Royal Moroccan Armed Forces
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Royal Moroccan Armed Forces

Royal Moroccan Armed Forces Royal Moroccan Navy Royal Moroccan Air Forces Forces Armées Royales Forces Royales Air Marine Royale Marocaine
 
AccueilS'enregistrerConnexion

 

 Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 32075
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Empty
MessageSujet: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Icon_minitimeJeu 28 Fév 2019 - 18:46

Rappel du premier message :

Citation :
28 fév 2019

Conclusions de la Réunion sur l'Accord de paix en République centrafricaine | New York, le 22 février 2019 | Résumé des co-Présidents



1.Le 22 février 2019, une réunion sur l’Accord de paix en République centrafricaine s’est tenue au Siège des Nations Unies. Cette réunion était coprésidée par le Secrétaire général adjoint aux opérations de paix, M. Jean-Pierre Lacroix, et le Commissaire à la paix et la sécurité de l'Union africaine, M. Smail Chergui, en collaboration avec la Ministre des Affaires étrangères et des Centrafricains de l’étranger de la République centrafricaine, Mme Sylvie Baïpo-Temon. Les membres du Conseil de sécurité, les représentants permanents des Etats membres du Groupe international de soutien à la République centrafricaine et les autres partenaires de ce pays ont également pris part à cette réunion. Le but de la réunion était de mobiliser le soutien continu et unifié de la communauté internationale pour la mise en œuvre de l'Accord de paix
2.La réunion a été organisée à la suite de la signature de l’Accord Politique pour la Paix et la Réconciliation en République centrafricaine (ci-après désigné « Accord de paix »), entre le Gouvernement de la République centrafricaine et quatorze groupes armés, à Bangui, le 6 février dernier. Cet Accord de paix a été négocié sous les auspices de l'Union africaine avec l'appui des Nations Unies, suite à des pourparlers directs entre les parties accueillis par le Gouvernement du Soudan à Khartoum du 24 janvier au 5 février. Il y a de fortes attentes pour que cet Accord, qui est ambitieux soit mis en œuvre dans son intégralité et dans les délais impartis, plaçant ainsi le pays sur la voie d’une paix durable, avec des améliorations significatives dans la vie de tous les Centrafricains. La réussite de la mise en œuvre de cet Accord nécessitera l'appui politique, l'assistance technique et les ressources financières continus de la communauté internationale, notamment de l'Union africaine, des Nations Unies, de la Communauté économique des États d'Afrique centrale, des partenaires régionaux, de l'Union européenne, de la Banque mondiale, de la Banque africaine de développement, du Fonds monétaire international, du Fonds de la consolidation de la paix ainsi que des autres partenaires de la République centrafricaine.
3.Un projet de calendrier visant à soutenir la mise en œuvre de l’Accord de paix a été partagé avec les participants avant la réunion.
4.La Ministre des Affaires étrangères de la République centrafricaine a exprimé son appréciation pour le soutien indéfectible des partenaires internationaux qui a permis la signature de l’Accord de paix. Tout en soulignant que la responsabilité pour mettre en œuvre l’Accord incombait aux Centrafricains eux-mêmes, elle a ajouté qu’un soutien politique, logistique, financier et technique considérable serait requis de la part des partenaires. Elle a précisé que cet appui devrait être cohérent et aligné avec les différentes priorités identifiées. Ces priorités comprennent la décentralisation vers toutes les préfectures, y compris la mise en place des unités de sécurité mixtes qui seront essentielles pour traiter des questions de maintien de l’ordre notamment dans le cadre de la transhumance. La Ministre a par ailleurs lancé un appel pour un ajustement du mandat de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) qui permettrait à la Mission de fournir un soutien plus important, notamment politique, dans la mise en œuvre de l’Accord de paix.


1.Les participants ont salué la signature de l’Accord et ont confirmé leur intention de soutenir sa mise en œuvre tout en notant qu’il avait suscité un regain d’optimisme. Ils ont par ailleurs noté que cet Accord représentait un compromis qui tenait compte des différentes préoccupations des signataires tout en respectant l’intégrité territoriale, la souveraineté et l’unité de la République centrafricaine et en promouvant une gouvernance inclusive et représentative, dans un esprit de justice et réconciliation, de tolérance mutuelle et d’acceptance de la diversité culturelle et religieuse de la nation. Ils ont également souligné l’importance d’assurer la continuité du caractère inclusif du processus de paix, en impliquant toutes les composantes de la société, en particulier les femmes, les jeunes et les responsables religieux.  A cet égard, les participants ont souligné l’importance d’une communication effective avec la population dans tout le pays afin de faciliter leur engagement et de gérer les risques potentiels de déstabilisation par les rumeurs.
2.Les participants ont salué son Excellence le Professeur Faustin Archange Touadéra, Président de la République centrafricaine, pour son leadership et sa vision en faveur d’une paix durable dans le pays, ainsi que les responsables des groupes armés pour leur engagement à dialoguer de manière pacifique. Cette attitude positive a permis le succès du dialogue direct et la signature de l’Accord de paix. Ils ont en particulier salué les mesures prises récemment par le Gouvernement de la République centrafricaine pour mettre en place les mécanismes de suivi et autres mécanismes requis pour la mise en œuvre de l’Accord, notamment la commission inclusive qui développera des recommandations sur la justice et la redevabilité. Les participants ont également salué le rôle important joué par l’Union africaine, les Nations Unies, les partenaires régionaux et le Gouvernement de la République du Soudan dans l’appui apporté aux pourparlers et à la négociation de l’Accord de paix. Ils se sont par ailleurs félicités de l’implication de la société civile centrafricaine, des partis politiques, et des législateurs en tant qu’observateurs pendant les discussions.
3.Les participants se sont mis d’accord sur l’importance d’une mise en œuvre rapide, pérenne et séquencée de l’Accord de paix. Ils ont appelé tous les signataires à faire preuve de responsabilité pour adhérer à leurs engagements dans le cadre de l’Accord, notamment en respectant de bonne foi les délais impartis, et tout particulièrement en ce qui concerne la cessation immédiate de toutes les hostilités et violences contre les populations civiles.
4.Les participants ont exprimé leurs sérieuses préoccupations concernant l’insécurité continue qui a contribué à une situation sécuritaire et humanitaire alarmante en République centrafricaine. Ils ont souligné l’importance de traduire les récents progrès en dividendes de la paix tangibles pour le peuple centrafricain, particulièrement pour les femmes, les enfants, qui sont les victimes les plus vulnérables de la crise.  Les participants se sont engagés à renforcer leur soutien aux personnes déplacées mais ont également insisté sur l’importance que les efforts pour les retours volontaires se fassent de manière responsable et qu’ils ne soient pas précipités par opportunisme politique. Les participants ont par ailleurs noté que les principes de justice et de redevabilité étaient essentiels pour la réconciliation nationale, tout en soulignant l’importance de traiter la question sensible de l’impunité de manière prudente.
Les participants ont ajouté qu’il était essentiel que la communauté internationale reste unifiée dans son soutien à la République centrafricaine, tout en remarquant qu’un tel soutien devrait être guidé par les priorités et les délais établis par les Centrafricains eux-mêmes.  Les participants ont salué le projet de calendrier de mise en œuvre de l’Accord de paix et ont pris note que ce document continuerait à être affiné. Les participants se sont engagés à travailler étroitement avec le Gouvernement de la République centrafricaine pour déterminer les soutiens financiers et techniques spécifiques qui seront requis pour la mise en œuvre de l’Accord de paix, tout en assurant un réalignement des cadres existants tels que le Plan National de Relèvement et de Consolidation de la Paix ainsi que des processus en cours tels que le désarmement, démobilisation, réintégration et rapatriement et la réforme du secteur de la sécurité.
5.Concernant les prochaines étapes, les participants se sont mis d’accord qu’un plan de mise en œuvre plus détaillé serait développé par le Gouvernement, en consultation avec la MINUSCA et les autres partenaires. Par la suite, les Nations Unies et l’Union africaine organiseront une réunion avec les partenaires dans les prochaines semaines pour revoir le plan de de mise en œuvre révisé et sécuriser des soutiens concrets de la part des partenaires.
6.En conclusion, les participants se sont engagés à fournir un soutien continu pour la mise en œuvre de l’Accord de paix.

https://minusca.unmissions.org/conclusions-de-la-r%C3%A9union-sur-laccord-de-paix-en-r%C3%A9publique-centrafricaine-new-york-le-22-f%C3%A9vrier  

Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 32075
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Icon_minitimeVen 12 Juil 2019 - 20:08

Citation :
MINUSCA

Conformément à son mandat, la MINUSCA a déployé à PK5 des patrouilles constituées de casques bleus de la Force et de la Police pour
s’interposer entre les belligérants et s’assurer que les incidents épargnent la population civile.
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 _12e230
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 _12f38
 

Citation :
MINUSCA

La MINUSCA condamne le comportement des groupes criminels à PK5 qui met en danger la sécurité de la population, leur liberté de mouvements
et constitue un frein aux activités économiques du quartier. Elle réitère sa ferme détermination à continuer à travailler avec les autorités centrafricaines
pour mettre fin à l’insécurité.
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 _12f220
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 _12f127
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 _12f313
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 32075
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Icon_minitimeDim 14 Juil 2019 - 20:24

Citation :
20 millions d’euros de l’UE pour restaurer l’autorité de l’Etat

Publié le samedi 13 juillet 2019 | VoxAfrica

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 _12b639
© Autre presse par DR
Le président centrafricain Faustin-Archange Touadéra (d) et la chef de la diplomatie de l`UE Federica Mogherini (g)



La cheffe de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, a officialisé vendredi le lancement de projets d’appui de l’UE à la restauration de l’autorité de l’Etat centrafricain, pour un montant de 20 millions d’euros.

Parmi ces projets, figurent la formation de 1.000 nouvelles recrues des forces armées centrafricaines par la mission de l’UE et la construction d’armureries et de sites de stockage, condition préalable à la levée de l’embargo sur les armes imposé au pays, a expliqué à la presse Mme Mogherini, en déplacement dans la ville de Bouar, dans l’ouest de la Centrafrique.

La cheffe de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, a officialisé vendredi le lancement de projets d’appui de l’UE à la restauration de l’autorité de l’Etat centrafricain, pour un montant de 20 millions d’euros.

Parmi ces projets, figurent la formation de 1.000 nouvelles recrues des forces armées centrafricaines par la mission de l’UE et la construction d’armureries et de sites de stockage, condition préalable à la levée de l’embargo sur les armes imposé au pays, a expliqué à la presse Mme Mogherini, en déplacement dans la ville de Bouar, dans l’ouest de la Centrafrique.
"Ici à Bouar nous pouvons voir les premières preuves tangibles de la paix. C’est ici que le désarmement a démarré et donné des premiers résultats, certes encore très timides, mais significatifs", a déclaré la diplomate de l’UE, accompagnée à Bouar par le président centrafricain Faustin-Archange Touadera.

Mme Mogherini et le président de la République ont ensuite participé à la première réunion du comité préfectoral de mise en oeuvre de l’accord de paix composé des représentants des autorités locales, de la société civile et des groupes armés de la zone.
L’accord de paix de Khartoum, signé en février, "a des chances concrètes de réussir", a-t-elle estimé.

Les principaux groupes armés, qui tiennent les territoires en province, n’ont pas encore désarmé.

La Centrafrique, pays de 4,5 millions d’habitants classé parmi les plus miséreux au monde, a basculé dans la violence et le chaos en 2013, après le renversement du président François Bozizé par la rébellion de la Séléka.

L’accord de paix de Khartoum est le huitième conclu depuis 2013.

Cette visite est la dernière étape africaine de la tournée internationale de Federica Mogherini qui s’est rendue au Burkina Faso, au Mali et au Niger, pays membres du G5 Sahel engagés dans la lutte contre les groupes jihadistes de la région.

http://news.abangui.com/h/68931.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 32075
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Icon_minitimeJeu 25 Juil 2019 - 22:12

Citation :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 _12f129

25 juil 2019

Le professionnalisme et l’intégrité des casques bleus égyptiens honorés



La remise officielle de la médaille des Nations Unies à 140 casques bleus l’Unité de police constituée égyptienne de la MINUSCA a été l’occasion pour le Représentant spécial du Secrétaire général et Chef de la MINUSCA, Mankeur Ndiaye, de rendre hommage à leur contribution aux efforts de l’ONU à la paix en République centrafricaine. «Je vous félicite pour votre dévouement à la tâche et vous encourage à maintenir haut l’étendard de votre pays en continuant à vous montrer individuellement et collectivement irréprochables sur les questions de conduite, de discipline, de professionnalisme et d’intégrité », a dit Mankeur Ndiaye, aux récipiendaires au nom du Secrétaire général des Nations unies et en sa qualité de « témoin privilégié des efforts » qu’ils ont généreusement déployés, malgré les risques encourus.

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 _12f39

En République centrafricaine depuis 2015, l’Unité égyptienne de police constituée se dédie au quotidien à des missions de sécurisation et de protection des populations et de leurs biens, et de maintien de l’ordre lors d’événements publics. Ils collaborent étroitement avec les Forces de sécurité intérieure (FSI) à travers des patrouilles conjointes régulières dans la ville de Bangui pour rassurer la population qui peut ainsi vaquer librement à ses occupations.

Des consultations médicales gratuites, des dons de médicaments dans des hôpitaux communautaires, des campagnes de salubrité dans des écoles et lieux publics, la distribution régulière d’eau potable dans nombre de quartiers périphériques s’inscrivent aussi au nombre des activités de solidarité de ce contingent qui prévoit, à moyen terme, la construction de fontaines publiques dans certains quartiers de Bangui, pour pallier les difficultés d’accès à l’eau potable.

Les 140 policiers du 3ème contingent arrivés le 7 août 2019 sous le commandement de Tamer Fikry seront remplacés par le quatrième contingent auquel le Chef de la MINUSCA n’a pas manqué de s’adresser, au vu des performances satisfaisantes du groupe sortant : « Ils devront observer la plus grande discipline et faire montre du plus grand respect des personnes au chevet desquelles nous avons tous accouru pour aider, mais également à votre drapeau national et à celui des Nations unies ».

L’Egypte a une expérience de participation aux opérations de paix des Nations unies vieille d’une soixantaine d’années, commencée avec la Mission de l'ONU au Congo (ONUC) en juillet 1960. Depuis, elle a déployé plus de 3000 hommes et femmes à travers une dizaine de missions, dont 984 à ce jour à la MINUSCA.

https://minusca.unmissions.org/le-professionnalisme-et-l%E2%80%99int%C3%A9grit%C3%A9-des-casques-bleus-%C3%A9gyptiens-honor%C3%A9s  
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 32075
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Icon_minitimeVen 2 Aoû 2019 - 19:41

Citation :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 _12b461

1 août 2019

La FPU indonésienne de la MINUSCA face au défi de la protection des civils



La première Unité indonésienne de police constituée (Formed Police Unit / FPU) au sein de la MINUSCA a été déployée le 28 Juin 2019. Ce sont 140 éléments, dont 14 femmes, sous le commandement du Lieutenant-Colonel Arendra Wahyudi, qui ont pour mission principale le maintien de l’ordre public, la protection des civils, la sécurisation du personnel et des biens des Nations unies.

Cette Unité de Police constituée comporte en son sein une unité spéciale d’intervention de 31 éléments prêts à répondre dans le cadre des missions spécifiques et ponctuelles. Le 13 juillet 2019, elle a effectué, au Camp M’Poko de Bangui, une séance d’exercices d’application des notions acquises lors d’une formation initiale de six jours en maintien et rétablissement de l’ordre public dans le contexte spécifique de la Centrafrique. Ces exercices pratiques, répétés avec application et assiduité, témoignent de la délicatesse de leur mission qui requiert, à bien des égards, la maitrise du terrain.

« Nous avons l’expertise requise dans le domaine des patrouilles de toutes sortes, du maintien de l'ordre et de la protection des civils. De plus, nous avons fait, à notre arrivée, une bonne reconnaissance de la ville de Bangui, et travaillons au quotidien à améliorer nos patrouilles pour donner de l’assurance aux populations civiles à qui nous rendons notre politesse et notre courtoisie en respectant leurs droits, comme nous l’impose notre code de conduite », a rassuré le commandant du contingent.

En patrouilles actives au Pont Yakite, dans le 3e arrondissement, et au 5è arrondissement de Bangui, le 29 juillet, les Casques bleus indonésiens, organisés en équipes de 10 personnes concentrées et appliquées, ont sillonné et arpenté rues et ruelles desdits quartiers, à l’affût du moindre signe d’insécurité des habitants avec qui il ont, par ailleurs interagi, pour créer la confiance.

Sur le terrain, les équipes du Lieutenant-Colonel Arendra Wahyudi font de la rotation trois fois par jour, toujours par des sorties pédestres, y compris en collaboration avec d'autres unités de la Mission. « On s'adapte au terrain, sur la base des renseignements que nous avons collectés à l’arrivée, mais aussi de notre expérience progressive », à en croire le commandant du contingent.

Avant la RCA, l’Unité dispose à son actif des tâches de sécurisation et d’encadrement de manifestations avec satisfaction dans d’autres Missions de paix, notamment au Soudan avec l’UNAMID, en Haïti avec la MINUSTAH, en République Démocratique du Congo au sein de la MONUSCO, au Mali en soutien à la MINUSMA, au Sud-Soudan à l’UNMISS et en Bosnie avec l’UNMIBH.

Les policiers indonésiens ne comptent pas s’en arrêter aux missions purement policières. Pour renforcer les liens avec le peuple centrafricain, ils prévoient des activités civilo-militaires sur la base des besoins réels des populations avec lesquelles ils interagissent. Et pour cela, ils s’investissent déjà dans l’apprentissage de la langue locale ‘’Sango’’ pour communiquer plus facilement et développer de bonnes relations avec les populations.

https://minusca.unmissions.org/la-fpu-indon%C3%A9sienne-de-la-minusca-face-au-d%C3%A9fi-de-la-protection-des-civils
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 32075
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Icon_minitimeMer 7 Aoû 2019 - 21:35

Citation :
7 août 2019

Baisse des incidents d’abus et violations des droits de l’homme en RCA durant le premier semestre 2019



Une baisse du nombre d’incidents et de victimes des abus et violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire a été enregistrée en République centrafricaine au cours du premier semestre 2019 par rapport à la même période en 2017 et 2018. L’information a été rendue publique mercredi en conférence de presse par Musa Gassama, directeur de la Division des Droits de l’Homme et Représentant du Haut-commissaire de l’ONU aux Droits de l’homme.

« 565 incidents d’abus et violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire ayant affecté 1082 victimes ont été documentés par nos services », a déclaré Musa Gassama. Au premier trimestre 2018, « 1674 incidents occasionnant 2821 victimes avaient été constatés tandis qu’au premier trimestre 2017, il y a eu 1097 incidents et 1956 victimes », a-t-il poursuivi. Cette baisse du nombre d’incidents et de victimes s’explique par l’absence d’affrontements entre groupes armés rivaux et la réduction du nombre d’attaques massives contre les civils, « à l’exception des violences graves par des éléments de 3 R dans les villages de Koundjili, Lemouna et Bohong, dans la préfecture de l’Ouham-Pendé, le 21 mai dernier. Selon ce responsable, les préfectures les plus affectées sont l’Ouham-Pendé, le Mbomou, la Ouaka et la Mambéré-Kadei.

Faisant le point sur les auteurs de ces abus et violations, le directeur de la Division des Droits de l’Homme, a indiqué que la majorité a été commise par des éléments des groupes armés. « Ils sont les premiers responsables des abus et des violations des droits de l’homme (536 sur 565). Les agents de l’Etat sont auteurs présumés de 29 violations », a indiqué ce responsable, ajoutant que « pour ce qui est des meurtres, il y a eu 241 civils tués par les groupes armés notamment le 35, l’UPC et le FPRC ».

En réaction aux préoccupations des journalistes sur les mesures prises par la division de droit de l’homme en vue d’empêcher les groupes armés de continuer de commettre ces violations sur la population civile, le directeur de la Division des Droits de l’Homme et Représentant du Haut-Commissaire de l’ONU aux Droits de l’homme, a indiqué que sa division continue de documenter les faits tout en formulant des recommandations au Gouvernement, à la communauté internationale et aux groupes armés. « Tous les deux/trois mois, je me réunis avec le Ministre de la Justice pour aborder ces questions. Concernant les groupes armés, nous partageons les données avec eux tout en les sensibilisant et en leur expliquant leurs responsabilités pour mettre fin à ces pratiques ».

Pour sa part, le porte-parole de la MINUSCA, Vladimir Monteiro, a annoncé la réhabilitation en cours du commissariat de 3eme arrondissement de Bangui, sur financement de la composante Police de la MINUSCA, en vue de opérationnalisation.


https://minusca.unmissions.org/baisse-des-incidents-d%E2%80%99abus-et-violations-des-droits-de-l%E2%80%99homme-en-rca-durant-le-premier-semestre
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 32075
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Icon_minitimeVen 16 Aoû 2019 - 21:17




Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 32075
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Icon_minitimeMar 20 Aoû 2019 - 18:16

Citation :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 _12b674

19 août 2019

La médaille de l’ONU décernée à 140 éléments de l’Unité de Police Constituée (FPU) du Cameroun



« C’est un immense honneur de recevoir la médaille des Nations Unies. Cela représente onze mois de dur labeur consenti par mon Unité ici en Centrafrique et cela, dans des conditions particulièrement difficiles ». C’est en substance le sentiment qui animait le Capitaine Laure Koagne Mba au moment de recevoir la médaille des Nations Unies, ce samedi 17 Aout 2019 au Camp Jackson situé dans le 3eme arrondissement de la ville de Bangui.

Du haut de ses deux mètres et d’une imposante stature, le capitaine Mba et les membres de son Unité ont œuvré dans la protection des civils et de leurs biens et étaient aussi en appui aux Forces de Sécurité Intérieure centrafricaines (FSI). Médecin de formation, la journée de la jeune femme ne se résume pas qu’au maintien de la paix. « Je fais des consultations à la population centrafricaine, en plus des éléments de la MINUSCA, que ce soient des contingents ou des civils. Je suis aussi le médecin de l’Orphelinat Saint Charles à Lakouanga », nous confie-t-elle toute souriante. Outre ces tâches, le capitaine Mba est le point focal genre du contingent camerounais. A ce titre, elle s’attelle à ce que le respect du genre et de la diversité soit mis en avant au sein de son équipe.

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 _12b580

Au moment de recevoir la médaille, le capitaine Mba a veillé à disposer ses éléments qu’elle appelle avec fierté ‘’les Lions indomptables du maintien de la paix’’ dans un ordre impeccable, faisant tonner sa voix lors des différentes étapes de la cérémonie solennelle de décoration. Tout se devait d’être correct selon elle car des hôtes de marques ont honoré l’évènement de leur présence, au rang desquels le Général de division, Pascal Champion, Chef de la composante Police de la MINUSCA, Nicolas Nzoyoum, Ambassadeur du Cameroun en RCA; Jean Symphorien Mapenzi, Premier Vice-président de l’Assemblée Nationale; Émile Gros Raymond Nakombo, Maire de la ville de Bangui, entre autres.

Lors de la cérémonie, le chef de la composante Police de la MINUSCA (UNPol) a déclaré que ces braves femmes et hommes ont bien rempli leur mission. « Nous sommes fiers de votre pays. Comme vos compatriotes de l’Unité de Police Constituée N °1 de Bouar courant avril 2019, une Section de l’Unité célébrée ce jour a, avec bravoure, professionnalisme et dextérité, su s’interposer lors des récents évènements du 10, 11 et 12 juillet au PK5, entre les éléments d’un des groupes armés et les commerçants, assurant ainsi par votre posture robuste, la protection de plusieurs civils qui auraient pu être malencontreusement atteints », félicite le Général de division, Pascal Champion.

L’Unité de Police Constituée N°2 du Cameroun s’est faite également remarquée dans plusieurs domaines, notamment à travers son hôpital de niveau 1, où elle a procédé à la distribution gratuite de plus de mille produits pharmaceutiques lors de diverses campagnes de sante organisées au profit des populations centrafricaines. De même, elle est venue au secours de populations en procédant à la distribution de l’eau potable lors des pénuries d’eau enregistrées dans la ville.

Rappelons que la FPU 2 du Cameroun est arrivée à Bangui le 03 Septembre 2018.

https://minusca.unmissions.org/la-m%C3%A9daille-de-l%E2%80%99onu-d%C3%A9cern%C3%A9e-%C3%A0-140-%C3%A9l%C3%A9ments-de-l%E2%80%99unit%C3%A9-de-police-constitu%C3%A9e-fpu-du-cameroun
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 32075
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Icon_minitimeMer 21 Aoû 2019 - 19:46

Citation :
21 août 2019

La MINUSCA salue l’initiative gouvernementale de réunion avec les leaders des groupes armes


La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) se réjouit de la tenue d’une réunion prochaine entre le Gouvernement et les leaders des groupes armés signataires de l’Accord politique pour la paix et la réconciliation en RCA (APPR-RCA). Au cours de la conférence de presse hebdomadaire de la Mission mercredi à Bangui, le porte-parole Vladimir Monteiro, a indiqué que la MINUSCA salue l’initiative du Gouvernement, qui est en conformité avec le récent Comité Exécutif de Suivi (CES) de l’accord de paix, et espère qu’elle aboutira à « des résultats concrets », notamment sur les violations des engagements et faire avancer l’accord de paix.

Interrogé sur cette rencontre annoncée dans la presse centrafricaine, le porte-parole a indiqué que « la MINUSCA est facilitateur de l’APPR-RCA et elle participe donc à la réunion. Elle espère que les leaders des groupes armés y prendront part », a déclaré le porte-parole.

Les autres points abordés lors de la conférence de presse ont porté sur la campagne de sensibilisation suivie des opérations de Démobilisation et de Désarmement, combattants du groupe 3R, qui sera lancée à Koui et à Yelewa à partir du 24 août par l’Unité d’exécution du Plan National du DDRR ainsi que sur la situation des droits de l’homme dans le pays. « La MINUSCA a documenté 17 incidents d’abus et de violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire ayant touché 23 victimes et les principaux auteurs présumés restent les éléments des groupes armés mais aussi quelques des agents de l’Etat », a dit le porte-parole.

En ce qui concerne les activités militaires de la MINUSCA, le porte-parole de la Force, Major Soumana Garanké, a fait part d’une situation sécuritaire relativement stable dans le pays. Toutefois, « la Force continue son effort de paix en poursuivant ses opérations de protection et pour assurer de la liberté de mouvement des civils en collaboration avec les FACA », a-t-il déclaré, faisant état de 2579 patrouilles, dont 131 avec les FACA sur 10 zones d’opérations, et 408 escortes dans l’ensemble du territoire Centrafricain.

De son côté, le porte-parole de la Police, l’Adjudant-Chef Alioune Kassé, a rappelé la récente tension au PK5, dans le 3ème arrondissement de Bangui, et indiqué que « la MINUSCA projette de mettre en place dans les jours qui viennent au commissariat de PK5 des policiers des Nations unies (UNPOL), dans le cadre de la police de proximité ». Selon lui, ces éléments seront chargés de l’accueil du public et de l’orientation des usagers vers les services publics compétents et feront des patrouilles pédestres sur des axes choisis en accord avec les habitants de PK5, selon les principes de police de proximité. L’Adjudant-Chef Alioune Kassé a également mentionné la visite à Kaga-Bandoro, du Chef de la composante Police de la MINUSCA, le Général de Division Pascal Champion, en compagnie des responsables des FSI, dans le but d’étudier avec la haute hiérarchie des FSI et les autorités administratives locales la possibilité du redéploiement des FSI ainsi que la reconstruction de la Gendarmerie et la réhabilitation et équipement du commissariat de la localité.

https://minusca.unmissions.org/la-minusca-salue-l%E2%80%99initiative-gouvernementale-de-r%C3%A9union-avec-les-leaders-des-groupes-armes

Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 32075
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Icon_minitimeJeu 12 Sep 2019 - 20:30

Citation :
11 sept  2019

La situation à Birao au centre des préoccupations du gouvernement et de la MINUSCA



Bangui, le 11 septembre 2019 – Le Gouvernement centrafricain et la MINUSCA, en coordination avec d’autres  partenaires, sont à pied d’œuvre pour un retour définitif de la sécurité dans la ville de Birao (nord-ouest de la RCA), frappée le 1er septembre 2019 par des combats entre le FPRC et le MLCJ. Ces violences et leurs conséquences sur la population ont dominé la conférence de presse conjointe, mercredi à Bangui, des porte-paroles du Gouvernement, Ange Maxime Kazagui, Ministre de la Communication et des médias, et celui de la MINUSCA, Vladimir Monteiro.    

« Des survols aériens sont régulièrement effectués par la MINUSCA pour surveiller le mouvement des hommes armés et à ce jour, aucun mouvement n’a été signalé », a indiqué le porte-parole du Gouvernement, faisant état d’une accalmie et d’un retour au calme observé dans la ville. Ange Maxime Kazagui a également souligné que des actions humanitaires sont en train d’être mobilisées autour de la Ministre de l’Action humanitaire et de la réconciliation nationale, afin de porter secours aux personnes déplacées par les combats.

Le Ministre et porte-parole a annoncé au cours de ce point de presse, l’envoi prochain de policiers et gendarmes centrafricains dans la ville, afin d’assurer la protection des populations aux côtés des casques bleus. « Nous y avons discuté au Gouvernement et le Ministre de la Sécurité intérieure et nous nous sommes accordé qu’il y ait un déploiement des forces de sécurité intérieure à Birao », a indiqué le Ministre sans en préciser la date ni l’effectif. En condamnant à nouveau ces violences, Ange Maxime Kazagui a souligné que « le Gouvernement appelle à la responsabilité des garants de l’Accord de paix en ce qui concerne les sanctions conformément aux dispositions de l’accord. L’application des sanctions montrera qu’il existe un prix concret à payer pour ceux qui font obstruction sur le terrain au processus de paix ».

De son côté, le porte-parole de la MINUSCA, Vladimir Monteiro a mentionné une série de mesures prises sur place par les soldats de la paix avec au moins 1.000 patrouilles depuis 10 jours, l’évacuation de 2700 civils des zones à risque au pic des combats, le désarmement d’éléments armés, l’occupation de points stratégiques de la ville et des survols aériens. « La Police de la MINUSCA avec les sections des Droits de l’Homme et Justice et en étroite collaboration avec les autorités centrafricaines, travaille sur plusieurs enquêtes notamment sur tous les cas de meurtres, de violences ainsi que des incendies et pillages commis lors de ces affrontements”, a-t-il renchéri. Selon le porte-parole, le bureau local de la MINUSCA travaille également avec les leaders locaux, y compris le Sultan et l’organisation des femmes centrafricaines sur les questions de vivre ensemble et reconciliation. Sur les sanctions prévues dans l’Accord, le porte-parole de la MINUSCA a indiqué qu’un travail de clarification de l’article 35 est en cours, ce qui permettra bientôt de préciser le type de sanction prévue en cas de violation par une ou des parties.

Sur un autre sujet, le porte-parole a déclaré que la MINUSCA et l’UNCEF, vont appuyer l’UPC dans l’opérationnalisation du Plan d’action de prévention, recrutement et l’utilisation des enfants, les viols, les meurtres et les mutilations, ainsi que les attaques contre les écoles et les hôpitaux, signé le 21 août dernier par ce groupe armé. « En RCA, plus de 14.000 enfants ont été séparés des groupes armés depuis 2014 et l’UPC est le troisième groupe armé à signer un plan de ce genre après le MPC et le FPRC », a noté le porte-parole de la MINUSCA, rappelant que cela est le fruit du dialogue mené depuis des années par l’équipe spéciale sur la surveillance et la communication des six violations des droits de l’enfant dont font notamment partie la MINUSCA et l’UNICEF.

https://minusca.unmissions.org/la-situation-%C3%A0-birao-au-centre-des-pr%C3%A9occupations-du-gouvernement-et-de-la-minusca  
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 32075
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Icon_minitimeDim 15 Sep 2019 - 18:18

Citation :
Reprise des hostilités à Birao, la Minusca, l’Union africaine et la CEEAC communiquent.

Publié le dimanche 15 septembre 2019 | Corbeau News Centrafrique


L’Union africaine (UA), la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) et la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République Centrafricaine (MINUSCA) condamnent la reprise ce matin des hostilités entre le Front populaire pour la renaissance de Centrafrique (FPRC) et le Mouvement des libérateurs centrafricains pour la justice (MLCJ), dans la ville de Birao, préfecture de la Vakaga (nord-est de la RCA), ce qui constitue une violation flagrante de l’Accord politique pour la paix et la réconciliation en RCA (APPR-RCA).

L’UA, la CEEAC et la MINUSCA dénoncent particulièrement le comportement belliqueux d’Abdoulaye Hissène qu’elles tiennent responsable de l’initiative des attaques du samedi 14 septembre et de toutes les conséquences humanitaires qui en découlent.

Des combats ont éclaté samedi matin 14 septembre avec une attaque de la ville par de nombreux éléments du FPRC, ce qui a provoqué pour l’heure une vingtaine de morts ainsi que des blessés au sein des deux groupes armés. La MINUSCA a immédiatement envoyé des casques bleus dans la zone des affrontements et les patrouilles se poursuivent. Un casque bleu de la MINUSCA a été blessé. A ce stade, il n’y a pas de victimes parmi les populations civiles.

L’UA, la CEEAC et la MINUSCA appellent le FPRC et le MLCJ à cesser immédiatement les hostilités conformément à l’appel du communiqué du 2 septembre 2019 et à régler leurs différends par le dialogue, qu’elles se tiennent prêtes à faciliter dans le cadre des mécanismes de mise en œuvre de l’APPR-RCA.

L’UA, la CEEAC et la MINUSCA dénoncent également les propos calomnieux tenus par Abdoulaye Hissène qui, dans un document intitulé “rapport de circonstance sur les événements de Birao” du 13 septembre, accuse la MINUSCA de complicité dans les affrontements du 1er septembre.


Les affrontements violents qui ont commencé il y a deux semaines à Birao ont provoqué la fuite massive des populations dont 13.000 vivent autour de la base de la Minusca et 1.000 près de l’aéroport de la ville, ce qui a engendré une crise humanitaire de grande proportion. La protection de ces déplacés internes et des civils en général est la principale priorité de la MiNUSCA.

L’UA, la CEEAC et la MiNUSCA rappellent que les enquêtes en cours sur les meurtres et destructions ayant un lien avec ces combats permettront d’établir les responsabilités de chacun dans ces douloureux évènements et les coupables répondront de leurs actes devant la justice.

http://news.abangui.com/h/69645.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 32075
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Icon_minitimeMar 17 Sep 2019 - 19:04

Citation :
Centrafrique : des rebelles en mouvement vers Birao stoppés par des casques bleus

Publié le mardi 17 septembre 2019 | Xinhua


Des éléments rebelles du Mouvement patriotique pour la Centrafrique (MPC) en route vers Birao (extrême nord-est), théâtre d'affrontements entre groupes armés, ont été stoppés dimanche par les casques bleus, a indiqué lundi Vladimir Monteiro, porte-parole de la Mission onusienne de maintien de la paix en Centrafrique (MINUSCA).

Ces rebelles, avec à leur tête Alkatim Ahmat Mahamat, sont partis de Kaga Bandoro (centre-nord) avant d'être stoppés à quelques kilomètres au sud de Ndélé (nord). Les casques bleus les ont ensuite obligés à rebrousser chemin vers Kaga Bandoro, a précisé M. Monteiro.

Pour la MINUSCA, a-t-il indiqué, l'impératif est d'éviter de nouvelles escalades de la violence à Birao où le calme revient petit à petit et où la composante civile de la mission poursuit le dialogue avec les différentes composantes.

Les 1er et 2 septembre, des éléments du Mouvement des libérateurs centrafricains pour la justice (MLCJ) se sont affrontés avec ceux du Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC), engendrant un lourd bilan humain et d'importantes conséquences humanitaires.

http://news.abangui.com/h/69669.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 32075
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Icon_minitimeMer 18 Sep 2019 - 21:52

Citation :
18 sept 2019

La MINUSCA multiplie les actions pour une normalisation de la situation à Birao



Patrouilles à Birao et environs pour prévenir l’arrivée d’éléments armés, renforcement de la sécurité autour du camp des déplacés, discussions avec les autorités centrafricaines pour le déploiement rapide des forces de sécurité intérieure, engagement avec les forces vives locales pour faire baisser la tension entre communautés… La MINUSCA a annoncé mercredi une série de mesures qu’elle mène actuellement pour éviter de nouveaux combats entre le FPRC et le MLCJ et ramener le calme à Birao (nord-est de la RCA).

Les annonces ont été faites en conférence de presse depuis le chef-lieu de la préfecture de la Vakaga par la Cheffe du bureau de la MINUSCA à Birao, Irène Kouassi, le Commandant de la Force de la MINUSCA pour la zone Est, Général de brigade Salah Ud Din Ayubi, et le Commandant du contingent zambien de la Mission déployé dans la zone, Lieutenant-Colonel Teddy Tembo.

« La situation sécuritaire à Birao et ses environs est relativement calme mais tendue en raison des informations faisant état d’un mouvement d’éléments FPRC », a indiqué la Cheffe de bureau, tout en soulignant l’impact négatif des combats du 1er et du 14 septembre sur les relations entre les communautés. « Aussi, le Bureau a intensifié ses efforts pour interagir avec les autorités locales, les leaders communautaires et religieux et la société civile afin de mettre fin à la division et aux discours de haine », a-t-elle indiqué. Les affrontements du 1er septembre ont provoqué des morts et provoqué la fuite de 14.000 civils alors que ceux du 14 septembre ont causé 38 morts. La Cheffe de bureau a indiqué par ailleurs que les enquêtes menées par la composante Police (UNPOL) ainsi que les sections justice et droits de l’homme de la MINUSCA ont débuté et que “l’équipe a commencé les auditions”.

De son côté, le Commandant du contingent zambien a fait état des instructions du Commandant de la Force de la MINUSCA pour éviter de nouvelles violences entre les deux groupes armés signataires de l’Accord de paix. « Chacun est concentré pour mettre en œuvre les dispositions prises, entre autres une intensification des patrouilles dans la ville et ses environs, des opérations sur les routes vers Bria et Am Dafock pour s’assurer qu’elles ne sont pas utilisées par les groupes armés, l’établissement de cinq positions stratégiques à l’intérieur de la ville afin de prévenir toute éventuelle attaque, le renforcement de la sécurité autour du camp de déplacés avec des véhicules et des postes d’observation », a renchéri le Commandant.

Pour sa part, le Commandant de la Force de la MINUSCA pour la zone Est a mis en exergue le rôle des casques bleus dans la protection des civils depuis le début des hostilités, ajoutant qu’avec les mesures prises, il n’y a aucune possibilité de tueries massives de civils. « Conformément à notre mandat, nous allons protéger les civils, quoi qu’il arrive. Nous sommes en train d’utiliser tous les moyens y compris la pression pour normaliser la situation », a-t-il dit, en soulignant l’engagement de la MINUSCA à protéger les personnes déplacées internes qui rentreront chez elles.

Le porte-parole de la MINUSCA, Vladimir Monteiro, a également annoncé quelques actions de la Mission à Birao notamment de la composante Police, qui mène des patrouilles à l’intérieur du camp des déplacés pour prévenir tout acte ou incident pouvant porter atteinte à l’ordre public et qui se prépare à appuyer le déploiement rapide des forces de défense et de sécurité nationales « qui seront d’un appui de premier plan pour la sécurisation des milliers de civils ». Le porte-parole a annoncé que dans le cadre des efforts pour le vivre ensemble entre les communautés, 30 femmes appartenant à cinq associations féminines et 30 jeunes du conseil préfectoral de la jeunesse ont été formés en matière de réconciliation et gestion des conflits. « Tous se sont engagés de contribuer à calmer la situation », a-t-il dit.

Quant au reste du pays, la porte-parole a souligné que la MINUSCA reste en alerte notamment dans les zones où des mouvements d’éléments armés sont signalés. « C’est cette posture qui a permis d’arrêter le mouvement d’une centaine d’éléments du MPC conduits par Alkhatim au niveau de Bamingui. C’est cette même posture qui est à l’origine du succès de l’opération “Bedogo” au nord de Paoua. Désormais, les populations commencent à retourner à leurs villages et à reprendre leurs activités tandis que la frontière tchadienne est réouverte », a-t-il conclu.

https://minusca.unmissions.org/la-minusca-multiplie-les-actions-pour-une-normalisation-de-la-situation-%C3%A0-birao
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 32075
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Icon_minitimeVen 27 Sep 2019 - 20:34

RIP  Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Icon_sal  

Citation :
Un hélicoptère Mi-35P sénégalais s’est écrasé en Centrafrique

par Laurent Lagneau · 27 septembre 2019


Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 _0a3af10

L’accord de Khartoum, signé en février par les autorités centrafricaines et les 14 groupes armés encore actifs dans le pays, a seulement fait baisser le niveau des violences… Car ces dernières n’ont pas disparu, loin de là. Au point, d’ailleurs, que le représentant spécial des Nations unies en Centrafrique, Mankeur N’Diaye, avait tapé du poing sur la table, en août dernier, en promettant des sanctions aux fauteurs de troubles.

« Tout ce qui a été toléré ne le sera plus à partir d’aujourd’hui », avait lancé M. N’Diaye, alors que la Mission des Nations unies en Centrafrique [MINUSCA] relevait des dizaines de violations de l’accord chaque semaine.

Pour autant, malgré l’avertissement du responsable de l’ONU, la ville de Birao a été une nouvelle fois le théâtre d’affrontements d’une « rare violence » ayant opposé le Mouvement des libérateurs centrafricains pour la justice [MLCJ] au Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique [FPRC].

Autre groupe armé à faire parler de lui : le 3R, pour « Retour-réclamation- réhabilitation ». Dirigé par Sidiki Abass [alias Sidi Bi Soulemane], qui a démissionné, début septembre, de son poste de conseiller militaire auprès du gouvernement centrafricain qu’il avait obtenu dans le cadre de l’accord de Khartoum, cette organisation est à l’origine d’un massacre commis en mai dernier dans la région de Paoua, dans le nord du pays [46 tués].

Le 25 septembre, Vladimir Monteiro, le porte-parole de la MINUSCA, a appelé Sidiki Abass à livrer les auteurs de ces violences. Puis, la mission des Nations unies est passée à l’action, le lendemain, en lançant une opération contre le groupe 3R à Koui, dans le nord-ouest de la Centrafrique. Et ce dernier a effectivement indiqué que l’une de ses bases avait été bombardée par les Casques bleus.

C’est dans ce contexte qu’un hélicoptère Mi-35P des forces sénégalaises s’est écrasé au moment de son atterrissage, à Bouar, dans l’ouest. Trois occupants de l’appareil y ont laissé la vie.

« C’est avec une peine immense que j’ai appris le crash d’un hélicoptère de combat sénégalais avec trois morts et un blessé au moment de son atterrissage à Bouar », a réagi Mankeur N’Diaye, via Twitter.

L’hélicoptère « revenait d’une mission opérationnelle» au profit de la MINUSCA », a ensuite expliqué l’armée sénégalaise. « L’état-major général des armées est en contact permanent avec les autorités de l’ONU en vue de l’évacuation du blessé et du rapatriement des dépouilles », a-t-elle ajouté.

Les Mi-35P sénégalais, de facture russe, ont été modernisés en 2016. Il leur avait ajouté système électro-optique DSP-HD [avec caméra haute définition, capteur infrarouge, télémètre laser, etc]. Ces appareils sont notamment armés d’un canon bitube GSh-30K de 30 mm et peuvent emporter des missiles AT-6 Spiral et des roquettes.

Il s’agit du deuxième hélicoptère perdu par l’armée sénégalaise en 18 mois. En mars 2018, un Mi-17, de conception russe, s’était écrasé à Missirah [Casamance] avec 20 personnes à bord, dont 6 perdirent la vie.

http://www.opex360.com/2019/09/27/un-helicoptere-mi-35p-senegalais-sest-ecrase-en-centrafrique/
Revenir en haut Aller en bas
AIT
Victime
Victime
AIT

messages : 612
Inscrit le : 02/02/2019
Localisation : Ait Hdiddou
Nationalité : maroc-espagne
Médailles de mérite : Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena31

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Icon_minitimeJeu 10 Oct 2019 - 21:11

Réaction rapide d'un convoi portugais en RCA, le 1er véhicule a été frappé par un explosif (y'a des images du dommage sur véhicule).



_________________
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Gamins13
ⵜⴰⵢⵔⵉ ⵏ'ⵜⵎⴰⵣⵉⵔⵜ
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 32075
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Icon_minitimeDim 13 Oct 2019 - 19:01





Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 32075
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Icon_minitimeMar 15 Oct 2019 - 21:47

Citation :
15 oct 2019

La MINUSCA remet des ex-combattants du FPRC à la justice et met en garde contre toute attaque contre son personnel


Bangui, le 15 octobre 2019 – Dans le cadre des efforts pour la normalisation de la situation sécuritaire à Birao, préfecture de la Vakaga (nord-est de la RCA) et conformément à son mandat de protection des civils, la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) a coordonné, le lundi 14 octobre 2019, le départ de la ville de 14 ex-combattants désarmés du Front populaire pour la renaissance de Centrafrique (FPRC), dont huit étaient impliqués dans les combats des 1er, 2 et 14 septembre contre le Mouvement des libérateurs centrafricains pour la justice (MLCJ).

Sur les 14 ex-combattants, six ont été relocalisés à Bria tandis que les huit autres, suspectés dans le cadre des enquêtes en cours, ont été remis aux autorités judiciaires centrafricaines, suite à une requête du Procureur adressée à la MINUSCA. La MINUSCA veillera, dans le cadre de son mandat, au traitement équitable et au respect des droits des personnes arrêtées à la suite des affrontements intervenus à Birao. La Mission veillera, en outre, à ce que l’action judiciaire dans le cadre de la lutte contre l’impunité, tienne compte de tous les crimes commis à Birao et s’étende tous les suspects identifiés, quel que soit le camp auquel ils appartiennent.

La réponse de la MINUSCA qui s’inscrit dans la mise en œuvre de son mandat de coopérer avec la justice centrafricaine a suscité des menaces inacceptables du FPRC contre la Mission. La MINUSCA condamne fermement ces menaces et met en garde contre toute tentative de s’en prendre à son personnel et ses biens ou aux acteurs et organisations humanitaires. Outre le FPRC, la MINUSCA condamne et met en garde tous ceux qui menacent la Mission ou propagent des messages d’incitation à la violence.

Par ailleurs, la MINUSCA dénonce fermement la reprise des hostilités par le MLCJ et le FPRC à Am Dafok, qui constituent une nouvelle violation de l’Accord politique pour la paix et la réconciliation (APPR-RCA) par certains signataires, ainsi que les menaces et les conséquences sur les populations civiles. Elle exhorte les groupes armés signataires à éviter de poser des actes qui pourraient davantage fragiliser la quiétude des populations et à régler leur différend par la voie du dialogue, conformément aux dispositions prévues par l’Accord. La MINUSCA réitère par ailleurs sa détermination à prendre toute mesure utile pour protéger les populations civiles et son mandat. Dès l’éclatement des incidents à Am Dafock, la MINUSCA a survolé la zone et a renforcé ses mesures sécuritaires à Birao pour prévenir des violences.

La MINUSCA appelle enfin le FPRC, le MLCJ et toutes les autres parties impliquées dans les combats en cours depuis début septembre et/ou les instigateurs de la violence intercommunautaire à cesser immédiatement les hostilités et autres actes d’incitation à la violence pour s’inscrire dans le processus de dialogue et de règlement pacifique de leurs différents initiés sous les auspices du Gouvernement, des garants et des facilitateurs.

La MINUSCA continuera d’exercer ses bons offices politiques en appui à la mise en œuvre de l’Accord de paix.

https://minusca.unmissions.org/la-minusca-remet-des-ex-combattants-du-fprc-%C3%A0-la-justice-et-met-en-garde-contre-toute-attaque-contre

Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 32075
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Icon_minitimeMer 16 Oct 2019 - 22:21

Citation :
16 oct 2019

La MINUSCA se réjouit de la Phase 1 de l’opération dans l’Ouest et réitère son appel à Sidiki



La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) salue l’exécution de la première phase de l’opération “Anvil” lancée contre le 3R dans l’ouest de la RCA et réitère son appel à Sidiki, le leader de ce groupe armé, sur une série d’engagements conformément à l’Accord politique pour la paix et la réconciliation en RCA (APPR-RCA). « Au cours de cette phase, il y a eu le départ des éléments de ce groupe de certaines localités et l’abandon de trois bases », a indiqué le porte-parole de la MINUSCA, Vladimir Monteiro.

Selon le porte-parole, « l’appel de la MINUSCA à Sidiki, le leader de 3R, reste de mise à savoir cesser les exactions, mettre fin aux taxations illégales, lever les barricades, arrêter les recrutements, libérer les bâtiments publics, adhérer réellement au DDR et collaborer avec la justice, sur la question de tueries de Bohong, Koundjili et Lemouna. L’appel de la MINUSCA concerne également tous les leaders de groupes armés responsables de violations. Pour sa part, le porte-parole de la Force, Major Mohamed Benamer, a rappelé que l’opération vise à “pousser le mouvement 3R à revenir dans les zones de déploiement qui lui ont été fixées après les événements de Koundjili, Lemouna et Bohond, mettre fin à l’insécurité et neutraliser toute présence hostile ».

Lors de sa conférence de presse hebdomadaire, la MINUSCA a également abordé la situation dans le nord-est de la RCA notamment les hostilités à Am Dafock entre les groupes du Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRJ) et du Mouvement des libérateurs centrafricains pour la justice (MLCJ) en les appelant à s’inscrire dans le processus de dialogue et de règlement pacifique de leurs différends. « La MINUSCA réitère par ailleurs sa détermination à prendre toute mesure utile pour protéger les populations civiles et son mandat », a-t-il souligné, indiquant que dès l’éclatement des incidents à Am Dafock, la MINUSCA a survolé la zone et a renforcé ses mesures sécuritaires à Birao pour prévenir des violences.

Concernant Birao, il a annoncé la visite cette semaine d’une délégation conjointe Gouvernement centrafricain-UA-CEEAC-MINUSCA dans le cadre des efforts de normalisation après les combats de septembre entre le FPRC et le MLCJ, qui se sont notamment soldés par 24.000 déplacés internes. Le porte-parole est revenu sur les 14 ex-combattants du FPRC qui ont quitté Birao sous sa coordination dont six ont été relocalisés à Bria tandis que les huit autres, suspectés dans le cadre des enquêtes en cours sur les affrontements, ont été remis aux autorités judiciaires centrafricaines, suite à une requête du Procureur adressée à la MINUSCA. « La MINUSCA veillera, dans le cadre de son mandat, au traitement équitable et au respect des droits des personnes arrêtées à la suite des affrontements. La Mission veillera, en outre, à ce que l’action judiciaire dans le cadre de la lutte contre l’impunité, tienne compte de tous les crimes commis à Birao et s’étende tous les suspects identifiés, quel que soit le camp auquel ils appartiennent », a précisé le porte-parole.

Au chapitre des Droits de l’Homme, la MINUSCA a divulgué le rapport du mois de septembre 2019 avec 102 incidents d’abus et violations des droits de l’homme documentés ayant affecté 173 civils. Il s’agit d’une hausse par rapport au mois précédent (96 incidents et 151 victimes) et les groupes armés en sont les principaux auteurs présumés (environ 92% des incidents). « Pour un meilleur respect des droits de l’homme et une protection plus efficace des civils, la MINUSCA a poursuivi en septembre le plaidoyer avec les groupes armés et les autorités gouvernementales. Elle a aussi mené des activités de sensibilisation sur les droits de l’homme et l’APPR-RCA (…) au profit d’au moins 2238 personnes », a-t-il dit.

De son côté, le porte-parole de la Force, le Major Mohamed Benamer a indiqué que la situation sécuritaire est relativement calme sur l’ensemble du territoire centrafricain, soulignant que les Casques bleus ont mené au total 3419 patrouilles dont 2870 nocturnes et a fourni 435 escortes sur le territoire centrafricain durant la semaine écoulée.

Pour sa part, le porte-parole de la Police, l’Adjudant-chef Alioune Kassé a fait part des activités d’appui au renforcement des capacités des Forces de sécurité intérieure (FSI) centrafricaine, notamment une formation à Bambari sur le maintien et le rétablissement de l’ordre public et une autre à Bangui sur les réflexes indispensables pour faire respecter la loi dans le contexte d’un rassemblement de personnes, spontané, organisé ou subi et pour assurer ou rétablir la continuité des différentes activités d’une collectivité.

https://minusca.unmissions.org/la-minusca-se-r%C3%A9jouit-de-la-phase-1-de-l%E2%80%99op%C3%A9ration-dans-l%E2%80%99ouest-et-r%C3%A9it%C3%A9re-son-appel-%C3%A0-sidiki


Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 32075
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Icon_minitimeJeu 17 Oct 2019 - 20:43

Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 32075
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Icon_minitimeMar 22 Oct 2019 - 20:42



Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 32075
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Icon_minitimeSam 26 Oct 2019 - 19:49

Citation :
Centrafrique: le chef de la Minusca demande plus de moyens à l'ONU

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 _12f3a14
Le chef de la Minusca Mankeur Ndiaye à Bangui le 23 août 2019.
© Florent Vergnes / AFP

Par RFI Publié le 26-10-2019 • Modifié le 26-10-2019 à 12:08


Le Conseil de sécurité des Nations unies s'est penché ce vendredi 25 octobre sur la situation de la Minusca en Centrafrique. Alors que son mandat expire le 15 novembre 2019, cette réunion était l'occasion de faire le point sur la mise en œuvre de l'accord de paix en Centrafrique et d'évaluer les besoins de la mission onusienne.

À la tribune de l'ONU, Mankeur Ndiaye, le chef de la Mission des Nations unies pour la stabilisation en RCA (Minusca), tire un bref bilan de l'application de l'accord de paix en RCA. Il évoque notamment la mise en place des premières unités spéciales mixtes de sécurité à Bouar, la démobilisation de 583 combattants, le tout dans un contexte de réticence de plusieurs groupes armés. Parmi ses inquiétudes : les risques de violences liées à la période de transhumance et la persistance de violations des droits humains.

Pour Mankeur Ndiaye, les ressources de la Minusca ne sont pas suffisantes. « Je tiens à souligner que la résolution 24-48 ne pouvait prévoir l’ampleur des moyens logistiques et techniques requis pour la mise en œuvre de l’accord de paix. Il est donc capital que celle-ci soit dotée d’un mandat et de ressources adéquates pour l’appui à la mise en œuvre de l’accord de paix en Centrafrique », a-t-il affirmé.

Des moyens pour appuyer les élections

Autre priorité, les échéances électorales de 2020-2021. Sans mandat clair, insiste Mankeur Ndiaye, impossible pour la Minusca, d'appuyer le processus politique. « La tenue des élections aux dates prévues reste menacée par l’insuffisance des ressources techniques, financières et humaines. Je sollicite donc du Conseil de sécurité un mandat approprié pour la Minusca afin qu’elle puisse fournir le soutien technique, logistique, sécuritaire et opérationnel nécessaire à la tenue des élections dans le respect des délais constitutionnels », a affirmé le chef de la mission.

Aucun montant n'a été ouvertement demandé, Mankeur Ndiaye appelle les partenaires à décaisser rapidement les fonds nécessaires au fonctionnement de la mission onusienne. Une mission régulièrement pointée du doigt par les acteurs de terrain pour son manque de réactivité.

http://www.rfi.fr/afrique/20191026-centrafrique-chef-minusca-demande-plus-moyens-onu
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 32075
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Icon_minitimeSam 26 Oct 2019 - 21:02

Citation :
Centrafrique : « Le peuple centrafricain a fait des efforts, alors pourquoi on veut toujours nous amener en arrière ! », Dixit Faustin-Archange Touadéra

Publié le samedi 26 octobre 2019  |   Le Potentiel Centrafricain

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 _12f3a15
© Autre presse par DR  
Retour du president Touadéra du Japon et de la France où il a participé à la 7ème édition de la TICAD
Bangui ,6 septembre 2019.De retour du Japon et de la France où il a participé à la 7ème édition de la TICAD et rencontré le président Emmanuel MACRON, le
Président TOUADERA a confié à la presse qu’il suivait de près le dialogue social entre le gouvernement et les partenaires sociaux.



Le président Faustin Archange Touadéra a pris part comme ses homologues africains, au Sommet de Sotchi en Russie. Au micro de RFI, le numéro un centrafricain s’est exprimé en faisant le point sur la coopération bilatérale entre la Russie et la RCA, engagée dans plusieurs domaines, notamment la défense, l’énergie, sans oublier l’avancée du processus de paix dans le pays. Ci-dessous, l’intégralité de l’interview…

RFI : Comment vous expliquez qu’autant de chefs d’État africains aient répondu présents à l’invitation de Vladimir Poutine à Sotchi ?

Faustin-Archange Touadera : L’Afrique a des besoins. Il y a beaucoup de défis, beaucoup de potentialité, qui ne sont pas exploités. Nos populations sont jeunes, il y a des possibilités d’investissement en Afrique, des besoins en infrastructure… Nous pensons que la Russie a des compétences dans plusieurs domaines – technologiques et autres -, pour permettre justement le développement de l’Afrique.

Mercredi, vous avez demandé à Vladimir Poutine de vous fournir des armes lourdes et plus seulement des armes légères, et ce, alors que votre pays est en pleine négociation pour faire appliquer un accord de paix. Est-ce que cela veut dire que vous anticipez une nouvelle escalade militaire ?

Mais non… C’est, de donner les moyens à une armée qui se reconstruit d’avoir les capacités de sa mission pour bien défendre le territoire et les institutions. Même les pays développés ont de grandes capacités. Mais cela ne veut pas dire que ces pays sont en guerre. Aujourd’hui, la République centrafricaine grâce à la Fédération de Russie nous a fait un don de 5 000 armes d’assaut… Mais il n’y a pas que les armes d’assaut pour une mission. Il y a bien d’autres choses, bien d’autres armements d’autres calibres, pour permettre à nos forces de défense qui cherchent à monter en puissance, de remplir leur mission.

L’opposant Karim Meckassoua, de retour à Bangui, a déclaré que les conditions actuellement ne sont pas réunies pour organiser l’élection. Quelle est votre analyse ?

Mais ça, c’est son opinion. Et aujourd’hui, il n’y a pas de raison de dire que les conditions ne sont pas réunies. Les élections de 2015-2016 ont été organisées dans quelles conditions ? Mais c’était des conditions plus dramatiques, plus difficiles !

L’UPC qui avance ses positions, cela vous inquiète ?

Nous sommes dans le cas de la mise en œuvre d’un accord de paix. Et il y a des avancées. Nous avons eu le désarmement à l’ouest qui s’est très bien passé. Nous continuons à mettre les USMS (Unité spéciale mixte de sécurité, NDLR) au centre et à l’Est. Donc il y a du travail, il y a des défis. Ça, c’est vrai. Mais nous travaillons sur ces défis.

L’Accord de paix est violé des dizaines de fois chaque semaine.

Ce sont des défis, madame. C’est une œuvre humaine. Quand on a signé l’Accord de paix… On ne va pas dire aujourd’hui que, quand on a signé l’Accord de paix tout est rentré dans l’ordre. Ceux qui prêchent l’apocalypse, ça les regarde. Mais aujourd’hui, le peuple centrafricain est confiant et travaille pour retrouver la paix, pour la réconciliation. Il y a eu beaucoup de progrès. Mais il faut noter cela ! Le peuple centrafricain a fait des efforts ! Alors pourquoi on veut toujours nous amener en arrière ! Travaillez pour que les choses soient positives ! Donnez de bons messages au peuple !

Les Russes assurent désormais votre sécurité et travaillent aussi à la formation de votre armée. Plusieurs sources affirment que pour cela vous avez fait appel à la société privée russe Wagner. Est-ce que vous confirmez ?

Non, faux. Dans le cadre de notre partenariat et surtout sur ces questions-là, notre ministre de la Défense a écrit à son homologue de la Fédération de Russie, qui a bien voulu consentir à mettre à la disposition gracieusement des instructeurs russes pour la formation de nos militaires à l’utilisation de ces armes que la Fédération de Russie a accepté de nous donner. Je ne sais pas où est-ce qu’on est parti chercher toutes … Nous nous sommes adressés de manière officielle à un État.

Mais de qui s’agit-il, alors ?

Nous ne le savons pas, c’est vous qui le dites.

On dit pourtant que votre conseiller en matière de sécurité, Valéry Zakharov, est lié à cette société Wagner.

Je n’en sais rien.

Pourquoi faire autant de mystère autour de cette entreprise Wagner ? Est-ce que c’est parce que légalement, juridiquement, cette entreprise n’a pas d’existence officielle en Russie ?

Je vous dis et je répète : nous avons travaillé d’État à État. Nous nous sommes adressés aux autorités légitimes d’un pays.

Donc, pour savoir qui c’est, il faut demander aux Russes ?

Voilà. Posez la question…

Au même moment de leur arrivée, des permis miniers ont été attribués à la société russe Lobaye Invest. Est-ce qu’il s’agissait d’une contrepartie, donner aux Russes un accès à vos ressources en échange leur coopération sécuritaire ?

Mais comment vous pouvez lier cela ? C’est beaucoup d’amalgames. Il n’y a pas de contrepartie. C’est un soutien que la Fédération de Russie nous a accordé pour la reconstruction de l’armée centrafricaine et gracieusement. C’est un don. Le gouvernement centrafricain n’a pas déboursé un seul sou pour cela. Alors, la société dont vous parlez… Aujourd’hui, le secteur minier ou les autres secteurs, pour nous, sont des secteurs qui sont libéralisés. Nous avons créé les conditions pour que des hommes d’affaires qui ont les moyens et qui remplissent les conditions puissent exercer librement leurs activités en République centrafricaine. Et il n’y a pas que des Russes. Il y a aussi des Centrafricains, des Chinois, d’autres nationalités… Des Congolais… Non, ce sont de faux débats.

Publiquement, le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian s’est plaint de l’activisme anti-français, mené à travers des campagnes de communication par la Russie dans votre pays. Que répondez-vous à cela ?

Mais comment vous pouvez dire… Nous entretenons de très bonnes relations avec la France. Et nous remercions d’abord la France pour tout son soutien à divers niveaux, dans divers domaines. Même dans le domaine de la sécurité, aujourd’hui, les Français participent à la formation, à la construction de garnisons à Bouar. Donc nous avons de très bons rapports. Le gouvernement ne peut pas laisser libre cours à une campagne… Mais vous savez, la presse est libre. Moi-même, en tant que président de la République – si vous êtes à Bangui, vous allez lire les journaux – je suis pris à partie pour telle ou telle chose. Mais ça, c’est la liberté de la presse.

En septembre, le président français vous a en tout cas demandé de calmer le jeu sur ce point.

Oh ! Ça, c’est vous qui le dites ! Nous, nous entendons travailler en toute transparence, nous apprécions donc les relations avec le gouvernement français… La République centrafricaine a traversé un moment difficile de son histoire. Nous essayons de reconstruire l’économie du pays, nous essayons de rétablir la paix. Ce sont de grands défis. La République centrafricaine a besoin de tous ses amis. Nous souhaitons que nos partenaires nous appuient dans divers domaines et ensemble. Aujourd’hui, il y a des réunions avec tous nos partenaires, où l’ambassadeur de la Fédération de Russie s’assied à côté de l’ambassadeur de la France, nous discutons d’un certain nombre de problèmes de développement et tout cela. Je le répète tout le temps : il y a de la place pour tout le monde !

http://news.abangui.com/h/70063.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 32075
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Icon_minitimeVen 15 Nov 2019 - 20:44

Citation :
L’UPC, une dizaine des généraux du groupe s’opposent au désarmement.

Publié le vendredi 15 novembre 2019 | Corbeau News Centrafrique

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 _12e552
© Autre presse par DR
Les hommes armés de l`UPC de Ali Darassa dans la Basse Kotto


Bambari – c’est désormais officiel, ils décident de quitter l’UPC si leur chef Ali Darassa accepte le désarmement prévu dans l’accord politique pour la paix et la réconciliation en Centrafrique (APPR-RCA) signé le 6 février dernier entre les groupes armés et le gouvernement centrafricain.

Si le désarmement des groupes armés avance doucement et sûrement au Nord-ouest avec certains mouvements armés comme le front démocratique du peuple centrafricain (FDPC) du général Abdoulaye Miskine, les 3R du sulfureux Abas Sidiki, les deux factions rivales de RJ (Révolution justice), et la milice Anti-Balaka aile Mokom et aile Ngaïssona, au nord, centre et à l’Est du pays, c’est l’inquiétude qui domine au sein de certains groupes armés, principalement ceux issus de l’ex-coalition Seleka.

Pour l’unité pour la paix en Centrafrique (UPC) dont une dizaine de ses généraux s’opposent fermement au DDRR (Désarmement, Démobilisation Réinsertion et Rapatriement), l’accord de paix de Khartoum connu sous le nom de l’APPR serait un piège à éviter absolument. En conséquence, ils décident de mettre en garde leur chef Ali Darassa contre toute l’idée du désarmement des combattants de l’UPC. Faute de quoi, ils vont se retirer au fin fond de la RCA pour former leur propre mouvement armé afin de continuer leur «lutte armée jusqu’à la mort », selon leur propre terme.

http://news.abangui.com/h/70247.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 32075
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Icon_minitimeSam 16 Nov 2019 - 21:16

Citation :
L'ONU prolonge le mandat de la Minusca pour les élections en Centrafrique

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 _12f423
Un soldat de la Minusca photographié en Centrafrique en juillet 2018.
© AFP Photos/Florent Vergnes


Par RFI Publié le 16-11-2019 • Modifié le 16-11-2019 à 06:11


À l’ONU, le mandat de la force onusienne pour la stabilisation de la Centrafrique a non seulement été renouvelé, et voté à l’unanimité, un signe de confiance fort, mais il a aussi été élargi, ce vendredi 15 novembre.

Avec notre correspondante à New York, Carrie Nooten

Le chef de la Minusca, Mankeur Ndiaye, et le gouvernement centrafricain ont obtenu ce qu’ils avaient demandé au Conseil de sécurité. Ils se souvenaient du rôle primordial qu’avait tenu la force onusienne dans le bon déroulement des élections de 2015-2016. Pour eux, il fallait s’assurer qu’il en serait de même pour le scrutin de l’an prochain. Selon le mandat de l’ONU, la Mission des Nations unies pour la stabilisation en République centrafricaine (Minusca) peut disposer d'effectifs allant jusqu'à 11 650 soldats et 2 080 policiers.

Confier la coordination logistique et la sécurisation des élections à la Minusca est à la base du processus de stabilisation du pays, selon Mankeur Ndiaye : « La Centrafrique ne peut pas se payer le risque d’une nouvelle transition […] ce serait un recul, et ce serait l’échec total de l’accord de paix. »

Financer les élections à venir

Il reste un défi à relever pour y arriver. Il faudra rassembler les 50 millions de dollars nécessaires pour financer l’organisation des élections, assurer stabilité et transparence. Dix-sept millions ont déjà été versés par l’Union européenne et le gouvernement centrafricain pour l’instant

La Minusca sera bien chargée de veiller au bon fonctionnement des élections qui doivent se dérouler dès décembre 2020, les premières depuis la signature de l’accord de paix de Khartoum en février 2019. Depuis ce moment, les violences ont considérablement baissé en intensité dans le pays même si des groupes s’affrontent encore de manière sporadique.

http://www.rfi.fr/afrique/20191116-onu-prolonge-minusca-elections-centrafrique
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 32075
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Icon_minitimeLun 18 Nov 2019 - 21:43

Citation :
JMA 2019, Ali Darass reçoit des renforts et positionne ses troupes.

Publié le lundi 18 novembre 2019  |   Corbeau News Centrafrique

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 _12f1110
© AFP par FLORENT VERGNES  
Ali Darassa, ici au milieu de ses hommes le 16 mars 2019, est l`un des trois chefs rebelles à s`être vu nommer chef militaire spécial ce mardi 26 mars 2019.



Selon une information du CNC, dans la nuit du samedi à dimanche, une cinquantaine des combattants rebelles de l’UPC, du FPRC et du MPC sont arrivés à bord d’une trentaine des motos à Bambari et à Grimari, située au centre de la République centrafricaine.

Ces éléments rebelles, lourdement armé et difficilement quantifiables en raison de leur nombre sur chaque moto, sont immédiatement positionnés au quartier Élevage quelques minutes après leur arrivée à Bambari. Tandis que les autres, qui ont quitté Gbokologbo pour Grimari, sont actuellement localisés à 28 kilomètres de leur destination, dans la forêt de Gbakayoko.

L’objectif recherché par le sulfureux Ali Darassa, chef d’État major de l’unité pour la paix en Centrafrique (UPC) serait de perturber au maximum le bon déroulement de la célébration en différée de la journée mondiale de l’alimentation 2019 (JMA), prévue le 18 novembre prochain à Bambari, chef lieu de la préfecture de la Ouaka, située à 385 kilomètres de Bangui, capitale de la République centrafricaine.

Par ailleurs, le patron du mouvement patriotique pour la Centrafrique (MPC), dont la présence est signalée à Bambari depuis samedi, a lui aussi rendu visite aux combattants rebelles venus au renfort et positionnés au quartier Élevage.

Contacté par CNC, un officier FACA explique sous couvert d’anonymat que : « l’objectif de l’UPC serait de mener une grande offensive suivie d’une stratégie de prise en étau des délégations venues de Bangui qui se préparent. Nous y sommes informés de tout cela », explique-t-il.

D’après un cadre préfectoral, «Ali Darassa voudrait tout simplement intimider Bangui pour que la célébration de la JMA à Bambari soit reportée à nouveau. La JMA aura bien lieu avec ou sans combattants de l’UPC à Bambari », a-t-il indiqué.

En outre, le chef rebelle Ali Darassa, dans un message envoyé aux maires des Communes d’élevage de Pombolo et de EWOU, il leur faisait savoir qu’ils sont interdit formellement de se rendre à la célébration de la journée mondiale de l’alimentation 2019 (JMA-2019) qui va se tenir ce lundi 18 novembre à Bambari.

Pour rappel, en début d’année, la célébration en différée de la journée mondiale de l’alimentation 2018 (JMA), qui devrait avoir lieu à Bambari, avait été perturbée par les rebelles de l’UPC qui ont envahi le centre-ville avec des tirs intenses faisant au passage deux morts côté des forces de l’ordre.

http://news.abangui.com/h/70253.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 32075
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Icon_minitimeVen 22 Nov 2019 - 20:35

Citation :
Des combats entre FACA et l’UPC signalés à Alindao.

Publié le vendredi 22 novembre 2019  |   Corbeau News Centrafrique

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 _12f3b29
© Autre presse par DR  
5ème cérémonie de la sortie des éléments des FACA formes par les russes a Béréngo
Mardi 20 novembre 2018. Béréngo. Le Président Touadera et une forte délégation ont assisté à la 5ème cérémonie de sortie des éléments des FACA formés par les instructeurs russes.



Dans la sous-préfecture d’Alindao, au centre-Est de la Centrafrique, des combats ont opposé les soldats des forces armées centrafricaines (FACA) et les combattants rebelles de l’unité pour la paix en Centrafrique (UPC) dirigée par le sulfureux Ali Darassa, selon une source sécuritaire locale.

Même si les raisons de cet affrontement ne sont pas encore connues, certaines sources indiquent que celui-ci a duré plusieurs heures.

Pour l’heure, aucun bilan n’est officiellement disponible, mais des sources hospitalières parlent d’un affrontement violent avec une dizaine des blessés aux premières heures du combat.

Les populations locales, surprises par des détonations d’armes de tout calibre, se sont terrées chez elles toute la journée. Même les bureaux locaux des humanitaires sont aussi fermés en raison de l’intensité des combats.

Du côté du gouvernement, aucun communiqué n’a été publié sur ces échanges militaires.

http://news.abangui.com/h/70281.html  
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 2 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris
Revenir en haut 
Page 2 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Histoire, Guerres et Conflits militaires :: Guerres et conflits d'actualités-
Sauter vers: