Royal Moroccan Armed Forces
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Royal Moroccan Armed Forces

Royal Moroccan Armed Forces Royal Moroccan Navy Royal Moroccan Air Forces Forces Armées Royales Forces Royales Air Marine Royale Marocaine
 
AccueilS'enregistrerConnexion
-41%
Le deal à ne pas rater :
SanDisk Carte microSDXC UHS-I pour Nintendo Switch 128 Go
25.55 € 42.99 €
Voir le deal

 

 Industrie de defense Française

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 20 ... 36, 37, 38
AuteurMessage
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 31892
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Industrie de defense Française - Page 38 Unbena32Industrie de defense Française - Page 38 Unbena24
Industrie de defense Française - Page 38 Unbena25Industrie de defense Française - Page 38 Unbena26
Industrie de defense Française - Page 38 Cheval10Industrie de defense Française - Page 38 Unbena15
Industrie de defense Française - Page 38 Medail10

Industrie de defense Française - Page 38 Empty
MessageSujet: Industrie de defense Française   Industrie de defense Française - Page 38 Icon_minitimeJeu 26 Juil 2012 - 20:22

Rappel du premier message :

Citation :
Renault Trucks Defense rachète le Français Panhard
Publié le 26 juillet 2012, à 18h23

Volvo a annoncé l'acquisition par sa filiale Renault Trucks Defense du constructeur de blindés légers Panhard, entamant la consolidation attendue de longue date du secteur de l'armement terrestre français.

La transaction, dont le montant n'est pas précisé, devrait être finalisée au quatrième trimestre 2012, une fois obtenu l'accord des autorités françaises, précise le constructeur automobile suédois dans un communiqué publié le 26 juillet.

Panhard a réalisé en 2011 un chiffre d'affaires de 81 millions d'euros et un bénéfice d'exploitation de 9,4 millions, et emploie environ 300 personnes.

Cette acquisition, qui permet à Renault Trucks Defense d'élargir sa gamme vers les blindés légers, donne naissance à un nouvel ensemble face à Nexter, le fabricant des chars Leclerc dans lequel Thales pourrait prendre une participation.

Nexter, qui avait discuté rapprochement avec RTD et Panhard l'an passé, s'est tourné vers des groupes hors de France, comme les allemands Rheinmettal et Krauss-Maffei Wegmann (KMW), l'italien Oto Melara (Finmeccanica) et le finlandais Patria.

La consolidation du marché de l'armement terrestre en France, voire en Europe, paraît de plus en plus souhaitable pour faire face à la concurrence internationale dans la course aux contrats dans les pays émergents au moment où les budgets de défense se réduisent en Europe.

RTD, qui affiche un carnet de commandes de 1,2 milliard d'euros dont les deux tiers en France, espère réaliser à terme la moitié de son chiffre d'affaires à l'export.

La division de Renault Trucks avait dit en juin tabler sur un chiffre d'affaires de 700 millions d'euros d'ici 2015 contre 300 millions en 2011 grâce à une accélération de ses ventes à l'export et à la mise sur le marché de nouveaux blindés.

Panhard, spécialiste du véhicule blindé léger (VBL), dont 2 300 exemplaires sont en service dans 16 pays, est le plus petit des trois principaux acteurs du secteur en France, avec un chiffre d'affaires d'un peu moins de 100 millions d'euros en 2011, soit dix fois moins que Nexter.

Panhard a été racheté en 2005 à PSA par le fabricant de 4x4 Auverland, que Christian Mons dirigeait depuis 2001 après plus de dix ans chez Thomson-CSF, dont est issu Thales. La gamme d'Auverland a été intégrée à celle de Panhard, spécialisé dans les blindés jusqu'à 12 tonnes.

La famille Cohen détient 83 % de Panhard, Christian Mons 10 % et l'investisseur Pierre Delmas le solde.

(avec Reuters, par Cyril Altmeyer)

http://www.usinenouvelle.com/article/renault-trucks-defense-rachete-le-francais-panhard.N179482
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 31892
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Industrie de defense Française - Page 38 Unbena32Industrie de defense Française - Page 38 Unbena24
Industrie de defense Française - Page 38 Unbena25Industrie de defense Française - Page 38 Unbena26
Industrie de defense Française - Page 38 Cheval10Industrie de defense Française - Page 38 Unbena15
Industrie de defense Française - Page 38 Medail10

Industrie de defense Française - Page 38 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Industrie de defense Française - Page 38 Icon_minitimeMar 12 Jan 2021 - 19:55

Citation :
La DGA est préoccupée par l’éventuel arrêt de la production de moteurs auxiliaires destinés aux sous-marins

PAR LAURENT LAGNEAU · 12 JANVIER 2021


Industrie de defense Française - Page 38 10a104

Après la Seconde Guerre Mondiale, l’ingénieur naval allemand Gustav Pielstick, qui travailla notamment sur la propulsion des U-Boot et des croiseurs « Admiral Scheer » et « Admiral Graf Spee », vint s’installer en France. Et, avec le concours du ministère de la Production industrielle et de cinq constructeurs navals français, il fut à l’origine de la Société d’Etudes des Machines Thermiques [S.E.M.T.], dédiée à la mise au point et à la production de moteurs pour la marine.

La nouvelle entreprise, établie à Saint-Nazaire, se fit rapidement une réputation et compta de nombreuses marines militaires parmi ses clients, dont, évidemment, la Marine nationale.

En 1976, Alsthom-Atlantique devint l’actionnaire majoritaire de la S.E.M.T. Puis, onze ans plus tard, les motoristes allemands MAN et MTU s’invitèrent dans son capital. Et elle changea de nom et devint la « S.E.M.T. Pielsick ».

En 2006, MTU céda ses parts à MAN, qui se trouva ainsi seul au commande de la société. La marque « S.E.M.T Pielsick » s’effaça au profit de la dénomination « MAN Diesel & Turbo France SAS », puis, en 2018, de celle « MAN Energy Solution France SAS. » Mais le changement le plus important intervint en 2011, quand le groupe Volskwagen devint le principal actionnaire de MAN SE, avec 53,7% des parts. Depuis, le groupe de Wolfsburg a monté sa participation à 75,73 %.

Ces tribulations capitalistiques n’avaient eu aucun effet, jusqu’à présent, sur l’activité de l’ex-S.E.M.T. Pielsick, qui est stratégique pour la Marine nationale dans la mesure où elle fournit les moteurs diesel de secours de ses sous-marins nucléaires, y compris ceux de la classe Suffren [programme Barracuda]. Et il est question qu’il en soit de même pour les quatre futurs sous-marins nucléaires lanceurs d’engins de 3e génération [SNLE3G]. Ces moteurs de secours sont conçus de façon à résister aux fortes pressions… Ce qui en fait des composants bien particuliers.

Seulement, en 2019 le groupe Volkswagen a lancé un plan de restructuration afin de simplifier sa structure. Et il s’est mis en quête d’un repreneur pour MAN Energy Solutions, dont la valeur est estimée à environ 3 milliards d’euros.

Cette cession n’ayant pas pu se faire, MAN Energy Solutions s’est vu infliger une cure drastique par son actionnaire, avec 450 millions d’économies à réaliser d’ici 2023 et la suppression de 2.600 emplois. Et cela passerait par l’arrêt de la production des moteurs de secours destinés aux sous-marins nucléaires et, plus largement, d’un désengagement de la la propulsion des navires militaires. Ce qui profiterait au groupe allemand MTU, qui se retrouverait en situation de quasi-monopole sur le segment des moteurs destinés aux sous-marins.

Évidemment, une telle perspective inquiète à la Direction générale de l’armement [DGA], comme le rapporte le quotidien Les Échos dans son édition du 12 janvier.

Aussi, au titre de la supervision du contrôle des acquisitions étrangères en France, le ministère de l’Économie, des Finances eet de la Relance s’est saisi de l’affaire. Et, avance le journal économique, il envisagerait de mettre le groupe Volskwagen en demeure, considérant que ce dernier « ne respecte pas » au moins cinq des engagements qu’il avait pris en septembre 2011, « au moment du rachat de son compatriote MAN, et donc de la filiale de Saint-Nazaire ».

Pour le moment, Man Energy Solutions promis de livrer les moteurs de secours destinés aux cinq prochains SNA de la classe Suffren d’ici 2030… mais refuserait de les garantir au-delà, alors que ces sous-marins resteront en service au moins jusqu’en 2060. Quant à sa participation au programme SNLE 3G, elle serait conditionnée, avance le journal « Les Échos », à la prise en charge par la DGA des frais de développement à hauteur de 25 millions d’euros. Une somme « jugée exorbitante ».

Dans ces conditions, Bercy pourrait exiger la cession de MAN Energy Solution France SAS, afin de sauvegarder les compétences de cette entreprise. Des repreneurs seraient déjà sur les rangs, comme Sénévé Capital, avec l’appui probable de l’État.

Outre la situation de MAN Energy Solution France SAS, deux autres industriels aux savoir-faire critiques pour la construction de sous-marins, sont actuellement dans une position délicate. Tel est en effet le cas des Constructions navales et industrielles de la Méditerranée [CNIM] et d’Aubert&Duval, le spécialiste des pièces métalliques à hautes performances. L’un et l’autre sont à la recherche de repreneurs.

Photo : Naval Group

http://www.opex360.com/2021/01/12/la-dga-est-preoccupee-par-leventuel-arret-de-la-production-de-moteurs-auxiliaires-destines-aux-sous-marins/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 31892
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Industrie de defense Française - Page 38 Unbena32Industrie de defense Française - Page 38 Unbena24
Industrie de defense Française - Page 38 Unbena25Industrie de defense Française - Page 38 Unbena26
Industrie de defense Française - Page 38 Cheval10Industrie de defense Française - Page 38 Unbena15
Industrie de defense Française - Page 38 Medail10

Industrie de defense Française - Page 38 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Industrie de defense Française - Page 38 Icon_minitimeMer 13 Jan 2021 - 16:23

Citation :
Industrie de defense Française - Page 38 9a83
© Armée de l'air

13/01/2021 09:01 | BOQUET Justine

Le groupe Rafaut acquiert la société Secapem


Secapem a annoncé son rachat par le groupe Rafaut, qui poursuit sa croissance en capitalisant sur des opérations de croissance externe.

Entraînement au tir.

Secapem a annoncé le 13 janvier son rachat par Rafaut. Une acquisition qui comprend également la filiale Lun'Tech, basée à Montpellier. PME spécialisée dans sur les systèmes d'entraînement au tir des forces armées, l'entreprise Secapem, basée à Ozoir-la-Ferrière, compte une trentaine de salariés. L'ensemble des postes seront préservés, de quoi permettre à Rafaut d'étendre son activité et de capitaliser sur le savoir-faire de la PME.

Secapem développe ainsi des systèmes d'entraînement au tir pour les forces. Ses activités concernant les systèmes air-air, air-sol, sol-air, sol-sol et de scoring. Secapem conçoit des cibles d'entraînement, réalise des recherches en acoustique et en balistique, développe des solutions sur mesure pour les technologies sol-sol, intègre des solutions vidéo dans ses produits, ainsi que des modules radios et systèmes embarqués. Secapem réalise 62% de son chiffre d'affaires en France et les 38% restants à l'export, un bilan qui s'inscrit dans les objectifs de Rafaut. Bruno Berthet, président du groupe Rafaut, déclarait ainsi à l'AJD, en décembre dernier, vouloir positionner son ETI comme un équipier de référence à l'horizon 2025 et étendre son activité en Europe.

A noter néanmoins que l'activité de la filiale SDTS de Secapem n'est pas comprise dans ce rachat. « Elle devient, tout naturellement, un partenaire privilégié du groupe Rafaut pour accompagner la mise au point opérationnelle de nouveaux équipements de défense embarqués », souligne néanmoins Secapem. Cette filiale de la PME permet de « répondre aux besoins d'externalisation des prestations d'entraînement opérationnel des forces armées dans un contexte d'optimisation budgétaire et de rationalisation de l'exploitation des appareils de l'Etat », détaille Secapem. Reste désormais à savoir comme l'ensemble de ces activités sera articulé.


Radar.
A travers cette opération de croissance externe, le groupe Rafaut intégrera donc également les activités de Lun'Tech, spécialisé dans le réflecteur de Lüneberg. Cette « lentille sphérique à variation progressive de permittivité trouve ses applications dans la réalisation de réflecteurs radars passifs ou d'antennes », précise la filiale. La mise en œuvre de cette technologie permet l'augmentation de la surface équivalente radar (SER) et facilite la détection de cibles. Secapem complète en précisant que Lun'Tech « propose des solutions complémentaires pour l'entraînement aux tirs guidés par radar ».


Stratégie de croissance.
Bruno Berthet, président du groupe Rafaut, s'est félicité de cette opération de croissance externe : « Bénéficiant de plus de 60 ans d'un fort positionnement dans le secteur de l'aéronautique civile et de défense, l'ambition du groupe Rafaut est de devenir un équipementier aéronautique européen majeur dans les domaines civil et de défense ».

Bruno Berthet entend ainsi s'adapter aux évolutions du monde de la défense et s'adapter à l'essor des nouvelles technologies. Il y a deux ans le groupe s'est doté d'une nouvelle unité de production, afin d'entamer une transition vers une usine 4.0. Entreprise duale, Rafaut souhaite participer au développement du NGF, avion de chasse de nouvelle génération développé dans le cadre du programme SCAF. « Il existe un véritable enjeu au niveau de la mise en réseau », expliquait-il à l'AJD fin 2020. Dans le domaine militaire, Rafaut est notamment en charge de la gestion de l'interface entre les aéronefs de combat et les systèmes d'emport, une activité se traduisant par exemple par la conception de pylônes, d’éjecteurs ou encore de réservoirs pendulaires largables.

Avec l'objectif d'atteindre d'ici 2025 un chiffre d'affaires de 250 M€, l'entreprise Rafaut mise sur les projets innovants. Outre le militaire, le groupe poursuit également ses activités dans le domaine civil et s'intéresse notamment à l'hydrogène. « Nous comptons bien participer », révèle Bruno Berthet. Il complète : « Cette dualité est un véritable atout. Elle nous permet de moyenner les risques et d'être résistant face aux événements extérieurs ».

https://www.air-cosmos.com/article/le-groupe-rafaut-acquiert-la-socit-secapem-24066
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 31892
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Industrie de defense Française - Page 38 Unbena32Industrie de defense Française - Page 38 Unbena24
Industrie de defense Française - Page 38 Unbena25Industrie de defense Française - Page 38 Unbena26
Industrie de defense Française - Page 38 Cheval10Industrie de defense Française - Page 38 Unbena15
Industrie de defense Française - Page 38 Medail10

Industrie de defense Française - Page 38 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Industrie de defense Française - Page 38 Icon_minitimeJeu 14 Jan 2021 - 18:07

Citation :
Industrie de defense Française - Page 38 9a84
© Air Fly System

14/01/2021 10:33 | Jean-Marc Tanguy

Défense : une innovation participative pour la pesée tactique


Pensé par des militaires des Forces Spéciales, fabriqué par un ancien des Forces spéciales, ce système de pesée de fret est incontournable dans les procédures de chargement des avions militaires.

Une solution pour les ops
Pensé par des militaires des forces spéciales, fabriqué par un ancien des Forces spéciales, pour des escadrons de forces spéciales et conventionnelles, ce système est incontournable dans les procédures de chargement des avions de transport militaires, pour connaître la masse de fret, et respecter le centrage.
Un sous-officier de l’escadron de transport 3/61 Poitou, mécanicien navigant, a développé une solution de pesée du fret, quand les aéronefs ne sont pas déployés dans une zone comportant des escales aéronautiques. Ce qui en opérations arrive souvent.

Air Fly System industrialise
Désormais réserviste, il a poussé son concept avec un autre mecanav, et a transmis son projet à la mission innovation participative (MIP), le 19 avril 2017, qui a attribué 50.000 euros pour développer le projet. Et c’est la PME Air Fly System qui l’a industrialisé, sous la forme d’un prototype, désormais utilisé par les forces. Christophe Morcillo, son dirigeant, fut opérateur au commando parachutiste de l’air, puis membre de la cellule innovation prospective du Poitou. Il explique que ce système de pesée embarquée (SPE) a généré des besoins parmi les forces, notamment au Poitou et au Touraine (seul exploitant de l’A400M en France). Des prospects exports pointent aussi le bout du nez.

Qualifié sur Hercules C-130H et Airbus A400M
Dès juin 2019, le SPE a été qualifié sur C-160, avant de s’envoler dans la foulée pour un déploiement en opérations. Il est désormais qualifié sur les C-130H et Airbus Atlas. Air Fly System est une société particulièrement agile : son dirigeant a participé au développement d’un drone aéro-largable, et s’illustre comme un incubateur de moutons à cinq pattes. Elle a notamment fabriqué des planchettes de navigation pour chuteurs opérationnels destinés aux forces spéciales.
La société réalise aussi des essais en vol pour différents industriels, en utilisant un ULM. Malgré sa taille réduite, elle est référencée par la NSPA (centrale d’achat de l’OTAN) sous le NCAGE FAXR7, et le SPE, sous le NNO 6670-14-6000898.

https://www.air-cosmos.com/article/dfense-une-innovation-participative-pour-la-pese-tactique-24074
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 31892
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Industrie de defense Française - Page 38 Unbena32Industrie de defense Française - Page 38 Unbena24
Industrie de defense Française - Page 38 Unbena25Industrie de defense Française - Page 38 Unbena26
Industrie de defense Française - Page 38 Cheval10Industrie de defense Française - Page 38 Unbena15
Industrie de defense Française - Page 38 Medail10

Industrie de defense Française - Page 38 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Industrie de defense Française - Page 38 Icon_minitimeVen 15 Jan 2021 - 17:32

Citation :
La production en série des Véhicules blindés multi-rôles léger Serval va pouvoir débuter

PAR LAURENT LAGNEAU · 15 JANVIER 2021


Industrie de defense Française - Page 38 9a85

En février 2018, la ministre des Armées, Florence Parly, confirmait que le contrat relatif aux Véhicules blindés multi-rôles légers [VBMR-L] avait été attribué à Nexter Systems, associé à l’entreprise limougeaude Texelis, spécialiste des chaînes de transmission, ponts et réducteurs pour les blindés légers « à fortes contraintes de mobilité et de capacité de franchissement. »

Le contrat prévoyait le développement, la réalisation et le soutien du VBMR-L, appelé depuis « Serval ». Selon la Loi de programmation militaire [LPM] 2019-25, 489 exemplaires devront avoir été livrés à l’armée de Terre d’ici 2025, sur un total de 978. Et le coût unitaire de ce blindé était alors estimé entre 500.000 et 700.000 euros.

En octobre 2019, le ministère des Armées s’était félicité des essais prometteurs réalisés avec un des prototypes du Serval.

« Ces essais ont été effectués sur différents types de terrain afin de tester toutes les conditions de déplacement : pistes à rides, à bosses, sablonneuses, rocailleuses, pistes de sous-bois, pistes à char. Le prototype s’est montré adapté à toutes ces situations et laisse présager de très bonnes capacités de mobilité », avait-il affirmé.

Et les essais conduits en 2020 devaient permettre de « caractériser » l’usure du Serval, via des des tests de vieillissement accéléré, devant correspondre à plusieurs années d’utilisation.

Visiblement, et même si le processus de qualification du Serval se poursuit avec une dizaine de prototypes, ces derniers ont été concluants.

En effet, ce 15 janvier, le groupement mementané d’entreprises VMBR-L constitué par Nexter et Telexelis a indiqué que la Direction générale de l’armement [DGA] lui avait notifié les premières tranches de production du marché « Serval », soit 364 blindés. « Cette notification prévoit la livraison en 2022 des 12 premiers véhicules de série au cours du premier semestre, puis 96 autres au second semestre », précise-t-il.

Blindé 4×4 de 15 tonnes environ pouvant transporter jusqu’à dix combattants, le Serval viendra en complément du VBMR « Griffon » et de l’Engin blindé de reconnaissance et de combat [EBRC] Jaguar. Évidemment, il sera doté des équipements communs à ces véhicules, à commencer par la vétronique et le SICS, le Système d’information SCORPION, qui permettra le combat collaboratif. En outre, il disposera d’un tourelleau téléopéré depuis l’habitacle et de détecteurs de menaces.

Selon le communiqué de Nexter et de Texelis, trois versions principales du VBMR-L ont été développées à ce jour : patrouille, renseignement et relais de communications. Elles se déclineront en d’autres variantes. « Destiné à intervenir en zone de contact, le SERVAL allie souplesse, mobilité stratégique et emport de charge utile », soulignent les industriels.

Par ailleurs, ces derniers gardent un oeil sur le renouvellement des blindés de la Gendarmerie nationale, pour lequel un appel à candidatures pour fournir jusqu'à 90 véhicules a été lancé par le ministère de l’Intérieur en décembre.

« Dans le cadre d’une procédure lancée par la gendarmerie pour renouveler son parc de véhicules blindés, le GME propose sur la base Serval un système intégrant une solution de protection motorisée capable d’intervenir en métropole ainsi qu’en outre-mer », indique le communiqué.

http://www.opex360.com/2021/01/15/la-production-en-serie-des-vehicules-blindes-multi-roles-leger-serval-va-pouvoir-debuter/
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Industrie de defense Française - Page 38 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Industrie de defense Française - Page 38 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Industrie de defense Française
Revenir en haut 
Page 38 sur 38Aller à la page : Précédent  1 ... 20 ... 36, 37, 38

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Armement et matériel militaire :: Autres Systemes d´armes-
Sauter vers: