tour s’engager au sein de la Task Force Takuba, unité de forces spéciales européennes déployée avant la fin de l’été en appui des forces armées maliennes (FAMa). Une intention confirmée lors de la première réunion, le 12 juin par visioconférence, de la Coalition internationale pour le Sahel officiellement lancée en avril.

Non évoqué jusqu’alors, le projet de participation de la Grèce s’inscrit dans une volonté plus large d’accroître sa présence militaire et diplomatique au Sahel. « J’ai exprimé la volonté de notre pays d’établir une présence politique encore plus active en Afrique de l’Ouest, à la fois en participant à la Task Force Takuba et en ouvrant une ambassade de Grèce au Sénégal », déclarait le ministre des Affaires étrangères grec Nikos Dendias en marge de la visioconférence.

Les militaires grecs sont engagés au Sahel depuis 2013 dans le cadre de la mission européenne de formation européenne EUTM-Mali. Leur implication dans la TF Takuba n’a pas été détaillée, de même que le processus parlementaire préalable éventuellement nécessaire pour avaliser ce nouveau mandat.

Hormis la Grèce, le Canada s’est officiellement joint à la Coalition internationale pour le Sahel, ses ministres des Affaires étrangères et de la Défense insistant sur « la volonté du Canada de contribuer aux efforts internationaux visant à stabiliser la région, en participant à des opérations, à des exercices et à des initiatives de renforcement des capacités ». Les militaires canadiens sont actifs depuis longtemps au Sahel, notamment au travers de la MINUSMA et de l’opération Frequence activée périodiquement au profit de Barkhane.

Les soutiens se sont multipliés cette semaine en faveur des dispositifs français et européens au Sahel. Après le feu vert parlementaire suédois acquis jeudi, synonyme d’au moins 150 personnels et de quelques hélicoptères pour la TF Takuba, le Royaume-Uni a annoncé vendredi sa volonté de maintenir le détachement héliporté déployé en appui de Barkhane. Depuis leur arrivée en 2018, les trois CH-47 Chinook britanniques ont transporté de plus de 13 000 passagers et 1100 tonnes de fret au cours de 2000 heures de vol.

https://forcesoperations.com/la-grece-souhaite-rejoindre-la-tf-takuba/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 31176
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena32Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena24
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena25Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena26
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Cheval10Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena15
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Medail10

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Icon_minitimeLun 15 Juin 2020 - 21:50

Citation :
Mali : 44 soldats tués ou portés disparus suite à une embuscade

L'attaque a été menée par des éléments armés non identifiés contre un convoi militaire.

Mona Saanouni | 15.06.2020

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 _12f6113

Dakar

AA / Dakar


Au moins 44 soldats ont été tués ou portés disparus à la suite d'une attaque armée visant un convoi militaire au nord de Bamako, la capitale de la République du Mali.

Selon des médias locaux, un convoi militaire de près de 20 véhicules militaires a été victime d'une embuscade dressée par des éléments non identifiés à Bouka Were, à une centaine de kilomètres de la frontière mauritanienne.

Selon les informations collectées, le convoi a heurté des mines posées sur sa route par des éléments armés, et a été attaqué par la suite par des tirs intensifs depuis des armes lourdes.

Les mêmes sources ont ajouté que 14 véhicules ont été endommagés et au moins 44 soldats ont été tués ou portés disparus suite à l'attaque.

Elles ont souligné que 3 véhicules et 3 soldats sont rentrés au camp de Goma Coura, proche du site de l'attaque.

Les forces de l'air maliennes ont lancé une opération dans la région pour retrouver les soldats et les véhicules portés disparus.

*Traduit de l'Arabe par Mona Saanouni

https://www.aa.com.tr/fr/afrique/mali-44-soldats-tués-ou-portés-disparus-suite-à-une-embuscade/1877981
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 31176
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena32Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena24
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena25Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena26
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Cheval10Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena15
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Medail10

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Icon_minitimeSam 20 Juin 2020 - 22:13

Citation :
19 juin 2020 Marie-Madeleine Courtial

Les premiers renforts luxembourgeois sont arrivés au sein de l’EUTM Mali

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 _12f5515
L’armée luxembourgeoise a débuté le déploiement de
ses renforts au sein de l’EUTM Mali (crédit-photo IPR
1/3 Lanciers)


Les premiers renforts luxembourgeois sont arrivés au sein de l’EUTM Mali.

Le Luxembourg a décidé de déployer une vingtaine de militaires au sein de l’EUTM Mali pour une durée de deux ans. Equipés de drones Raven, ces militaires luxembourgeois feront partie de la Force Protection de la mission européenne. La pandémie du coronavirus a toutefois quelque peu modifié le déploiement, les activités de formation étant restreintes. Après avoir effectué une période de quarantaine, seule une partie du personnel a été déployée au mois de juin dans des fonctions considérées comme essentielles. « Le déploiement des militaires actuellement encore au Luxembourg se fera par phase et en fonction de la reprise des activités de l’EUTM », nous a précisé Karen Tsang, adjointe au service communication de l’armée. Les militaires luxembourgeois ont parfait leur préparation à cette mission au camp Lagland en Belgique.

D’autre part, l’armée luxembourgeoise planifie la rotation de son personnel au sein de la MINUSMA pour début juillet, l’ONU ayant autorisé la reprise des déploiements des détachements. Elle aura jusqu’à une trentaine de militaires déployés simultanément au Mali entre l’EUTM Mali et la MINUSMA.

https://defencebelgium.com/2020/06/19/les-premiers-renforts-luxembourgeois-sont-arrives-au-sein-de-leutm-mali/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 31176
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena32Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena24
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena25Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena26
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Cheval10Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena15
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Medail10

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Icon_minitimeLun 22 Juin 2020 - 19:47

Citation :
lundi 22 juin 2020

Une Takuba très Française



Ce devait être une task force très européenne, ce sera surtout et avant tout une task force très Française. Une centaine de Français vont devoir participer à l'unité qui va devoir mentorer un bataillon des FAMa dans la zone des trois frontières. Seul avantage, au moins, la barrière de la langue en sera moins une, au début.
On semble aussi très loin du format visé il y a un an, qui traquait les 400 à 600 militaires issus d'un réservoir potentiel d'une douzaine de nations Européennes.
Pour l'heure, le top initial est annoncé mi-juillet pour dans trois semaines avec une centaine de Français, pas forcément tous issus des forces spéciales (déjà bien occupées par ailleurs dans Sabre) et une quarantaine d'Estoniens.
Les opérations seront menées depuis la base de Gao ce qui voudrait dire beaucoup de roulage (pas forcément propice à l'effet de surprise) car les problèmes ne sont pas à Gao.
Le rythme de déploiement semble très bridé par de simples questions de logistique immobilière voire de logistique tout court, ce qui interpelle, vu que le sujet est sur l'agenda depuis plus d'un an maintenant.
Ces questions logistiques risquent de ne pas précipiter l'arrivée de la deuxième vague, annoncée pour le début 2021, avec des Suédois (150).
La possibilité que s'y joignent des Italiens et des Grecs est évoquée. Pour autant, ni les uns, et encore moins les autres ont une culture (récente) des opérations cinétiques en Afrique.
Or il va de soi que la zone considérée n'a rien de calme, et les forces spéciales y seront plongées par petites équipes, fondues dans des FAMa qui n'ont pas encore l'habitude d'opérations avec des mentors. Le temps de la connaissance mutuelle, essentielle dans les opérations, peut être long, d'autant plus avec la barrière de la langue.
Le déploiement du 2e REP, binômé avec une unité Nigérienne a bien montré l'intérêt d'opérations dans la durée, avec un format léger.
A ce stade, il n'est pas sûr que ce soit le modèle retenu pour Takuba. Le REP avait son plan d'opérations et le menait avec les FAN, y compris au plus bas niveau tactique. Takuba, elle, accompagnera au combat une unité Malienne qui a son propre programme, pas dicté par Barkhane, qui est la maison-mère de Takuba.
Il va de soi que les premières sorties et bilans (comme les pertes éventuelles), s'il y en a, seront guettés par le deuxième cercle des Takubistes potentiels. Il est manifestement plus large que le premier, mais aussi beaucoup plus indécis, les accusations récurrentes de crimes de guerre n'aidant évidemment pas beaucoup.

https://lemamouth.blogspot.com/2020/06/une-takuba-tres-francaise.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 31176
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena32Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena24
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena25Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena26
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Cheval10Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena15
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Medail10

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Icon_minitimeMer 1 Juil 2020 - 18:01

Citation :
BARKHANE : Le partenariat de combat est au cœur de la mission de Barkhane

Mise à jour :01/07/2020



Engagé depuis plusieurs mois dans l’opération Barkhane en tant que commandant en second du groupement tactique désert (GTD) « Dragon », le lieutenant-colonel Sébastien est responsable de l’ensemble des actions de formation et du partenariat de combat au sens large de son groupement. Il répond à nos questions


Mon colonel, vous avez piloté et suivi l'ensemble des actions de formation du GTD « Dragon » depuis plusieurs mois, que pouvez-vous nous en dire ?

La mission principale du GTD « Dragon » dans le domaine du partenariat militaire opérationnel (PMO) consiste à développer l’autonomie de nos partenaires (Maliens, Nigériens et Burkinabè).

Ce partenariat de combat, qui passe par le renforcement des capacités militaires techniques et tactiques ainsi que par l’accompagnement au combat des troupes partenaires, fait partie intégrante de notre mandat.

L’objectif est de renforcer leurs capacités opérationnelles et de leur redonner confiance. « Dragon » a établi une excellente dynamique avec les unités des Forces armées maliennes (FAMa) déployées à Gao, Gossi et Tombouctou permettant ainsi de répondre avec efficacité aux différentes attentes et aux besoins locaux.

De fait, « Dragon » a systématiquement formé ses partenaires selon le principe suivant : des séances d’instruction et d’entraînement conjoints pragmatiques, conduites par ses détachements de liaison et d’accompagnement (DLA) ou par ses différentes unités. Ces séances se poursuivaient à nos côtés, par une mise en pratique progressive lors d’opérations sur le terrain (patrouilles ponctuelles, opérations de contrôle de zone de 24 à 48h, opérations de trois à cinq jours jusqu’à des opérations de plusieurs semaines). La pédagogie en cours dans l’armée française et tout particulièrement à la Légion étrangère, reposant sur les démonstrations et la répétition de gestes simples pour qu’ils deviennent des réflexes, s’est révélée particulièrement performante. Il s’agit de transmettre des savoir-faire essentiels et une expérience opérationnelle à nos partenaires. Il faut travailler et répéter les gestes techniques pour leur « apprendre à faire parfaitement des choses simples ».

Les résultats sont très encourageants grâce à l’investissement des stagiaires et de leurs cadres qui suivent ces formations avec intérêt et bon esprit.

Durant plusieurs mois, en parallèle de la conduite des opérations, le GTD « Dragon » aura principalement conduit la formation et la montée en puissance de la première Unité légère de reconnaissance et d’intervention (ULRI) sur Gossi. Il aura également conduit des formations de Guetteurs aériens tactiques avancés (GATA). En outre, des entraînements conjoints au profit de sections du bataillon de l’armée reconstituée (BAR) de Tombouctou ont été également organisés. Enfin, et c’est l’essentiel, toutes ces activités ont systématiquement donné lieu à des mises en pratique dans le cadre d’opérations réelles.

Pouvez-vous revenir sur une action de formation en particulier ?

La montée en puissance des ULRI est sans aucun doute l’activité la plus marquante de notre mandat.

En gestation depuis l’été 2019, le concept des ULRI est né au sommet de Pau de la volonté de doter les FAMa d’unités capables de répondre par le mouvement et l’agilité aux agressions et aux modes d’action des groupes armés terroristes (GAT). Ces ULRI améliorent le dispositif tactique des FAMa face aux GAT et leur permet de mieux se déployer hors de leurs emprises afin de mieux contrôler l’environnement physique dans leurs zones d’engagement.

La 4e unité méhariste des FAMa a été entrainée dans ce nouveau format mixant des patrouilles légères sur des motos et des véhicules d’appui.

Cette formation très complète et innovante a commencé en février pour se terminer mi-juin et a été organisée en liaison très étroite avec le commandant du secteur 1 des FAMa.

Ces actions de formations visent à permettre la montée en gamme de nos partenaires? Sont-ils demandeurs? Sont-ils au rendez-vous ?

Ces actions de formation visent à renforcer leurs capacités opérationnelles et in fine leur redonner confiance. C’est la première étape vers l’autonomisation.

Nous sommes très souvent sollicités par nos partenaires. Dans le secteur de Tombouctou, la 5e Région militaire suit avec intérêt la dynamique PMO dans la zone du Gourma : fort des informations qu’elle a reçues, elle a demandé des formations GATA et des entrainements conjoints pour accompagner la montée en puissance du BAR récemment équipé des véhicules Typhon.

Le stage GATA est particulièrement prisé car il permet d’intégrer dans toutes les unités maliennes engagées sur le terrain, des soldats ou des cadres formés au guidage des avions de chasse français ou maliens. Cela facilite grandement l’engagement de l’appui aérien à leur profit, leur donnant beaucoup d’assurance dans les opérations autonomes qu’ils conduisent. Dans ce cadre, nous avons formé les trois premiers instructeurs GATA qui vont désormais pouvoir conduire seuls ce type de stage et accroitre ainsi le nombre de guetteurs aériens tactique.

Toutes les formations que nous avons réalisées, ont été certifiées par des engagements progressifs et répétés en opérations. Les sections ULRI ont été engagées au combat et ont connu « l’épreuve du feu » à nos côtés contre des GAT dans le Gourma, avec des résultats opérationnels très satisfaisants. Les GATA ont quant à eux guidé, avec une grande efficacité, des avions français ou maliens lors d’attaques de postes ou de convois.

Les actions que nous conduisons au profit des forces partenaires nécessiteront d’être poursuivies à mon sens pendant de longs mois afin qu’elles renforcent progressivement leur autonomie opérationnelle.

Plusieurs de vos unités ont combattu dans le Gourma et dans la zone des 3 frontières aux côtés des forces armées maliennes et nigériennes, comment ont-elles vécues ce partenariat de combat ?

Nos DLA et nos unités accompagnent systématiquement des unités partenaires au combat. Bénéficiant d’une bonne connaissance de l’encadrement et des soldats qu’ils ont formés ou qu’ils côtoient, le dialogue et les habitudes de travail sont au rendez-vous et sont source d’efficacité. L’un de nos DLA a d’ailleurs patrouillé dans le Gourma avec des sections maliennes et une section nigérienne pendant plusieurs semaines. Mais c’est un partenariat à double entrée, l’un apporte à l’autre et vice versa. Outre la liberté d’action qu’offrent des troupes aux matériels adaptés aux contraintes locales, les unités partenaires connaissent bien le terrain dans lequel nous évoluons et permettent un contact étroit avec la population grâce à la connaissance des langues locales ainsi que des us et coutumes.

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 _12f6154

Conduite par les armées françaises, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, l’opération Barkhane a été lancée le 1er août 2014. Elle repose sur une approche stratégique fondée sur une logique de partenariat avec les principaux pays de la bande sahélo-saharienne (BSS) : Burkina-Faso, Mali, Mauritanie, Niger, et Tchad. Elle regroupe environ 5100 militaires dont la mission consiste à lutter contre les groupes armés terroristes et à soutenir les forces armées des pays partenaires afin qu’elles puissent prendre en compte cette menace.

Sources : État-major des armées
Droits : EMA


https://www.defense.gouv.fr/operations/actualites2/barkhane-le-partenariat-de-combat-est-au-coeur-de-la-mission-de-barkhane
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 31176
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena32Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena24
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena25Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena26
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Cheval10Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena15
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Medail10

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Icon_minitimeJeu 16 Juil 2020 - 20:22

Citation :
Mission des Nations Unies au Mali - MINUSMA

Tombouctou : la MINUSMA renforce la sécurisation des populations civiles

Le Secteur Ouest de la MINUSMA a dirigé, du 06 au 12 juillet dernier, une opération de sécurisation baptisée WADE 2 à Didi. Conduite par le contingent burkinabè, le but de cette opération est de contribuer à la protection des civils et au renforcement de la sécurité dans la région.

Des checkpoints temporaires érigés sur les axes de passage et des patrouilles journalières ont été menées en vue d’assurer une présence renforcée de la Force dans la zone. Cette action a permis d’établir le contact avec la population locale. « La présence de la MINUSMA rassure les riverains du village de Didi et contribue à la libre circulation des personnes et de leurs biens au niveau des deux rives du fleuve, » a témoigné un habitant.

La Mission des Nations Unies au Mali contribue à la restauration de la sécurité à travers la poursuite par la Force de la MINUSMA des patrouilles de reconnaissance et de dissuasion sur les axes routiers ainsi que les nombreuses activités en soutien à la mises en œuvre du processus de paix.

Pour rappel, la MINUSMA a effectué l’opération WADE 1 du 25 juin au 02 Juillet dernier dans les localités de Diré, Tindirma, Tonka et Niafounké.
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 _12f6304
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 _12f6306
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 _12f6305
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 _12f6307
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 31176
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena32Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena24
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena25Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena26
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Cheval10Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena15
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Medail10

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Icon_minitimeVen 17 Juil 2020 - 18:18

Citation :
BARKHANE : Des officiers français renforcent le poste de commandement de la Force Conjointe du G5 Sahel

Mise à jour :17/07/2020



L’opération Barkhane repose sur un esprit de partenariat avec les forces nationales, internationales et la force conjointe du G5 (FC-G5) Sahel. Cela se traduit notamment par la mise en place de détachements auprès des états-majors. Il en est ainsi du détachement de liaison et de mentorat (DLM) de la Force Barkhane inséré en partie au poste de commandement interarmées de théâtre (PCIAT) de la FC-G5 Sahel.

Le PCIAT de la FC-G5Sahel, inauguré le 3 juin 2020, est installé sur une parcelle de 5000m² non loin de Bamako. Il incarne la vision régionale de la FC-G5Sahelsurtoutela bande sahélo-saharienne.

C’est donc désormais à partir de ce PCIAT que les décisions de niveau opératif de la FC-G5Saheldans la lutte contre les groupes armés terroristes (GAT), seront prises. C’est également à partir de son centre opérationnel interarmées (COIA) que la force conjointe élaborera ses futurs plans de campagne et en assurera le suivi.

Afin d’accompagner sa montée en puissance, des officiers français du DLM de la force Barkhane y sont insérés. Détachés dans un premier temps au poste de commandement conjoint de Niamey, cinq d’entre eux sont désormais détachés au PCIAT près de Bamako. Forts de leurs expériences et de leurs savoir-faire, ils ont pour mission de conseiller et d’appuyer le personnel de la FC-G5Sahel dans des domaines tels que la planification des opérations, les systèmes d’informations et la logistique.

Pour exemple, le lieutenant-colonel Bruno conseille la FC-G5 Sahel sur l’élaboration et le suivi des campagnes aériennes et terrestres ainsi que sur la conception des opérations. Ces concepts seront par la suite déclinés au niveau des postes de commandement des trois fuseaux (ouest, centre et est) au Sahel.

Quant au commandant Mourad, spécialiste des systèmes d’informations et de communication, il a participé avec son homologue de la FC-G5 Sahel à la création et à la mise en place d’un réseau informatique sécurisé pour tout le PCIAT. Grâce à ce partenariat, le COIA fonctionne et permet de planifier des opérations et d’échanger des informations en toute sécurité.

De son côté, le commandant Cyril transmet son expérience et ses conseils sur l’élaboration de la documentation nécessaire au bon fonctionnement du PCIAT : mémentos, règlements de fonctionnement, exploitation des retours d’expériences et autres bonnes pratiques que Barkhane met d’ailleurs en œuvre au sein de son propre PCIAT à N’Djamena.

Le personnel du DLM à Bamako est donc en appui de la FC-G5 Sahel afin que le PCIAT s’opérationnalise au meilleur rythme possible. Concernant cette montée en puissance, le colonel Patrick, chef du DLM et conseiller de la force Barkhane auprès du commandant de la FC-G5 Sahel souligne « un nombre important d’officiers du PCIAT est passé par le poste de commandement conjoint de Niamey au cours de l’opération SAMA. Ces militaires ont acquis une expérience considérable dans le domaine de la planification et de la conduite d’une opération. Depuis l’installation dans ses nouveaux locaux, sous l’impulsion du COMANFOR, le général Namata, et de son chef d’état-major, le colonel Ouedraougo, ce personnel conduit des instructions d’une grande qualité au profit de l’ensemble du PCIAT. Toutes ces actions portent leurs fruits. Les progrès sont visibles et le PCIAT est désormais dans une très bonne dynamique. »

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 _12f6318
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 _12f6319

Conduite par les armées françaises, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, l’opération Barkhane a été lancée le 1eraoût 2014. Elle repose sur une approche stratégique fondée sur une logique de partenariat avec les principaux pays de la bande sahélo-saharienne (BSS) : Burkina-Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad. Elle regroupe environ 5100 militaires dont la mission consiste à lutter contre les groupes armés terroristes et à soutenir les forces armées des pays partenaires afin qu’elles puissent prendre en compte cette menace.

Sources : État-major des armées
Droits : EMA


https://www.defense.gouv.fr/operations/actualites2/barkhane-des-officiers-francais-renforcent-le-poste-de-commandement-de-la-force-conjointe-du-g5-sahel
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 31176
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena32Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena24
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena25Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena26
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Cheval10Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena15
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Medail10

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Icon_minitimeVen 24 Juil 2020 - 17:54

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Icon_sal RIP

Citation :
23.07.2020

La biographie du 1re classe Tojohasina Razafintsalama


Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 _12f6377

Voici la biographie du 1re classe Tojohasina Razafintsalama tué au Mali ce jeudi.

Né le 20 octobre 1994 à Mahazoarivo (Madagascar), le 1ère classe Tojohasina Razafintsalama a accompli toute sa carrière au sein du 1er régiment de hussards parachutistes de Tarbes. Il s’engage le 1 er août 2018 au sein de ce régiment.
Lors de sa formation initiale, il se distingue par son excellent état d’esprit et fait preuve d’un très bon potentiel. Affecté au 2e escadron comme cavalier blindé, il est élevé à la distinction de 1re classe le 1er février 2019.
Particulièrement compétent, il participe à une mission de courte durée en Nouvelle Calédonie du 31 juillet au 6 décembre 2019 où il s’investit sans compter et plus particulièrement lors d’une tournée de province, ce qui lui vaudra une lettre de félicitations émise par le colonel commandant le régiment d’infanterie de marine du Pacifique Nouvelle-Calédonie. Hussard parachutiste motivé, il réussit brillamment sa formation générale élémentaire lors de son retour à Tarbes. Cherchant constamment à accroitre ses connaissances, il accède à la fonction de tireur de mitrailleuse 12,7 mm au sein de son peloton.
Toujours volontaire, il est projeté au Mali le 14 juillet 2020 dans le cadre de l’opération "BARKHANE" au sein du groupement tactique désert n° 1 BRUNO en tant que cavalier blindé.
Le 23 juillet 2020, au cours d’une opération de reconnaissance sur la RN 16, le hussard parachutiste de 1ère classe Tojohasina Razafintsalama est mortellement touché par l’explosion d’un véhicule suicide ennemi à proximité de son véhicule blindé léger au Nord de la base opérationnelle avancée de Gossi.
Décoré de la médaille de la défense nationale "bronze" le 1er janvier 2019, le hussard parachutiste de 1 ère classe Tojohasina Razafintsalama était célibataire sans enfant.
Il est mort pour la France, dans l’accomplissement de sa mission.

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2020/07/23/la-biographie-du-1re-classe-tojohasina-razafintsalama-21342.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 31176
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena32Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena24
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena25Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena26
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Cheval10Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena15
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Medail10

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Icon_minitimeVen 7 Aoû 2020 - 18:39

Citation :
Malgré la saison des pluies, Barkhane maintient un rythme opérationnel soutenu dans le Gourma malien

par Laurent Lagneau · 7 août 2020


Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 _12f6453

Au Sahel, alors que le général Pascal Facon s’apprêtait à céder la direction des opérations au général Marc Conruyt, la force Barkhane a repris le rythme soutenu qui était le sien, après avoir terminé la relève des unités qui étaient à l’oeuvre depuis février.

Dès la mi-juillet, ayant succédé au Groupement tactique désert [GTD] « Centurion », le GTD Bercheny, armé notamment par le 1er Régiment de Hussards Parachutistes [RHP], a commencé ses patrouilles et ses reconnaissance dans les secteurs de Menaka et de Labbézanga. Ce qui a donné lieu à des contacts avec des groupes armés terroristes [GAT]. Au cours de l’un deux, le brigadier Razafintsalama a malheureusement perdu la vie, après son Véhicule blindé léger [VBL] a été frappé par une voiture suicide chargée d’explosifs, entre Gao et Gossi.

De son côté, ayant pris la relève des légionnaires du 2e Régiment Étranger d’Infanterie [REI], dont le quotidien Le Monde a raconté les missions menées au cours de ces derniers mois, et, surtout, évoqué les résultats obtenus sur le terrain, le GTD « Bruno », armé par le 3e Régiment de Parachutistes d’Infanterie de Marine [RPIMa] a conduit une importante opération héliportée dans le gourma malien, le 29 juillet.

Opération qui a été facilitée par les hélicoptères lourds de transport [HTL] CH-47 « Chinook » et EH101 « Merlin », mis à la disposition de Barkhane par le Royaume-Uni et le Danemark. L’objectif était de harceler les GAT dans leurs retranchements. Ces appareils ont ainsi déposé une centaine de parachutistes « sous court préavis » dans le secteur visé. Selon le compte-rendu de l’État-major des armées [EMA], avec l’appui d’une patrouille de Mirage 2000D, les marsouins ont « mis hors de combat plusieurs » terroristes et saisi de « nombreuses ressources logistiques ».

Cette opération avait été précédée par une mission de harcèlement conduite quelques jours plus tôt dans le Gourma malien par une unité du GTD Bruno. Peu de détails ont été donnés à cette occasion, si ce n’est que les parachutistes ont bénéficié de l’appui de deux patrouilles de Mirage 2000D dans le secteur d’Adiora, le 22 juillet.

La saison des pluies complique les opérations de Barkhane, les terrains étant encore moins praticables que d’habitude. D’où le recours à des Véhicules à Haute Mobilité [VHM], de nouveau acheminés au Sahel. En outre, il faut aussi tenir compte du contexte sanitaire lié à la pandémie de covid-19.

Cela étant, pendant que le GTD Bruno intervenait dans le Gourma malien, le sous-groupement commando parachutiste [SGCP] et les hélicoptères du Groupement tactique désert Aérocombat [GTD-A], appuyés par un drone MQ-9 Reaper de l’armée de l’Air, étaient à pied d’oeuvre depuis une semaine, dans un secteur situé plus à l’est. Au cours de cette opération, plusieurs accrochages avec des jihadistes, appartenant vraisemblablement à l’État islamique au grand Sahara [EIGS] ont eu lieu. Et cela dès le premier jour.

En effet, le 20 juillet, lors de la reconnaissance d’une zone d’intérêt, les commandos parachutistes ont surpris un GAT d’une quinzaine de combattants. Appuyés par des hélicoptères d’attaque [Tigre et/ou Gazelle], ils ont engagé le combat à « très courte distance ».

« Les commandos parachutistes ont immédiatement pris l’ascendant, neutralisant plusieurs terroristes, provoquant la fuite des autres et saisissant de nombreuses ressources logistiques, notamment des armes, des motos et du matériel électronique », rapporte l’EMA dans son dernier compte-rendu.

Deux jours plus tard, ce sont les jihadistes qui, apparemment, sont passés à l’attaque. Mais « face à la réaction instantanée des commandos », ils ont rapidement abandonné le terrain, laissant armes et motos derrière eux. L’opération du SGCP a pris fin le 1er août.

Plus tôt, c’est un drone MQ-9 Reaper qui est intervenu contre un GAT, repéré grâce à ses capteurs dans le sud-est du Gourma malien, alors qu’il effectuait un vol de surveillance de zone. Après la phase d’idenfication et de confirmation de la cible, une frappe a été décidée, alors qu’il était nécessaire « d’agir au plus vite », selon l’EMA. Le bilan de cette action a ensuite été établi par les commandos de montagne du GTD-A, appuyés par deux hélicoptères Tigre. Ainsi, il a été confirmé la « neutralisation » des jihadistes « sur leur campement » ainsi que la « destruction d’une moto et de diverses ressources logistiques. »

Étant donné que le général François Lecointre, le chef d’état-major des armées [CEMA] estime que « l’indicateur de réussite n’est pas le nombre de jihadistes tués » et que les forces françaises ne font pas la « chasse au scalp » car « cela n’a pas de sens » [dixit le porte-parole de l’EMA, le colonel Fréderic Barbry], il est difficile d’avoir une idée précise de l’ampleur des pertes infligées aux groupes armés terroriste. Cependant, il est estimé que, depuis le début de cette année, 600 jihadistes ont été « neutralisés ». Lors d’une audition au Sénat avant de quitter le commandement de Barkhane, le général Facon a par ailleurs parlé d’une « réduction sensible des capacités humaines de l’EIGS », ce qui conduit l’organisation à recruter des « combattants de plus en plus jeunes. »

Photo : État-major des armées

http://www.opex360.com/2020/08/07/malgre-la-saison-des-pluies-barkhane-maintient-un-rythme-operationnel-soutenu-dans-le-gourma-malien/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 31176
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena32Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena24
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena25Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena26
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Cheval10Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena15
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Medail10

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Icon_minitimeLun 10 Aoû 2020 - 18:01

Citation :
BARKHANE : La lutte contre les groupes armés terroristes se poursuit sans relâche

Mise à jour :10/08/2020


Du 19 au 24 juillet, le groupement tactique désert (GTD) « Bruno » a mené une nouvelle opération de harcèlement zonal au Sud-Ouest de Gao. Alors que la saison des pluies est bien installée dans le Liptako-Gourma, Barkhane maintient sans fléchir la pression sur les groupes armés terroristes (GAT).

Lancée depuis la base de Gao, cette opération avait pour but, après une phase de reconnaissance, de harceler les GAT dans les zones qu’ils considèrent comme des refuges.

Durant six jours, les hommes et femmes du GTD « Bruno » de la force Barkhane ont multiplié les ratissages en brousse et dans les villages afin de trouver des traces de présence et des plots logistiques GAT mais aussi de rassurer les habitants des localités traversées de la présence à leurs côtés de Barkhane et des Forces Armées maliennes (FAMa).

Compte tenu de la saison des pluies, l’opération avait également pour objectif de reconnaitre les points de franchissement des cours d’eau accessibles en cette saison humide.

Alors que la praticabilité des axes et du terrain est réduite par les précipitations, le GTD « Bruno » s’est affranchi des contraintes du terrain par l’engagement d’une unité équipée de véhicule haute-mobilité (VHM).

Ces engins chenillés, utilisés par les troupes de montagne et les unités amphibies, ont pour avantage de présenter de grandes capacités de franchissement leur permettant de traverser sans difficulté les oueds (lits de rivière) gorgés d’eau en cette période de l’année.

Comme le précise le capitaine Raphaël, commandant d’unité : « la principale qualité de ce vecteur est sa mobilité. Il permet une navigation rectiligne très précieuse sur un terrain très abrasif comme celui que l’on rencontre au Mali lequel nous oblige très souvent à contourner les points de passage et à trouver notre voie à travers le désert et les oueds.» Cette mobilité accrue permet de passer aisément d’un compartiment de terrain à un autre et ainsi d’atteindre les GAT là où ils se cachent.

Au final, ces six jours d’opération ont permis de collecter de précieuses informations sur les mouvements et les activités de l’ennemi dans la zone, tout en alimentant le sentiment d’incertitude chez ces derniers. Après un premier semestre 2020 marqué par un engagement massif et continu des unités sur le terrain, Barkhane poursuit sans relâche et avec une détermination constante, la lutte contre les GAT dans la région des trois frontières.                                    

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 _12f3975

Conduite par les armées françaises, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, l’opération Barkhane a été lancée le 1er août 2014. Elle repose sur une approche stratégique fondée sur une logique de partenariat avec les principaux pays de la bande sahélo-saharienne (BSS) : Burkina-Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad. Elle regroupe environ 5 100 militaires dont la mission consiste à lutter contre les groupes armés terroristes et à soutenir les forces armées des pays partenaires afin qu’elles puissent prendre en compte cette menace.

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 _12f3976
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 _12f3978
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 _12f3977
Sources : État-major des armées
Droits : EMA


https://www.defense.gouv.fr/operations/actualites2/barkhane-la-lutte-contre-les-groupes-armes-terroristes-se-poursuit-sans-relache
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 31176
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena32Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena24
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena25Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena26
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Cheval10Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena15
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Medail10

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Icon_minitimeJeu 27 Aoû 2020 - 17:51

Citation :
BARKHANE : Task Force Takuba - Les premiers entrainements franco-estoniens ont débuté

Mise à jour :26/08/2020


Début août, les derniers opérateurs estoniens et la plupart de leurs matériels sont arrivés sur le théâtre. Le travail conjoint et les premiers entrainements des forces spéciales (FS) françaises et estoniennes de la Task force (TF) Takuba ont donc pu débuter. L’adjudant Christophe, chef de groupe FS au sein de Takuba, revient sur les premiers exercices conjoints qui se déroulent en ce moment à Gao.

Travailler conjointement avec une force partenaire nécessite quelques ajustements de départ. En effet, « lorsque l’on arrive sur le terrain, que l’on part en opération, l’ensemble du groupe doit avoir l’esprit clair. Pour cela, il faut que toutes les tactiques de base soient comprises par chacune des nations » nous dit-il. Il faut donc instaurer une confiance mutuelle dans les différentes actions employées sur le terrain et même au quotidien, avant d’accueillir les forces armées maliennes afin de les conseiller et les accompagner avec efficacité au combat. Cela évite ainsi toute ambigüité. C’est pourquoi une première phase d’entrainements est primordiale afin « d’éviter tout acte dangereux une fois que nous serons déployés sur une opération », précise-t-il.

Un travail en coalition avec différentes nations suppose des procédures différentes qu’il faut aborder et pour lesquelles il faut trouver des solutions. Ces entrainements permettent ainsi de travailler sur des procédures communes. Cela passe par différentes étapes. « Avant chaque entrainement, il y a une préparation mission. Nous montrons à nos homologues estoniens comment nous établissons une préparation mission et comment on s’organise tactiquement sur le terrain. Par exemple, on instaure un système de transmissions simple pour que tout le monde puisse parler librement sans surcharger le réseau radio », explique l’adjudant.

Avant leur arrivée sur le théâtre, un exercice franco-estonien aurait dû se dérouler à Pau. Mais la crise sanitaire due à la COVID-19 a contraint les deux nations à l’annuler. Néanmoins, l’adjudant n’avait aucune crainte sur les capacités des forces spéciales estoniennes. « Un opérateur reste un opérateur, quelle que soit la nation. On travaille de la même manière tactiquement »» précise-t-il.

La réalisation de ces entrainements permet de mettre en exergue certains aspects du terrain encore méconnus des Estoniens. « Grâce aux exercices que je mets en place, j’essaye de me rapprocher au plus près du terrain et de ce qui peut attendre les Estoniens lors des opérations. On leur explique bien ce qu’on a pu rencontrer par le passé. C’est un gain de temps en termes d’expérience.» explique l’adjudant, déployé à de très nombreuses en opérations extérieures.

Les entrainements sont donc très bénéfiques pour l’ensemble des FS de la TF Takuba. « Réaliser ces exercices nous permet de faire des erreurs que l’on corrige dans la foulée. De ce fait, une fois en opération, on sait que tout se déroulera correctement » ajoute-t-il. De quoi mettre en confiance lorsque les missions débuteront avec les Maliens.

Afin de renforcer les capacités opérationnelles des Forces armées maliennes, la Task Force (TF) Takuba a été officiellement lancée le 27 mars 2020. Elle est composée de forces spéciales européennes et a reçu pour mission de conseiller, d’assister et d’accompagner au combat l’armée malienne dans sa mission de contrôle du Liptako.

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 _12f1169

Conduite par les armées françaises, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, l’opération Barkhane a été lancée le 1er août 2014. Elle repose sur une approche stratégique fondée sur une logique de partenariat avec les principaux pays de la bande sahélo-saharienne (BSS) : Burkina-Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad. Elle regroupe environ 5 100 militaires dont la mission consiste à lutter contre les groupes armés terroristes et à soutenir les forces armées des pays partenaires afin qu’elles puissent prendre en compte cette menace.


Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 _12f1170
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 _12f1171
Sources : État-major des armées
Droits : EMA


https://www.defense.gouv.fr/operations/actualites2/barkhane-task-force-takuba-les-premiers-entrainements-franco-estoniens-ont-debute
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 31176
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena32Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena24
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena25Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena26
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Cheval10Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena15
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Medail10

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Icon_minitimeJeu 27 Aoû 2020 - 19:31

Citation :
TF Takuba : le déploiement tchèque reçoit l’aval du Sénat

Actualités Nathan Gain 25 août, 2020

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 _12f1175
(Crédit : ministère de La Défense tchèque)



Après plusieurs reports, les sénateurs tchèques ont enfin donné leur accord pour le déploiement de militaires au Sahel au profit de la TF Takuba. Ne reste qu’à décrocher l’assentiment des députés pour entériner définitivement la participation de la République tchèque à cette unité de forces spéciales européennes constituée pour former et accompagner l’armée malienne au combat.

Avec la résolution n° 483 approuvée le 12 août, le Sénat marque son accord pour le déploiement d’un maximum de 60 « à partir de la date d’approbation du Parlement tchèque jusqu’au 31 décembre 2022 ». Ce feu vert comprend une unique condition : avant le 30 juin de l’année suivant le déploiement du contingent, le gouvernement tchèque devra tenir le Sénat informé des activités menées par le ministère de La Défense dans le cadre de la lutte contre le terrorisme au Mali, au Niger et au Tchad. Ce contrôle parlementaire sera ensuite répété jusqu’en 2023.

Les 60 opérateurs issus du 601e groupe de forces spéciales (601. SkSS) de Prostějov devraient rallier le Sahel à compter d’octobre. Le déploiement d’un premier noyau franco-estonien à Gao a permis à la TF Takuba d’atteindre sa capacité opérationnelle initiale (IOC) le 15 juillet. La priorité consiste actuellement à parfaire le volet entraînement avec la constitution de procédures communes. « À l’issue, la TF entamera sa mission de conseil et d’assistance au profit des forces maliennes, avant de les accompagner sur le terrain », déclarait aujourd’hui le ministère des Armées. Un troisième détachement de 150 militaires suédois rejoindra le dispositif en janvier 2021, éventuellement suivi au printemps par l’Italie en cas d’accord parlementaire. D’autres pays ont annoncé leur volonté d’envoyer des éléments opérationnels, le Portugal et la Grèce notamment.

Depuis le début du mois de juin, la France poursuit la construction des infrastructures destinées à accueillir les forces partenaires de la TF Takuba à Ménaka (est du Mali). Le terrassement de la base du chantier et la mise en place de bastion walls maintenant achevés, les sapeurs du détachement d’appui au déploiement lourd (ADL) de Barkhane ont entamé la seconde étape visant à installer les réseaux de communication et de câblage. L’ensemble devrait être opérationnel à partir du 1er octobre.

« Bien sûr, en raison de la Covid-19 et de la saison des pluies, nous avons rencontré quelques difficultés. Dans des conditions idéales, le chantier de TAKUBA devrait être réalisable en deux mois. Nous prenons toutes les mesures nécessaires afin de pouvoir fournir le chantier dans les délais » indique l’Adjudant-chef Nicolas, chef du détachement de renfort de l’ADL

https://forcesoperations.com/tf-takuba-le-deploiement-tcheque-recoit-laval-du-senat/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 31176
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena32Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena24
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena25Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena26
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Cheval10Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena15
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Medail10

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Icon_minitimeMer 2 Sep 2020 - 19:00

Citation :
Mali : Un civil tué lors d’un incident avec un bus ayant refusé d’obtempérer à l’approche d’un convoi militaire français

par Laurent Lagneau · 2 septembre 2020


Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 _12f1235

Au Mali, le moindre incident avec des civils pouvant être exploité par la propagande jihadiste, voire par ceux qui réclament le départ de Barkhane et celui des forces internationales du pays, les militaires français sont soumis à des règles d’engagements qui, s’inscrivant dans un cadre juridique précis, leurs sont précisées par un « Legad » [legal advisor, conseiller juridique opérationnel]. Si elles ne sont pas connues du grand public, elles reposent sur un principe intangible : tout soldat attaqué a le droit de se défendre.

Cependant, ce cadre juridique n’empêche pas les incidents, notamment quand des situations délicates se présentent aux militaires français. Comme, par exemple, quand une voiture ou un camion refuse d’obtempérer à l’approche d’une patrouille, alors que le risque d’un attentat suicide par VBIED [Vehicle Borne Improvised Explosive Devices, véhicule piégé] est important.

Et c’est ce qui s’est passé dans la matinée du 1er septembre, à une cinquantaine de kilomètres à l’ouest de Gao.

« Un bus qui se dirigeait à vive allure en direction [d’un] convoi militaire [français] a fait l’objet de sommations verbales et gestuelles, puis d’un premier tir de sommation, alors que la menace de véhicules suicides est élevée », a en effet indiqué l’État-major des armées [EMA], dans un communiqué. Mais ces premières mesures n’ont pas fait ralentir le bus. Un second tir de sommation dirigé vers le sol a alors été effectué. Deux balles ont ricoché sur le sol et traversé le pare-brise, blessant trois passagers dont l’un grièvement », a-t-il continué.

Le civil gravement blessé a ensuite été évacué par hélicoptère vers l’hôpital militaire de campagne français de Gao. Mais il est finalement décédé des suites de ses blessures. « La force Barkhane présente ses sincères condoléances aux proches de la victime », a conclu l’état-major, précisant que « toutes les mesures ont été prises pour établir les circonstances exactes de cet événement », en relation avec la gendarmerie malienne.

Ce n’est pas le premier incident de ce type pour la force Barkhane. En juin 2019, et malgré plusieurs tirs de sommation, un pick-up avait continué à rouler en direction de militaires français alors déployés à l’ouest de Tombouctou. Ces derniers avaient alors procédé à un tir pour le stopper, ce qui provoqua son explosion… et la mort de ses trois occupants. Il était ensuite apparu que le véhicule transportait une grande quantité de carburant. Une enquête avait été ouverte pour « faire toute la lumière sur les faits », avait indiqué l’EMA, à l’époque.

Photo : archive / EMA

http://www.opex360.com/2020/09/02/mali-un-civil-tue-lors-dun-incident-avec-un-bus-ayant-refuse-dobtemperer-a-lapproche-dun-convoi-militaire-francais/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 31176
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena32Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena24
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena25Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena26
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Cheval10Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena15
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Medail10

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Icon_minitimeDim 6 Sep 2020 - 17:47

RIP Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Icon_sal

Citation :
Deux hussards parachutistes tués par un engin explosif improvisé au Mali

par Laurent Lagneau · 5 septembre 2020


Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 _12f1255

Après la perte du hussard de 1ere classe Tojohasina Razafintsalama, le 23 juillet, lors d’une attaque suicide commise avec un VBIED [véhicule piégé], le 1er Régiment de Hussards Parachutistes [RHP] a une nouvelle fois été endeuillé, ce 5 septembre.

En effet, en fin de matinée, l’un de ses VBL [Véhicule blindé léger] a été visé par un engin explosif improvisé [IED] lors d’une opération de contrôle de zone dans la région de Tessalit.

Les trois occupants du blindés ont été très gravement blessés par l’explosion. Malheureusement, malgré les soins prodigués immédiatement par l’équipe médicale déployée à leurs côtés, deux d’entre-eux, le hussard parachutiste de première classe Arnaud Volpe et le brigadier-chef de première classe S.T [*] ont succombé à leurs blessures. Le pronostic vital de leur camarade, pour le moment stable, reste « réservé », selon l’État-major des armées [EMA].

La force de réaction rapide a été « déclenchée », avec l’appui de deux Mirage 2000D, a précisé l’EMA. « La détermination de la force Barkhane n’est en rien entamée face à un ennemi encore capable de porter des coups », a-t-il souligné.

« Le Président de la République s’incline avec un profond respect devant le sacrifice de ces soldats du 1er régiment de hussards parachutistes de Tarbes, morts pour la France dans l’accomplissement de leur mission contre le terrorisme au Sahel », a fait savoir l’Élysée, via un communiqué. « Il adresse ses très sincères condoléances à leurs familles, à leurs proches et à tous leurs frères d’armes. Il les assure de la solidarité de la Nation dans ces douloureuses circonstances. Il apporte également son entier soutien à leur camarade blessé dans la même attaque », a ajouté la présidence.

« Le hussard parachutiste de première classe Arnaud VOLPE et le brigadier-chef de première classe S.T. sont morts en luttant contre le terrorisme dans une région où plusieurs groupes mènent des actions violentes contre les populations civiles. Ils sont allés au bout de leur engagement, au nom de convictions et de valeurs qui sont au fondement de notre pays », a réagi Florence Parly, la ministre des Armées.

L’armée de Terre n’a pu donner que les éléments biographiques du hussard de 1re classe Arnaud Volpe. Ainsi, ce dernier s’était engagé à l’âge de 21 ans au sein du 1er Régiment de Chasseurs Parachutistes de Pamiers. Puis, le 6 août 2019, il avait rejoint le 4e escadron du 1er RCP.

« Jeune hussard calme et souriant, il se fait vite remarquer par une implication et une volonté de bien faire de tous les instants. Recherchant constamment à accroître ses connaissances, il fait partie des meilleurs, sa disponibilité et son esprit volontaire faisant de lui un soldat digne de la plus grande confiance », dit de lui sa hiérarchie.

Àgé de 24 ans, célibataire et sans enfant, le hussard de 1re classe Arnaud Volpe était titulaire de la médaille outre-mer avec agrafe « Sahel ».

[*] À la demande de la famille, l’État-major des armées n’a pas communiqué son identité

http://www.opex360.com/2020/09/05/deux-hussards-parachutistes-tues-par-un-engin-explosif-improvise-au-mali/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 31176
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena32Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena24
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena25Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena26
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Cheval10Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Unbena15
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Medail10

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Icon_minitimeDim 13 Sep 2020 - 18:39

Citation :
 BARKHANE : La mobilité au service du combat offensif, focus sur la section d’aide à l’engagement débarqué (SAED) du GTD « Bruno »

Mise à jour :11/09/2020


Du 6 au 24 août, une Section d’aide à l’engagement débarqué (SAED) a été engagée au profit du Groupement tactique désert (GTD) « Bruno ». Ce dernier avait pour mission de poursuivre la lutte contre les Groupes armés terroristes (GAT) dans le Gourma, en imposant son rythme et en contrôlant la zone pour maintenir une forte pression sur l’ennemi. Unité créée et entraînée tout spécialement pour ce mandat, la SAED a prouvé toute son efficacité et sa pertinence dans ce type d’action et sur ce territoire.

Caractérisée par son ultra mobilité et les savoir-faire complets des soldats qui la composent, la SAED constitue un élément à la fois autonome et offensif au sein d’une unité de combat. Tout en évoluant dans un environnement complexe et sur un terrain pour lequel la praticabilité représente un véritable défi en cette saison des pluies, les parachutistes composants cette section singulière ont été entraînés spécifiquement pour cette projection sur l’opération BARKHANE. À leur tête, le lieutenant Paul, a suivi de près la préparation de ses hommes : « Nous avons beaucoup travaillé avant d’être projetés au Mali. Nous avons suivi une préparation poussée dans plusieurs domaines : renseignement, appui, génie, exploitation de site sensible, drone, etc. Ainsi, nos savoirs faire de combattants d’infanterie ont été élargis ».

Avec le même volume qu’une section ordinaire, la SAED est formée de deux groupes d’aides à l’engagement débarqué. S’ajoutent une équipe d’appui, une équipe d’observation spécialisée dans le guidage des appuis aériens et artillerie, ainsi qu’une équipe du génie. Ces capacités réunies au sein d’une même section permettent au commandant d’unité de disposer d’un pion autonome et réactif. Ces compétences mixées et caractéristiques sont particulièrement adaptées aux opérations menées ici au Mali. « Nous avons ainsi été envoyés sur une mission à plusieurs kilomètres de notre unité. Nous avons pu prouver notre rapidité d’action, notre mobilité, notre capacité à recueillir des informations, mais aussi d’effectuer des ouvertures d’itinéraires utiles à tout le sous groupement », précise le lieutenant Paul.

Toutes ces compétences maîtrisées par les hommes du lieutenant, sont à la main du lieutenant Paul, qui les emploie au quotidien dans sa manœuvre. « J’ai essayé d’utiliser la SAED dans le plus large champ de leurs compétences, que ce soit dans l’accompagnement d’autorité, ou en patrouille en profondeur à plus d’une dizaine de kilomètres de notre position. Nous avons utilisé la composante génie pour faire du travail de fouille immédiat, l’équipe d’observation leur a permis d’avoir un appui aérien permanent», précise le lieutenant.

Le lieutenant est satisfait des résultats de la section sur le terrain : « La SAED a révélé tout un éventail de qualités complémentaires au reste du sous groupement, tout en restant dans le triangle : protection, agressivité, mobilité. La plus-value est vraiment intéressante : ce format nous a permis d’aller dans le Gourma en pleine saison des pluies, habituellement difficilement accessible. Nous avons montré que nous pouvions nous affranchir de ces difficultés ».

Cette section qui fait ses preuves sur le terrain confirme sa plus-value opérationnelle au quotidien, contribuant ainsi aux actions de lutte contre les groupes armés terroristes menées par la force BARKHANE.
                 
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 _12f1308
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 _12f1313
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 _12f1309

Conduite par les armées françaises, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, l’opération Barkhane a été lancée le 1er août 2014. Elle repose sur une approche stratégique fondée sur une logique de partenariat avec les principaux pays de la bande sahélo-saharienne (BSS) : Burkina-Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad. Elle regroupe environ 5 100 militaires dont la mission consiste à lutter contre les groupes armés terroristes et à soutenir les forces armées des pays partenaires afin qu’elles puissent prendre en compte cette menace.

Sources : État-major des armées
Droits : EMA


https://www.defense.gouv.fr/operations/actualites2/barkhane-la-mobilite-au-service-du-combat-offensif-focus-sur-la-section-d-aide-a-l-engagement-debarque-saed-du-gtd-bruno    
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 24 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Intervention militaire au Mali - Opération Serval
Revenir en haut 
Page 24 sur 24Aller à la page : Précédent  1 ... 13 ... 22, 23, 24

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Histoire, Guerres et Conflits militaires :: Guerres et conflits d'actualités-
Sauter vers: