Royal Moroccan Armed Forces
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Royal Moroccan Armed Forces

Royal Moroccan Armed Forces Royal Moroccan Navy Royal Moroccan Air Forces Forces Armées Royales Forces Royales Air Marine Royale Marocaine
 
AccueilS'enregistrerConnexion

 

 Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 32075
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Empty
MessageSujet: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Icon_minitimeJeu 28 Fév 2019 - 18:46

Citation :
28 fév 2019

Conclusions de la Réunion sur l'Accord de paix en République centrafricaine | New York, le 22 février 2019 | Résumé des co-Présidents



1.Le 22 février 2019, une réunion sur l’Accord de paix en République centrafricaine s’est tenue au Siège des Nations Unies. Cette réunion était coprésidée par le Secrétaire général adjoint aux opérations de paix, M. Jean-Pierre Lacroix, et le Commissaire à la paix et la sécurité de l'Union africaine, M. Smail Chergui, en collaboration avec la Ministre des Affaires étrangères et des Centrafricains de l’étranger de la République centrafricaine, Mme Sylvie Baïpo-Temon. Les membres du Conseil de sécurité, les représentants permanents des Etats membres du Groupe international de soutien à la République centrafricaine et les autres partenaires de ce pays ont également pris part à cette réunion. Le but de la réunion était de mobiliser le soutien continu et unifié de la communauté internationale pour la mise en œuvre de l'Accord de paix
2.La réunion a été organisée à la suite de la signature de l’Accord Politique pour la Paix et la Réconciliation en République centrafricaine (ci-après désigné « Accord de paix »), entre le Gouvernement de la République centrafricaine et quatorze groupes armés, à Bangui, le 6 février dernier. Cet Accord de paix a été négocié sous les auspices de l'Union africaine avec l'appui des Nations Unies, suite à des pourparlers directs entre les parties accueillis par le Gouvernement du Soudan à Khartoum du 24 janvier au 5 février. Il y a de fortes attentes pour que cet Accord, qui est ambitieux soit mis en œuvre dans son intégralité et dans les délais impartis, plaçant ainsi le pays sur la voie d’une paix durable, avec des améliorations significatives dans la vie de tous les Centrafricains. La réussite de la mise en œuvre de cet Accord nécessitera l'appui politique, l'assistance technique et les ressources financières continus de la communauté internationale, notamment de l'Union africaine, des Nations Unies, de la Communauté économique des États d'Afrique centrale, des partenaires régionaux, de l'Union européenne, de la Banque mondiale, de la Banque africaine de développement, du Fonds monétaire international, du Fonds de la consolidation de la paix ainsi que des autres partenaires de la République centrafricaine.
3.Un projet de calendrier visant à soutenir la mise en œuvre de l’Accord de paix a été partagé avec les participants avant la réunion.
4.La Ministre des Affaires étrangères de la République centrafricaine a exprimé son appréciation pour le soutien indéfectible des partenaires internationaux qui a permis la signature de l’Accord de paix. Tout en soulignant que la responsabilité pour mettre en œuvre l’Accord incombait aux Centrafricains eux-mêmes, elle a ajouté qu’un soutien politique, logistique, financier et technique considérable serait requis de la part des partenaires. Elle a précisé que cet appui devrait être cohérent et aligné avec les différentes priorités identifiées. Ces priorités comprennent la décentralisation vers toutes les préfectures, y compris la mise en place des unités de sécurité mixtes qui seront essentielles pour traiter des questions de maintien de l’ordre notamment dans le cadre de la transhumance. La Ministre a par ailleurs lancé un appel pour un ajustement du mandat de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) qui permettrait à la Mission de fournir un soutien plus important, notamment politique, dans la mise en œuvre de l’Accord de paix.


1.Les participants ont salué la signature de l’Accord et ont confirmé leur intention de soutenir sa mise en œuvre tout en notant qu’il avait suscité un regain d’optimisme. Ils ont par ailleurs noté que cet Accord représentait un compromis qui tenait compte des différentes préoccupations des signataires tout en respectant l’intégrité territoriale, la souveraineté et l’unité de la République centrafricaine et en promouvant une gouvernance inclusive et représentative, dans un esprit de justice et réconciliation, de tolérance mutuelle et d’acceptance de la diversité culturelle et religieuse de la nation. Ils ont également souligné l’importance d’assurer la continuité du caractère inclusif du processus de paix, en impliquant toutes les composantes de la société, en particulier les femmes, les jeunes et les responsables religieux.  A cet égard, les participants ont souligné l’importance d’une communication effective avec la population dans tout le pays afin de faciliter leur engagement et de gérer les risques potentiels de déstabilisation par les rumeurs.
2.Les participants ont salué son Excellence le Professeur Faustin Archange Touadéra, Président de la République centrafricaine, pour son leadership et sa vision en faveur d’une paix durable dans le pays, ainsi que les responsables des groupes armés pour leur engagement à dialoguer de manière pacifique. Cette attitude positive a permis le succès du dialogue direct et la signature de l’Accord de paix. Ils ont en particulier salué les mesures prises récemment par le Gouvernement de la République centrafricaine pour mettre en place les mécanismes de suivi et autres mécanismes requis pour la mise en œuvre de l’Accord, notamment la commission inclusive qui développera des recommandations sur la justice et la redevabilité. Les participants ont également salué le rôle important joué par l’Union africaine, les Nations Unies, les partenaires régionaux et le Gouvernement de la République du Soudan dans l’appui apporté aux pourparlers et à la négociation de l’Accord de paix. Ils se sont par ailleurs félicités de l’implication de la société civile centrafricaine, des partis politiques, et des législateurs en tant qu’observateurs pendant les discussions.
3.Les participants se sont mis d’accord sur l’importance d’une mise en œuvre rapide, pérenne et séquencée de l’Accord de paix. Ils ont appelé tous les signataires à faire preuve de responsabilité pour adhérer à leurs engagements dans le cadre de l’Accord, notamment en respectant de bonne foi les délais impartis, et tout particulièrement en ce qui concerne la cessation immédiate de toutes les hostilités et violences contre les populations civiles.
4.Les participants ont exprimé leurs sérieuses préoccupations concernant l’insécurité continue qui a contribué à une situation sécuritaire et humanitaire alarmante en République centrafricaine. Ils ont souligné l’importance de traduire les récents progrès en dividendes de la paix tangibles pour le peuple centrafricain, particulièrement pour les femmes, les enfants, qui sont les victimes les plus vulnérables de la crise.  Les participants se sont engagés à renforcer leur soutien aux personnes déplacées mais ont également insisté sur l’importance que les efforts pour les retours volontaires se fassent de manière responsable et qu’ils ne soient pas précipités par opportunisme politique. Les participants ont par ailleurs noté que les principes de justice et de redevabilité étaient essentiels pour la réconciliation nationale, tout en soulignant l’importance de traiter la question sensible de l’impunité de manière prudente.
Les participants ont ajouté qu’il était essentiel que la communauté internationale reste unifiée dans son soutien à la République centrafricaine, tout en remarquant qu’un tel soutien devrait être guidé par les priorités et les délais établis par les Centrafricains eux-mêmes.  Les participants ont salué le projet de calendrier de mise en œuvre de l’Accord de paix et ont pris note que ce document continuerait à être affiné. Les participants se sont engagés à travailler étroitement avec le Gouvernement de la République centrafricaine pour déterminer les soutiens financiers et techniques spécifiques qui seront requis pour la mise en œuvre de l’Accord de paix, tout en assurant un réalignement des cadres existants tels que le Plan National de Relèvement et de Consolidation de la Paix ainsi que des processus en cours tels que le désarmement, démobilisation, réintégration et rapatriement et la réforme du secteur de la sécurité.
5.Concernant les prochaines étapes, les participants se sont mis d’accord qu’un plan de mise en œuvre plus détaillé serait développé par le Gouvernement, en consultation avec la MINUSCA et les autres partenaires. Par la suite, les Nations Unies et l’Union africaine organiseront une réunion avec les partenaires dans les prochaines semaines pour revoir le plan de de mise en œuvre révisé et sécuriser des soutiens concrets de la part des partenaires.
6.En conclusion, les participants se sont engagés à fournir un soutien continu pour la mise en œuvre de l’Accord de paix.

https://minusca.unmissions.org/conclusions-de-la-r%C3%A9union-sur-laccord-de-paix-en-r%C3%A9publique-centrafricaine-new-york-le-22-f%C3%A9vrier  

Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 32075
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Icon_minitimeLun 4 Mar 2019 - 17:32

Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 32075
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Icon_minitimeMar 5 Mar 2019 - 19:57

Citation :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris 00b8h79
4 mar 2019

Prise de contact du nouveau Représentant spécial avec le personnel de la MINUSCA



Quatre jours après sa prise officielle de fonction, le nouveau Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies en République centrafricaine et chef de la MINUSCA, Mankeur Ndiaye, a eu une réunion de prise de contact, ce lundi 4 mars 2019 à Bangui, avec le personnel du siège et des bureaux régionaux de la Mission. Entouré du Représentant spécial adjoint du Secrétaire général, du Commandant de la Force, du Commissaire de Police par intérim et la Cheffe de cabinet, il a d’entrée mis l’accent sur le travail d’équipe pour appuyer la RCA.

Le Représentant spécial a exprimé l’honneur et le privilège qu’il a de venir travailler en RCA, avant de solliciter un soutien indéfectible de tous ses collaborateurs pour remplir sa mission. « Nous ne sommes pas là pour diriger à la place du dirigeant. Il y a un gouvernement légitime et un chef d’Etat légitime. Nous sommes là pour mettre en œuvre un mandat défini par le Conseil de Sécurité de l’ONU, travailler avec toutes les parties prenantes, tous les acteurs, sans exclusive et de manière tout à fait inclusive, mais en sachant compter sur vous. Parce que sans vous, le Représentant du Secrétaire général de l’ONU que je suis ne peut rien faire », a dit Mankeur Ndiaye à son personnel.

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris 00b8g89

Autre point évoqué, le rôle clé que doit jouer la Mission dans l’application effective de l’Accord politique pour la paix et la réconciliation en République centrafricaine signé par le gouvernement et les groupes armés le 6 février dernier. Occasion pour le Représentant spécial d’insister sur l’importance que revêt cette entente pour tous les Centrafricains et la nécessité de tout mettre en œuvre afin de parvenir à une paix globale. Ont par ailleurs été abordés les mécanismes de mise en œuvre et de suivi, l’importance de la communication, sans oublier les prévisions pour la résolution des conflits et sanctions.

Le chef de la MINUSCA a aussi évoqué son parcours politique et diplomatique, rappelant ses fonctions de Ministre sénégalais des Affaires étrangères, de Président du Comité national de l’initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives (ITIE), d’Ambassadeur du Sénégal au Mali, puis du Sénégal à Paris. Mankeur Ndiaye a également servi en tant que Premier Conseiller à la Mission permanente du Sénégal auprès des Nations Unies à New-York.

Plus tôt dans la matinée, le Représentant spécial du Secrétaire général des Nation Unies en Centrafrique a passé en revue le Bataillon d’honneur de la MINUSCA, au quartier général de la Mission.

Le nouveau chef de la MINUSCA a été nommé par le Secrétaire général le 6 février dernier.

https://minusca.unmissions.org/prise-de-contact-du-nouveau-repr%C3%A9sentant-sp%C3%A9cial-avec-le-personnel-de-la-minusca
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 32075
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Icon_minitimeMar 26 Mar 2019 - 22:05

Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 32075
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Icon_minitimeSam 6 Avr 2019 - 20:47

Citation :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris _859
4 avr 2019

Le lieutenant Abdoulaye Seck ou le bon élève des opérations de la paix



Il pose, attitude fière et regard impassible, béret bleu vissé sur le crane, en compagnie des hommes de son peloton. Le lieutenant Abdoulaye Seck fait partie de l’Unite sénégalaise de protection rapprochée qui a reçu en cette matinée du 4 avril une distinction pour contribution aux effort de paix et de stabilité en RCA. En ce jour de fete nationale sénégalaise, les gendarmes posent en attendant les autorités venues assister à l’événement, Ismael Lo jouant en fond sonore. 10h15: le President de l’Assemblée nationale, le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies et chef de la MINUSCA, Mankeur Ndiaye, le Général de Corps d’Armée, Balla Keita, commandant de la Force, le Général de division, Pascal Champion, chef de la composante police, sont arrivés, la cérémonie peut commencer.

Dans son intervention, le Chef de la MINUSCA salue le contingent sénégalais qui “accomplit son devoir avec professionnalisme, humilité et bravoure nonobstant les risques du métier”. Au nombre de 139, les membres de cette unité d’élite, composée d’éléments du groupe d’intervention de la gendarmerie nationale (GIGN), ont la charge de la sécurité rapprochée du président de l’Assemblée nationale et des sept membres de la Cour pénale spéciale, mais aussi celle de hautes personnalités nationales et internationales, ainsi que celle d’escorter des délégations en visite à Bangui, d’assurer le transfert de détenus en provenance des régions, d’escorter des fonds.... comme l’explique le Lieutenant-Colonel Ndour, en charge du contingent.

Ce dernier ne tarit pas d’éloges à l’égard de son protégé. “Le Lieutenant Seck est impressionnant. Il est très professionnel et a démontré ses qualités lors de ces sept mois que l’on a passés ensemble à Bangui. Et notamment son engagement, son esprit diplomate, un sens élevé du devoir, de l’abnegation et du dévouement accompagné d’une discipline très forte”.

Les 35 hommes sous les ordres du Lieutenant Seck ne sont pas en reste et lui trouvent, pour seul défaut, de faire trop bien les choses. Du haut de ses 36 ans, et alors que c’est sa première mission sous la bannière des Nations Unies et en dehors de son pays, Abdoulaye est la figure montante du contingent. Né à Rufisque, à quelque 30 kilomètres de Dakar, il est, à l’image du Sénégal, un bon élève des opérations de paix.

Et comme le rappelait le chef de la MINUSCA dans son discours, le pays de la Teranga compte parmi les nations pionnières des opérations onusiennes. Le pays s’y est, en effet, engagé dès 1960 au Zaïre d’alors et est aujourd’hui le 7e contributeur de troupes dans le monde, le 3e en Afrique et le 1er en Afrique de l’Ouest. Le Sénégal est ainsi présent dans six missions de paix: en Gambie, au Mali, en Haiti, au RDC, au Darfour et, depuis 2015, en RCA.

Logé avec ses hommes dans la caserne sise ex-camp Badica avec un contingent camerounais, le Lieutenant ne semble pas être dépaysé, entre autres grâce aux liens qu’entretiennent le Sénégal et la Centrafrique. “La coopération avec les FACA (forces armées centrafricaines) se passe très bien: nous sommes au service de la population, nous sommes là pour les aider, pour les soutenir en tant que frères et soeurs” ajoute encore Abdoulaye Seck. Des propos repris par le Colonel Ndour qui explique que trois des officiers centrafricains avec lesquels il interagit au jour le jour ont été formés au Sénégal, à l’école de gendarmerie de Dakar.

Au depart de ce contingent en aout de cette année, les gendarmes de la PSU ne seront pas remplacés. Les Centrafricains reprendront en main les missions de sécurité rapprochée, après avoir été formés, depuis quatre ans, par la PSU et des policiers individuels sénégalais au sein de la MINUSCA.

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris _952
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris 683822
PHOTOS:
 
https://minusca.unmissions.org/le-lieutenant-abdoulaye-seck-ou-le-bon-%C3%A9l%C3%A8ve-des-op%C3%A9rations-de-la-paix
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 32075
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Icon_minitimeMer 10 Avr 2019 - 18:57

Citation :
RCA: une feuille de route pour un assouplissement de l'embargo sur les armes


Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris _778
Bangui demande un allègement de l'embargo sur les armes pour pouvoir mieux équiper son armée nationale qui peine à affirmer son autorité sur l'ensemble du territoire (image d'illustration).
© ©RFI/Gaël Grilhot


Par RFI Publié le 10-04-2019 • Modifié le 10-04-2019 à 02:50


Le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté à l’unanimité mardi 9 avril une déclaration qui fixe les objectifs à atteindre par la Centrafrique pour obtenir un allégement à l’embargo sur les armes qui la frappe depuis 2013. L’ONU répond à une demande de longue date de Bangui qui peine à affirmer son autorité sur l’ensemble de son territoire.

Avec notre correspondante à New York,
Marie Bourreau

Le Conseil de sécurité se donne jusqu’au 30 septembre prochain pour décider de réexaminer l’embargo sur les armes. D’ici là, les autorités centrafricaines devront justifier avant le 30 juin de progrès substantiels dans le domaine de la réforme du secteur de la sécurité, le programme de désarmement, de démobilisation et de réintégration des groupes armés, ainsi que sur l’établissement d’un protocole clair pour la gestion des armes et des munitions. Ces mesures seront appréciées en juillet par un rapport du secrétaire général Antonio Guterres.

Si cette feuille de route, établie par Paris, et unanimement acceptée par les membres du Conseil de sécurité, est respectée, alors Bangui devrait pouvoir se doter de certaines catégories d’armes en se contentant d’une simple notification à l’ONU.

Cet allégement de l’embargo devrait permettre à Bangui de mieux équiper son armée nationale qui peine à s’affirmer sur le territoire centrafricain et alors que les groupes rebelles contrôleraient jusqu’à 80 % du pays.

http://www.rfi.fr/afrique/20190410-rca-feuille-route-assouplissement-embargo-armes-onu
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 32075
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Icon_minitimeMar 16 Avr 2019 - 20:34

Citation :
La Russie va participer à la Mission des Nations unies en Centrafrique avec une trentaine d’officiers

par Laurent Lagneau · 16 avril 2019


Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris _7c40

Depuis qu’elle a obtenu, auprès du Conseil de sécurité des Nations unies, l’autorisation de livrer des armes aux forces armées centrafricaines [FACa], la Russie n’a cessé d’étendre son influence en Centrafrique, via des accords de coopération dans les domaines économiques et militaires. En outre, des mercenaires employés par la société russe Wagner ont été déployés dans le pays pour veiller aux ressources convoitées par Moscou et assurer la protection du président Faustin-Archange Touadéra.

Qui plus est, la Russie a aussi investi le champ politique en parrainant des réunions avec les groupes rebelles centrafricains à Kharthoum, court-circuitant ainsi la médiation de l’Union africaine et les efforts de la Mission des Nations unies en République centrafricaine [MINUSCA]. Le tout étant assorti d’une rhétorique anti-française… D’où la réaction de la France.

« La Centrafrique n’est pas un terrain de jeu. Ce n’est pas un terrain de compétition. Le seul sujet qui doit préoccuper ceux qui veulent s’occuper de Centrafrique, c’est […] la sécurité de ce pays et son développement, et non pas utiliser potentiellement les difficultés de ce peuple et de ce pays pour s’implanter dans un continent où il y aurait des ambitions voilées », avait ainsi lancé Jean-Yves Le Drian, le ministre français des Affaires étrangères, lors d’un déplacement à Bangui, en novembre 2018.

Ces tensions au sujet de la Centrafrique ont failli compromettre la prolongation du mandat de la MINUSCA, en décembre dernier, la Russie ayant été à deux doigts de mettre son veto à une résolution présentée par la France, au motif que ce texte ne soulignait pas assez son « rôle positif » en Centrafrique.

Finalement, la Russie et la Chine ont choisi de s’abstenir, la résolution 2448 défendue par la France réaffirmant la nécessité de « mieux coordonner tous les efforts et initiatives menées sous la direction de l’Union africaine à l’appui de l’Initiative africaine pour la paix et la réconciliation en République centrafricaine ».

Par ailleurs, ce texte sous-entend également que les unités des FACa formées par les Russes doivent obligatoirement être certifiées par la mission de l’Union européenne [EUTM RCA] avant de pouvoir bénéficier d’un appui de la part de la MINUSCA en vue de leur redéploiement sur le territoire.

Ce qui explique, sans doute, la décision que vient de prendre le Kremlin. En effet, après donc s’être abstenue sur la prolongation du mandat de la mission des Nations unies, la Russie va renforcer les effectifs de cette dernière.

« Le ministère russe des Affaires étrangères informera le secrétariat de l’ONU de la volonté de la Russie d’envoyer jusqu’à 30 militaires des Forces armées russes à la Mission multidimensionnelle intégrée pour la stabilisation en République centrafricaine », précise un effet un décret publié par le Kremlin, le 15 avril. Et de préciser qu’il s’agira d’officiers de liaison, d’observateurs militaires et d’officiers d’état-major.

« En étant un membre permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies, la Fédération de Russie est responsable du maintien de la paix et de la sécurité sur la planète. Ces dernières années, des militaires des Forces armées russes, ainsi que d’autres membres de la communauté internationale, ont participé aux missions pour prévenir ou éliminer des conflits internes et ethniques sur le territoire des anciennes républiques soviétiques et dans les pays étrangers. […] Les militaires russes ont réussi à faire leurs preuves en tant que soldats de la paix expérimentés et hautement qualifiés, capables d’accomplir leurs tâches de manière de qualité », fait valoir le ministère russe de la Défense, via son site Internet.

Pour rappel, la MINUSCA compte actuellement 11.165 soldats, auxquels s’ajoutent 163 observateurs militaires et 304 officiers d’état-major. Le commandement est assuré par le général sénégalais Balla Keïta, lequel a pour adjoint le général portugais Marco Serronha. L’état-major de la Force est commandé par le général français Rémi Seigle.

Cela étant, l’annonce que vient de faire Moscou donnera un vernis un peu plus officiel à la présence militaire russe en Centrafrique… où la France prendra la tête de l’EUTM RCA en juillet prochain.

L’un des enjeux principaux pour la Centrafrique est pour le moment le respect de l’accord de Khartoum, signé le 6 février dernier par le gouvernement centrafricain et 14 groupes armés, sous l’égide de l’Union africaine et des Nations unies.

Le passé enseigne que, en la matière, il convient d’être prudent : depuis 2013, 7 accords de ce type furent signés avant d’être dénoncés. D’ailleurs, celui de Karthoum a déjà failli connaître le même sort, la formation du nouveau gouvernement centrafricain ayant donné lieu à des tensions avec les groupes signataires, ces derniers s’étant estimés pas suffisamment représentés.

http://www.opex360.com/2019/04/16/la-russie-va-participer-a-la-mission-des-nations-unies-en-centrafrique-avec-une-trentaine-dofficiers/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 32075
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Icon_minitimeVen 19 Avr 2019 - 18:23

Citation :
 En Centrafrique, les seigneurs de guerre tirent profit de la paix

Par Célian Macé   — 18 avril 2019 à 19:32  

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris _7d51
Ali Darassa et ses hommes, à Bambari, le 16 mars. Photo Florent Vergnes. AFP

   
 
Depuis l'accord de Khartoum, signé début février, les chefs de groupes armés se voient octroyer des postes gouvernementaux ou confier la gestion des régions que leurs troupes occupaient.  

Drôle de paix. Lundi, le chef de guerre Ali Darassa montait les marches de la mairie de Bambari, dans le centre du pays, pour y être officiellement nommé «conseiller spécial militaire à la Primature», avec «rang de ministre délégué». Pour son intronisation en grande pompe, le leader de l’Union pour la paix en Centrafrique (UPC), un groupe rebelle accusé de massacres répétés contre les populations civiles, était entouré du chef du gouvernement, Firmin Ngrebada, et de Jean-Pierre Lacroix, secrétaire général de l’ONU pour les opérations de maintien de la paix.

Deux ans plus tôt, les miliciens de l’UPC avaient pourtant été chassés de la localité par les Casques bleus : les Nations unies avaient alors déclaré Bambari «ville sans armes» et en avaient fait un symbole de la reconquête de ce pays à la dérive, contrôlé à 80% par des mouvements armés. «En réalité, même à Bambari, les hommes d’Ali Darassa continuaient à prélever des taxes et entretenir une administration parallèle, explique Nathalia Dukhan, auteure de plusieurs rapports sur les milices centrafricaines pour Enough Project. Après une période de confrontation avec d’autres groupes rebelles, ils ont fini par s’associer et mutualiser leurs réseaux de trafics de ressources naturelles et d’armes pour se renforcer.»

Distribution de portefeuilles

En février, un accord de paix – le huitième en six ans – a été signé à Khartoum, au Soudan, entre le gouvernement centrafricain et 14 organisations armées, issues pour la plupart de l’ancienne rébellion Séléka qui avait renversé le président Bozizé en 2013, et des groupes «d’autodéfense» antibalaka qui s’étaient formés pour la combattre. Leur agenda, en 2019, n’a plus grand-chose de politique, ni même de religieux (les ex-Séléka, dont l’UPC, sont majoritairement musulmans, tandis que les antibalaka sont souvent chrétiens ou animistes) bien que les tueries de civils, elles, soient perpétrées selon des lignes communautaires. Paradoxalement, dans l’un des pays les plus démunis au monde, classé 188e sur 189 pour l’indice de développement humain de l’ONU, ce sont les richesses (or, diamant, bois, bétail, faune sauvage…) qui constituent le moteur du conflit.

«Qui prend quoi ? Au-delà de l’accord de Khartoum, il y aura des négociations secrètes dans le sens d’un partage des revenus, assure Nathalia Dukhan. En faisant planer une menace constante sur l’Etat, en multipliant les exactions, en épuisant les forces de maintien de la paix, les groupes armés ont réussi à obtenir ce qu’ils voulaient : des postes de rente et l’impunité pour les crimes de guerre.» Dans la foulée de l’accord, le président Faustin-Archange Touadéra a formé un nouveau gouvernement, le 3 mars, en distribuant des portefeuilles à des chefs rebelles et antibalaka, puis un second le 22 mars, pour contenter des groupes armés qui s’estimaient mal représentés.

Ali Darassa se voit ainsi confier la responsabilité de diriger les «unités spéciales mixtes de sécurité», composées de militaires de l’armée régulière et de ses propres combattants, pour la zone de Bambari. Une reconnaissance du contrôle qu’il exerce de facto sur la région. «Les brigades mixtes sont l’un des points forts de l’accord. Mais il y a toujours des discussions sur la distribution des grades, des postes, des responsabilités», affirme un conseiller gouvernemental issu d’un groupe armé. «Leur acceptation par la population va être compliquée, ajoute Enrica Picco, chercheuse spécialiste de l’Afrique centrale. Imaginez le citoyen de Bambari, qui a vu Ali Darassa chassé par les forces spéciales de l’ONU en 2017, qui a vu des combats dans les rues de sa ville en janvier, qui a été déplacé par les massacres… et qui est invité cette semaine à assister à l’intronisation du même Ali Darassa avec les honneurs ! C’est dur à avaler.»

«Justice du quotidien»

Plus de deux mois après la signature de Khartoum, les affrontements, à Bambari comme dans le reste du pays, connaissent une «accalmie», reconnaît Nathalia Dukhan : «Mais c’est souvent le cas après un accord, qui donne lieu à une redéfinition de l’environnement politico-sécuritaire, avec des alliances qui se redessinent. Hélas, je n’imagine pas cette cohabitation durer très longtemps.»

Pour le moment, les Centrafricains, épuisés par cette lente et interminable guerre civile, y gagnent un répit salutaire. A plus long terme, cette paix peut-elle être durable sans que ses responsables soient jugés ? «Sur la justice, l’accord de Khartoum est une non-décision. D’un côté, le président Touadéra ne pouvait pas accepter l’amnistie, puisqu’il a construit son élection et son image à l’international sur cette rhétorique. De l’autre, les groupes armés n’auraient jamais signé un texte promettant l’impunité zéro, décrypte Enrica Picco. Tout le monde à intérêt à mettre cette question sous le tapis. Les grands procès, certes symboliquement importants, ne changeraient rien à la situation de la population. Ce qu’elle réclame, c’est plutôt une justice du quotidien, de la police : les agriculteurs veulent pouvoir aller aux champs, les éleveurs pousser leurs troupeaux, les commerçants circuler.»

Célian Macé    

https://www.liberation.fr/planete/2019/04/18/en-centrafrique-les-seigneurs-de-guerre-tirent-profit-de-la-paix_1722223  
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 32075
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Icon_minitimeMer 24 Avr 2019 - 20:27

Citation :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris _11b15
24 avr 2019

La gratitude de la MINUSCA à l’Unité sénégalaise d’hélicoptères d’attaques



L’Unité sénégalaise d’hélicoptères d’attaques de la MINUSCA a été honorée, ce mercredi 23 avril 2019 à Bangui, de la médaille des Nations unies. La cérémonie a été présidée par Mankeur Ndiaye, Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies et Chef de la MINUSCA, en présence du Général de Corps d’Armée Balla Keita, Commandant de la Force, et du Général de Division Pascal Champion, Chef de la composante Police. Y a également pris part, le Chef d’État-major de l’Armée de l’air du Sénégal, le Général Joseph Mamadou Diop, venu spécialement pour la circonstance.

Dotée de trois hélicoptères d’attaques MI 35, cette Unité est spécialisée dans la reconnaissance, le renseignement et les frappes aériennes (quand nécessaires), dans le cadre du mandat de protection des populations civiles centrafricaines, de même que la protection du personnel et des biens des Nations Unies. Elle a souvent été déployée dans les opérations de repérage organisées par la MINUSCA avant l’envoi de troupes terrestres, comme ce fut le cas lors de l’offensive de Bambari en février 2019.

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris _11a28

Occasion pour le chef de la MINUSCA de renouveler à l’égard dudit contingent « les encouragements des Nations Unies, en ma qualité de Chef de MINUSCA, pour la détermination et l’engagement démontrés en faveur de la protection des populations civiles et dans l’intérêt supérieur du mandat qui nous est confié par le Conseil de sécurité des Nations Unies ».

Arrivée en Centrafrique le 17 Avril 2018, cette unité de 100 éléments (92 hommes et 8 femmes) est de à M’poko Green Field, quittera la mission le 11 mai prochain.

https://minusca.unmissions.org/la-gratitude-de-la-minusca-%C3%A0-l%E2%80%99unit%C3%A9-s%C3%A9n%C3%A9galaise-d%E2%80%99h%C3%A9licopt%C3%A8res-d%E2%80%99attaques
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 32075
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Icon_minitimeJeu 25 Avr 2019 - 18:47

Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 32075
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Icon_minitimeMer 1 Mai 2019 - 21:26

Citation :


Bangassou : Un appui à la restauration de l’autorité de l’Etat

UN Mission in the Central African Republic - MINUSCA

Ajoutée le 30 avr. 2019


Les casques bleus marocains de la MINUSCA et les Forces armées centrafricaines (FACA), mènent toujours des patrouilles conjointes pédestres et motorisées à Bangassou, une ville située à 734 kilomètres de Bangui à l’Est de la République centrafricaine, chef-lieu de la préfecture du Mbomou
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 32075
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Icon_minitimeJeu 9 Mai 2019 - 22:27

Citation :
La Minusca est "préoccupée" par les agissements d’un groupe armé dans l’ouest

Publié le jeudi 9 mai 2019 | voaafrique

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris _11c48
© Autre presse par DR
Un casque bleu



La Mission de l'ONU en Centrafrique (Minusca) s'est dit "préoccupée" par les violations commises dans l'ouest de ce pays par un des groupes armés signataires de l'accord de paix conclu début février.

"La Minusca demeure préoccupée par la récurrence des violations du droit international humanitaire commises par le Front démocratique du peuple centrafricain (FPDC) dans la préfecture de la Nana Mambéré (ouest)", indique-t-elle mercredi dans un communiqué.

Le 22 avril 2019, des éléments du FPDC ont attaqué un village de l'ouest, où ils ont enlevé trois personnes, incendié deux véhicules ainsi que deux motos, "et maintiennent deux des victimes toujours en captivité", a expliqué la Minusca.

La Mission "rappelle aux leaders du FDPC que ces actes constituent des violations graves du droit international humanitaire et sont contraires à leurs engagements dans le cadre de l'Accord de paix dont ils sont signataires".

Début avril, une opération militaire avait été lancée par la Minusca dans la zone contre ce groupe implanté localement, mais sans influence nationale.

L'ONU reprochait au groupe armé d'avoir érigé des barricades sur la route nationale 1, la seule permettant d'approvisionner Bangui depuis le Cameroun, et d'avoir volé une dizaine de pick-up.

Le Premier ministre centrafricain, Firmin Ngrebada, avait alors "appelé à la raison" le FPDC. " (Nous) n'avons pas signé un accord de paix pour revenir à la guerre", avait-il déclaré.

Après la signature d'un accord de paix début février entre Bangui et 14 groupes armés, dont le FDPC, ce dernier avait érigé des barricades en signe de mécontentement vis-à-vis des autorités qui, selon lui, n'avaient "pas respecté" l'accord dans la formation du gouvernement.

Une réunion de suivi pour tenter de sauver l'accord avait eu lieu mi-mars en Ethiopie, où les différentes parties prenantes s'étaient entendues sur un nouveau gouvernement.

Si le leader du groupe, Abdoulaye Miskine, avait décliné le poste ministériel qui lui était destiné, l'un de ses proches avait été nommé "conseiller spécial" à la Primature et l'autre préfet de la Nana-Mambéré, région de l'ouest.

L'accord de Khartoum, soutenu par tous les partenaires de Bangui et préparé depuis 2017 par l'Union africaine, est le huitième signé depuis le début de la crise marquée par le renversement en mars 2013 du président François Bozizé.

Riche en ressources naturelles, la Centrafrique est déchirée par la guerre, qui a forcé près d'un quart des 4,5 millions d'habitants à fuir leur domicile

http://news.abangui.com/h/68135.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 32075
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Icon_minitimeLun 13 Mai 2019 - 21:26



Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 32075
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Icon_minitimeSam 25 Mai 2019 - 20:50

Citation :
RCA: les 3R disent avoir livré les coupables du massacre de la région de Paoua

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris _11b74
Le village de Paoua (image d'illustration).
© AFP PHOTO / CARITAS INTERNATIONAL / MATTHIEU ALEXANDRE


Par RFI Publié le 25-05-2019 • Modifié le 25-05-2019 à 14:05


En Centrafrique, l'heure semble être à l'apaisement, après le massacre de civils dans la région de Paoua et qui a été attribué au groupe armé des 3R, un massacre qui a fait au moins 34 civils selon les chiffres de la Minusca rendus publics dès mercredi et qui a fait planer de sérieuses menaces sur l'accord de paix de Khartoum, alors que le gouvernement leur avait donné 72 heures pour qu'ils livrent les coupables. Smaïl Chergui, le président de la Commission paix et sécurité de l'Union africaine et l'un des parrains de cet accord, a été le premier à tenter de calmer le jeu dès vendredi en annonçant sur RFI que les 3R étaient prêts à livrer les coupables. C'est chose faite, a assuré un peu plus tard le porte-parole de ce groupe armé.

Il y a deux jours, le porte-parole du groupe armé des 3R assurait encore qu'ils n'étaient pas responsables des massacres commis dans la région de Paoua mardi et qu'à ce titre, ils ne pouvaient « livrer des coupables qu'ils ne connaissent pas ».

Changement de ton dès vendredi. Le général Siwo a annoncé que leur haut commandement avait envoyé sur place une mission d'enquête qui a établi la responsabilité de trois de leurs combattants qui auraient agi de leur propre chef.

Ils ont donc été remis à la Minusca et au représentant du gouvernement centrafricain dès hier dans la ville de Paoua.

« Les auteurs de cette attaque, ceux qui ont tiré sur les civils, explique le général Siwo, nous les avons déchargés aux mains de la Minusca et des autorités nationales. C’est notre habitude, ce n’est pas la première fois que nous livrons des gens qui se comportent de cette façon. »

Le gouvernement centrafricain avait également donné 72 heures au groupe armé pour qu'il « démantèle ses bases et barrières illégales ».

« Nous n'avons jamais eu de barrières », assure aujourd'hui le porte-parole des 3R. Quant à leurs bases ? « Nous allons voir avec la Minusca et le gouvernement comment régler tous les problèmes », a-t-il ajouté.

Officiellement, ce sont 34 personnes qui ont été tuées mardi dans le nord-ouest du pays, mais des sources diplomatiques parlent désormais d'une cinquantaine de victimes. « On n'en parle pas pour le moment afin de ne pas mettre de l'huile sur le feu », selon l'une de ces sources.

http://www.rfi.fr/afrique/20190525-rca-le-3r-assure-avoir-livre-coupables-massacre-region-paoua
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 32075
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Icon_minitimeSam 1 Juin 2019 - 19:00

Citation :
1 juin 2019

La MINUSCA mène une opération dans l’Ouest pour assurer la protection des civils suite aux massacres perpétués par le 3R  



La Force de la MINUSCA a lancé jeudi la seconde phase de l'opération baptisée « Wegnnyen negoye »(marteau en Sango) dans la région ouest de la République centrafricaine (RCA) pour répondre à la crise déclenchée par les attaques perpétrées par le groupe arméRetour, Réclamation et Réhabilitation (3R), le 21 mai dernier. Ces attaques, notamment dans les villages de Lemouna et Koundjili, à environ 50 km de Paoua, préfecture de l’Ouham-Pendé, ont causé 34 morts, y compris celle d’un enfant, en violation flagrante de l’Accord politique pour la paix et la réconciliation en RCA. Le 25 mai, le Gouvernement centrafricain a exigé du 3R le démantèlement de toutes ses bases et barrières dans la zone des attaques, ainsi que la remise, dans un délai de 72 heures, des présumés auteurs des crimes.

Le 3R a reconnu sa responsabilité dans les attaques, en présentant des excuses publiques, en remettant à la justice trois de ses éléments présumés coupables des attaques et en réduisant sa présence à Bohong, Bokaya et Létélé. La MINUSCA exige que le 3R rende tous les éléments qui ont joué un rôle dans les attaques du 21 mai et collabore pleinement avec les enquêtes en cours. La Mission attend aussi que le 3R s’engage à se démobiliser et désarmer immédiatement dans le cadre du Programme national de DDRR et à participer dans la formation des unités spéciales mixtes de sécurité prévues par l’Accord.

Une mission conjointe composée de quatre membres du Gouvernement centrafricain, du Représentant spécial du Président de la commission de l’Union Africaine (UA), du Représentant du Secrétaire général de la Communauté économique des états de l’Afrique centrale (CEEAC) et du Représentant spécial adjoint du Secrétaire général des Nations unies s’est rendue vendredi à Niem-Yéléwa où elle a rencontré Sidiki, le leader de 3R. Ce dernier a dit vouloir collaborer avec la justice dans le cadre de l’enquête sur les violences du 21 mai.

Le but de l’opération « Wegnnyen negoye » menée par la Force de la MINUSCA est d’assurer la protection des civils dans la zone, prévenir de nouvelles attaques, affrontements ou tentatives de représailles et d’arrêter tout mouvement d’éléments armés dans la zone. L’opération prévoit, entre autres, la mise en place de bases opérationnelles temporaires dans certaines localités.

La MINUSCA lance un nouvel appel à tous les groupes armés afin qu’ils respectent leurs engagements dans le cadre de l’Accord politique pour la paix et la réconciliation, et dans la cessation de tous les abus et violations. La Mission rappelle sa détermination à exécuter son mandat pour protéger toutes les populations civiles et les institutions et à soutenir la mise en œuvre de l’Accord ensemble avec l’UA et la CEEAC, les garants de l’Accord, ainsi que toutes les parties signataires pour une exécution de bonne foi de leurs obligations.

https://minusca.unmissions.org/la-minusca-m%C3%A8ne-une-op%C3%A9ration-dans-l%E2%80%99ouest-pour-assurer-la-protection-des-civils-suite-aux-0  
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 32075
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Icon_minitimeMer 5 Juin 2019 - 20:19

Citation :
RCA: un nouveau groupe armé voit le jour dans le Sud

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris _12d18
Un membre de l'ancienne rébellion Séléka pose avec son arme à Bambari, en mai 2015. (photo d'illustration)
© AFP PHOTO / PACOME PABANDJI

Par RFI Publié le 05-06-2019 • Modifié le 05-06-2019 à 15:48



Nouvelle scission au sein d'un groupe armé centrafricain. Cette fois-ci, il s’agit du RPRC, le Rassemblement patriotique pour le renouveau de la Centrafrique issu des ex-Séléka qui ont dirigé ce pays en 2013. Cette nouvelle scission a été annoncée il y a quelques jours par un communiqué de presse, écrit et signé à la main par quelque 80 officiers du RPRC. Mais il y a encore beaucoup de zones d'ombre autour de ce qui se passe dans le sud du pays.

Combien d'hommes, sur les centaines que compte le RPRC, ont rallié le nouveau groupe armé ? Personne ne peut le dire avec exactitude. Mais les spécialistes notent la présence de nombreuses figures de ce mouvement parmi les dizaines d'officiers frondeurs.

Il y a notamment celui qui est présenté comme leur leader, Nourd Gregaza, un ancien ministre réputé proche de l'ancien président Michel Djotodia. A ses côtés, une autre figure très connue dans le pays, Aubin Issa Issaka, chef d'état-major de l'armée toujours sous la présidence Djotodia, dont il est réputé très proche également.

Si ce mouvement est né dans la ville natale de l'ancien président, jusqu'ici rien n'est pour autant venu le relier à ce qui se passe au sein de ce groupe armé.

Des « bandits de grand chemin »

Les dirigeants du PRNC qui vient d'être créé par les frondeurs n'ont pas encore expliqué les raisons de cette scission. L'un des généraux, joint par téléphone, dénonce le fait que « l'accord de paix de Khartoum n'a bénéficié jusqu'ici qu'au gouvernement et à quelques chefs rebelles, et non au peuple centrafricain. » De son côté, le leader du RPRC et actuel ministre de l'Énergie, Gotran Djono Ahaba, botte en touche. « Nous sommes en train de travailler à une solution à cette crise », assure-t-il.

Le porte-parole du gouvernement Ange Maxime Kazagui rappelle lui qu'il n'y a que 14 groupes armés reconnus et signataires d'un accord de paix en Centrafrique. Il considère les autres mouvements comme des « bandits de grand chemin ».

http://www.rfi.fr/afrique/20190605-rca-nouveau-groupe-arme-voit-le-jour-le-sud
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 32075
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Icon_minitimeJeu 6 Juin 2019 - 20:19

Citation :
5 juin 2019

La MINUSCA rassure la population face aux défis de stabilisation en RCA



La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) a indiqué mercredi que les défis pour la paix et la stabilité de la République centrafricaine (RCA) sont nombreux, tout en assurant qu’elle travaille avec les autorités nationales et d’autres acteurs pour une paix durable. « Nous poursuivons les contacts avec les groupes armés, nous maintenons le dialogue, mais la MINUSCA ne va pas fermer les yeux si les populations civiles sont attaquées », a indiqué le porte-parole de la MINUSCA, Vladimir Monteiro, qui a rejeté les accusations de manque d’engagement des casques bleus.

Il a appelé les groupes armés à respecter leurs engagements contenus dans l’Accord politique de paix et de réconciliation en RCA, signé le 6 février dernier, et a invité la population centrafricaine à faire confiance aux efforts des autorités et de la MINUSCA.

Selon le porte-parole, le leadership de la Mission continue d’œuvrer aux cotés des autorités centrafricaines pour la stabilisation du pays et a cité la récente mission conjointe Gouvernement-Union africaine (UA)-Communauté économique des états de l’Afrique centrale (CEEAC)-Nations unies à Niem-Yéléwa pour rencontrer le leader du 3R et la population, après les tueries du 21 mai ayant causé 34 morts. Le Représentant spécial adjoint du Secrétaire général des Nations unies en RCA, Kenneth Gluck, membre de la délégation, a indiqué que la MINUSCA travaille très étroitement avec la justice centrafricaine pour une véritable enquête sur ces tueries.

Par ailleurs, la MINUSCA se félicite de la poursuite de l’opération de désarmement et démobilisation des groupes menée dans l’ouest du pays par l’Unité d’exécution du Programme National de Désarmement, Démobilisation et Réintégration (PNDDRR) depuis le 30 mai. « La MINUSCA apporte un soutien logistique et sécuritaire à cette opération », a ajouté le porte-parole, appelant tous les groupes armés concernés dans la partie ouest du pays à y adhérer.

De son côté, le porte-parole de la Force, Capitaine Soumana Garanke a souligné que les Casques-bleus intensifient les patrouilles dans l’ouest, théâtre de massacre perpétré par les hommes des 3R, la semaine dernière. « Le Commandant adjoint de la Force, Général Serronha, s’est rendu à Paoua, Bocaranga et Bouar pour rencontrer les casques bleus et faire le point de la situation après les récents événements dans l’Ouest », a-t-il noté. Il a aussi souligné qu’outre les opérations, les casques bleus poursuivent la réhabilitation des routes et des ponts sur plusieurs axes comme d’Amadagaza-Gambia-Noufo, Bangassou-Kembé et Bouar-Bossembélé, afin d’améliorer les conditions de mobilité des soldats de paix et de la population civile. Le porte-parole de la Force a souligné aussi que qu’au mois de mai, les casques bleus ont distribué près de 560.000 litres d’eau potable à la population de Bangui, tout en ajoutant que l’opération se poursuit.

Pour sa part, le porte-parole de la Police, Capitaine Léo-Franck Gnapié, a souligné que la Police et les Forces de sécurité intérieure ont assuré la sécurité des lieux de prière des musulmans et des lieux publics à l’occasion de l’Aid-el-Fitr. « Aucun incident majeur n’a été signalé sur toute l’étendue du territoire », a-t-il assuré. Il a aussi annoncé que le commissariat du PK5, à Bangui, construit et détruit à trois reprises, est en train d’être réhabilité pour la quatrième fois. « Les travaux sont en cours, mais nous menons avec les autorités locales un travail de fond, pour que ce commissariat ne soit pas à nouveau détruit. L’ouverture de ce commissariat renforcera la sécurité dans la zone », a conclu le capitaine.

https://minusca.unmissions.org/la-minusca-rassure-la-population-face-aux-d%C3%A9fis-de-stabilisation-en-rca
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 32075
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Icon_minitimeLun 1 Juil 2019 - 19:53

Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 32075
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Icon_minitimeSam 6 Juil 2019 - 16:19

Citation :
RCA: les débuts «timides» du programme DDR

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris _12b329
L’objectif du programme DDR est de désarmer 3—000 hommes d’ici un an (image d'illustration).
© AFP PHOTO / PACOME PABANDJI

Par RFI Publié le 06-07-2019 • Modifié le 06-07-2019 à 07:15



En Centrafrique, le programme DDR, « désarmement, démobilisation et réinsertion », lancé officiellement en décembre 2018 par le président Faustin-Archange Touadéra, vient de débuter de manière effective sur le terrain, près de cinq mois après la signature de l’accord de paix de Khartoum.

Sous pression depuis les massacres de la région de Paoua, le groupe des 3R du général Sidiki Abbas a été le premier à procéder au DDR. 34 combattants ont rendu leurs armes il y a une semaine. Ils ont, en contrepartie, reçu notamment une prime de désarmement.

Est venu ensuite le tour du groupe des ex-Seleka du FDPC de Abdoulaye Miskine et des anti-Balakas de l’UFR-Fondamentale mercredi, toujours dans l’ouest du pays. Ce sont respectivement 44 et 20 combattants armés qui ont été démobilisés cette fois.

L’objectif de ce programme est de désarmer 3 000 hommes d’ici un an, soit le tiers des combattants déclarés par les groupes armés, explique le colonel Bienvenu Noël Selesson, ministre délégué au DDR en Centrafrique.

Unités spéciales mixtes

Une partie des démobilisés vont bénéficier du programme de réinsertion, les autres seront notamment recrutés pour faire partie des Unités spéciales mixtes de sécurité, prévues par l’accord de paix de Khartoum. Constitués de 60% de combattants issus des groupes armés et de 40% des FACA, les futurs USMS auront la lourde tâche de veiller au respect de l’accord de paix signé début février à Bangui.

Mais avant cela, les combattants rebelles doivent être formés pendant deux mois. « Les débuts du DDR sont timides », reconnaît volontiers un responsable centrafricain, qui le met sur le compte de « la méfiance qui existe toujours entre les parties ». « Mais nous allons monter en puissance très rapidement », assure-t-il.

À noter qu'Abdoulaye Miskine a publié un communiqué vendredi soir dans lequel il dément le désarmement de ses hommes. La situation est donc encore confuse.

http://www.rfi.fr/afrique/20190706-centrafrique-rca-debut-programme-ddr
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 32075
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Icon_minitimeSam 6 Juil 2019 - 19:01

Citation :
La Renaissance

LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A DECERNE AU GENERAL DE BRIGADE HERMINIO MAIO COMMANDANT L'EUTM EN FIN DE MISSION, LA CRAVATE DE COMMANDEUR DANS L’ORDRE NATIONAL DE LA RECONNAISSANCE CENTRAFRICAINE.
Apres 18 mois passés à la tête de la mission EUTM-RCA, le général de brigade Herminio MAIO, Commandant de cette force de la mission européenne a été nommé à titre exceptionnel par le Président de la République, Chef Suprême des Armées, Son Excellence Pr Faustin Archange TOUADERA au grade de Commandeur dans l’ordre national de la reconnaissance centrafricaine.
Par cette distinction honorifique, le Président TOUADERA a voulu témoigner la reconnaissance du peuple centrafricain au General Herminio MAIO pour avoir contribué à la formation et à l’encadrement des Forces Armées Centrafricaines.
En effet, grâce au leadership du général portugais Herminio MAIO, l’armée nationale a considérablement renforcé ses capacités en vue de faire face aux nombreux défis sécuritaires auxquels la République Centrafricaine est confrontés.
Dans son discours de circonstance, le général de brigade Herminio MAIO a exprimé sa reconnaissance d’avoir reçu des mains du Président de la République cette distinction qui, n’honore non seulement sa personne, mais l’Union Européenne en général et les 12 pays membres de l’EUTM en particulier.
« Je viens de viens de faire ce qui est la mission de tous les soldats : servir avec mes camarades des 12 pays de l’EUTM-RC ; servir la paix en République Centrafricaine. J’accepte ce geste en pleine conscience des responsabilités qu’il implique, comme un symbole, et pas simplement comme un acte isolé, dont la portée se résumerait ce jour. Je l’accepte parce qu’il y a une plus grande signification que le simple fait de me permettre de porter avec fierté une décoration. Cette décoration est en effet plus que cela », a déclaré le général de brigade Herminio MAIO pour exprimer ses émotions
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris _12b3a23
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris 683822
PHOTOS:
 
   
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 32075
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Icon_minitimeLun 8 Juil 2019 - 0:01

Citation :
France / Centrafrique : Florence Parly en visite à Bangui, lundi

- 300 soldats français sont actuellement déployés en République centrafricaine.

Lassaad Ben Ahmed |
07.07.2019

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris _12b256

France / Centrafrique : Florence Parly en visite à Bangui, lundi

AA / France / Fawzia Azzouz


La ministre française des Armées, Florence Parly sera en République centrafricaine, lundi, pour assister « à la prise de commandement par la France de la mission EUTM-RCA (European Union Training Mission) », a annoncé le ministère des Armées dans un communiqué.

Le général français Eric Peltier succédera officiellement au général portugais Herminio Maio, qui assurait jusqu’à lors la direction de cette mission.

Le ministère des armées rappelle dans son communiqué que « l’Union Européenne (URE) déploie des militaires dans plusieurs pays d’Afrique (RCA, Mali, Somalie) afin de participer à la formation des forces armées de ces pays ».

En 2018, « les soldats de l’EUTM-RCA ont notamment assuré la formation d’un bataillon amphibie, ainsi que des séquences d’instruction au combat rapproché, de tir ou de droit international humanitaire ».

La passation de commandement s’effectuera notamment en présence « de Marie-Noelle Koyara, ministre de la Défense de la République centrafricaine et de Gomes Cravinho, ministre de la Défense du Portugal », précise l’écrit du ministère.

Paris souhaite faire état de « l’appui déterminé de l’Union européenne et de la France à soutenir la montée en puissance des forces armées centrafricaines, condition première à toute restauration durable de l’autorité de l’Etat ».

Par ailleurs, au cours de ce voyage officiel « Florence Parly s’entretiendra également avec le président Faustin Archange Touadéra et son homologue Marie-Noëlle Koyara pour évoquer la situation sécuritaire et les efforts de la communauté internationale pour y faire face sous l’égide de l’ONU et de l’Union africaine ».

Ils évoqueront ensemble les « démarches entreprises par la France auprès de l’ONU pour assouplir l’embargo sur les armes et faciliter l’équipement des forces armées centrafricaines chargées de restaurer l’autorité de l’Etat centrafricain partout dans le pays ».

Le communiqué rappelle enfin que « 300 soldats français sont actuellement déployés en République centrafricaine, au sein de l’EUTM RCA, de la MINUSCA (Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine) ou dans des missions de coopération ».

Pour rappel, créé en juillet 2016 et prolongé jusqu’en septembre 2020, l’EUTM-RCA, bénéficie d’un « budget pour les coûts (...) d'environ 25.4 million d’euros pour la période du 20 septembre 2018 au 19 septembre 2020 », selon le site de la mission qui indique contribuer « à la réforme du secteur de la sécurité dans le pays ».

« Elle s'emploie à rendre les forces armées centrafricaines (FACA) modernes, efficaces, inclusives et démocratiquement responsables. La mission dispense des conseils stratégiques au ministère de la Défense et à l'état-major général de la République centrafricaine, ainsi que des cours aux officiers et sous-officiers », mentionne la description en ligne.

La République centrafricaine est une ancienne colonie française qui a pris son indépendance le 13 août 1960.

https://www.aa.com.tr/fr/afrique/france-centrafrique-florence-parly-en-visite-à-bangui-lundi/1525473
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 32075
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Icon_minitimeLun 8 Juil 2019 - 23:10

Citation :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris _12d141
8 juil 2019

Le Général de Brigade Éric Peltier prend les commandes de l’EUTM en Centrafrique



Changement de commandement à la tête de l’European Union Training Mission en République centrafricaine (EUTM-RCA), ce 8 juillet 2019, au camp Ucatex de Bangui. Après 18 mois de service, le Général portugais de Division Herminio Maio a passé le témoin à son homologue français, le Général de Brigade Éric Peltier.

La cérémonie s’est déroulée en présence du Président de la République centrafricaine, Faustin-Archange Touadera, la Ministre de la défense centrafricaine Marie-Noelle Koyora qui avait à ses côté ses homologues portugais Joao Gomes Cravinho et française Florence Parly, et le Représentant Spécial du Secrétaire général et Chef de la MINUSCA, Mankeur Ndiaye.

Présente en RCA depuis le 16 juillet 2016, la mission est composée de 187 militaires de 12 nationalités différentes, avec une base à Bangui et un camp à Bouar. L’EUTM est chargé de soutenir les autorités centrafricaines dans la préparation et la mise en œuvre de la réforme du secteur de la défense (DSR) en coordination avec la MINUSCA.

Son intervention repose sur trois piliers : la formation, l’entrainement opérationnel et le conseil stratégique. Plus de 3700 éléments des Forces armées centrafricaines (FACA) ont ainsi été formés par l’institution, dont plus de 1400 déployés dans le pays. Son but étant justement de permettre le déploiement progressif sur le territoire national des FACA, il a ouvert la zone de défense pilote de Bouar le 20 juin 2019, ville possédant un centre d’entrainement militaire et une école de sous-officiers. Il en va aussi de l’instauration de son pilier « interopérabilité » de qui établit un lien de coopération entre les Ministères de l’Intérieur et de la Défense à travers la Police centrafricaine et les FACA.

L’EUTM dont le mandat court jusqu’en septembre 2020, envisage d’augmenter son effectif dans les mois qui viennent, afin de rendre plus opérationnelle la nouvelle base de Bouar.


https://minusca.unmissions.org/le-g%C3%A9n%C3%A9ral-de-brigade-%C3%A9ric-peltier-prend-les-commandes-de-l%E2%80%99eutm-en-centrafrique
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 32075
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Icon_minitimeMar 9 Juil 2019 - 20:16




Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 32075
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Icon_minitimeJeu 11 Juil 2019 - 19:22

Citation :
10 juil 2019

Le Gouvernement et la MINUSCA abordent la question de l’embargo sur les armes avec la presse



Des progrès ont été enregistrés en vue de la levée de l’embargo sur les armes à destination de la République centrafricaine, ont annoncé les porte-paroles du gouvernement et la MINUSCA, Ange Maxime Kazagui et Vladimir Monteiro. Au cours d’une conférence de presse conjointe tenue à Bangui le 10 juillet, ils ont indiqué que les autorités ont pris des mesures conformément aux dispositions du Conseil de sécurité des Nations Unies. « Des officiers supérieurs et des officiers subalternes de l’armée ont été formés sur la gestion et le stockage des munitions et armes, en ce qui concerne les armureries, nous sommes prêts. Les progrès actuels dans la mise en œuvre du programme de DDRR s’inscrivent aussi dans le cadre de la levée de l’embargo sur les armes à destination de notre pays », a déclaré le porte-parole du gouvernement à la presse. Toutefois, il reconnait qu’«il y a encore quelques interrogations sur le nombre d’armes à intégrer dans le plan de stockage » et ces discussions ne seraient pas de nature à empêcher la levée de la sanction.

Pour sa part, le porte-parole de la MINUSCA a rappelé qu’en « janvier 2019, le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté la résolution 2454 avec un chronogramme précis, demandant à la République centrafricaine, de fournir jusqu’en juin 2019 un rapport sur les progrès enregistrés dans le cadre de la gestion ainsi que le stockage des armes, la réforme du secteur de sécurité et le DDR. Puis, d’ici fin juillet le Secrétaire général doit, avec l’appui de la MINUSCA, UNMAS et le groupe d’experts, évaluer les progrès accomplis quant à ces objectifs avant que le Conseil ne se réunisse fin septembre pour statuer sur la question de l’embargo ». Il a également souligné que le Conseil a déjà accepté des demandes de levée partielle, permettant ainsi à la Russie et à la France de fournir des armes à la République centrafricaine.

Au cours de ce point de presse, les deux porte-paroles sont également revenus sur le processus de désarmement de certains groupes armés, conformément à la mise en œuvre de l’Accord politique pour la paix et la réconciliation en RCA. Alors que les médias ont noté une faible mobilisation des groupes armés autour de ce processus, le porte-parole du gouvernement voit un bon début de processus. « Nous n’avions pas la naïveté de croire qu’à partir de cette signature, nous entrions immédiatement dans la paix et la sécurité comme par enchantement. Il s’agit d’un processus d’un long et un chemin très long. Et pendant ce très long chemin il y aura des embuches, des reculs, mais nous en sommes conscient », a-t-il mentionné, tout en appelant tous Centrafricains à la mise en œuvre de l’Accord.

https://minusca.unmissions.org/le-gouvernement-et-la-minusca-abordent-la-question-de-l%E2%80%99embargo-sur-les-armes-avec-la-presse%C2%A0
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 32075
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Icon_minitimeVen 12 Juil 2019 - 18:16

Citation :
RCA: des groupes d'auto-défense s'affrontent à Bangui

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris _12c107
Quatre personnes ont été tuées lors des affrontements au PK5 de Bangui, jeudi 11 juillet 2019. (photo d'archives)
© FLORENT VERGNES / AFP

Par RFI Publié le 11-07-2019 • Modifié le 11-07-2019 à 22:30


À Bangui, un dernier bilan fait état de quatre morts et de vingt-six blessés dans le quartier du PK5 qui a connu des violences entre mercredi soir et jeudi. Ce sont les premiers combats d’une telle intensité dans la capitale depuis la signature de l’accord de paix le 6 février dernier. Ces combats auraient pour origine un vol de carburant.

Tout aurait commencé en début de semaine. Un groupe d’auto-défense aurait taxé du carburant à un commerçant. Ce dernier excédé par ce racket régulier aurait refusé de fournir l’essence demandée. Mercredi soir en riposte, le groupe d’auto-défense aurait attaqué la famille du commerçant et tué l’un de ses membres.

Des combats s’engagent, un autre groupe d’auto-défense se positionne aux côtés de la famille de commerçants. Dans la journée, les acteurs sur le terrain s’inquiétaient d’une possible escalade des violences alors que les combats se rapprochaient de l’Avenue de France.

La Minusca affirme avoir déployé des patrouilles dès mercredi soir et des renforts jeudi matin. La Minusca a de plus annoncé travailler « en étroite coordination avec les Forces de sécurité intérieure qui ont aussi déployé des éléments dans les quartiers environnants afin d’éviter tout débordement et effet de contagion ». Les tirs se sont arrêtés en début d’après-midi. Hier soir, des médiations étaient en cours pour tenter d’apaiser la situation.

http://www.rfi.fr/afrique/20190711-rca-groupes-auto-defense-s-affrontent-bangui-pk5
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris
Revenir en haut 
Page 1 sur 6Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Histoire, Guerres et Conflits militaires :: Guerres et conflits d'actualités-
Sauter vers: